La décennie au cours de laquelle nous avons presque stoppé les changements climatiques - Prologue -

Partie 1   /    Partie 2   /   Epilogue

 


Un sacré document!

Traduction personnelle d'un article du  New York Times magazine. Un article "énorme" qui va vous en apprendre sur le réchauffement climatique et les raisons pour lesquelles nous n'avons rien fait.

L'article est long: très long. Je vais donc le publier en quatre parties. Partagez-le s'il vous plait, il est passionnant.

 


 

 

Note de la rédaction

 

Ce récit de Nathaniel Rich est une œuvre historique qui aborde la période décennale de 1979 à 1989, décennie décisive au cours de laquelle l'humanité est parvenue pour la première fois à une large compréhension des causes et des dangers du changement climatique. Une série de photographies aériennes et de vidéos, toutes prises au cours de la dernière année par George Steinmetz, complètent le texte. Avec le soutien du Centre Pulitzer, cet article en deux parties est basé sur 18 mois de reportages et plus d'une centaine d'interviews. Il suit les efforts d'un petit groupe de scientifiques, de militants et de politiciens américains pour tirer la sonnette d'alarme et éviter une catastrophe. Ce sera une révélation pour beaucoup de lecteurs - une révélation angoissante - de comprendre à quel point ils ont bien saisi le problème et à quel point ils ont été proches de le résoudre.

 

Jake Silverstein

 

 

Prologue

 

Le monde s'est réchauffé de plus d'un degré Celsius depuis la révolution industrielle. L'accord de Paris sur le climat espérait limiter le réchauffement à deux degrés. Les chances de réussite, selon une étude récente basée sur les tendances actuelles des émissions, sont d'une sur 20. Si, par miracle, nous parvenons à limiter le réchauffement à deux degrés, nous n'aurons qu'à constater l'extinction des récifs tropicaux du monde, l'élévation du niveau de la mer de plusieurs mètres et l'abandon du golfe Persique. Le climatologue James Hansen a qualifié le réchauffement à deux degrés de " catastrophe à long terme". Une catastrophe à long terme est maintenant le scénario le plus probable. Le réchauffement à trois degrés est un scénario pour une catastrophe à court terme: disparition des forêts de l'Arctique et perte de la plupart des villes côtières. Robert Watson, ancien directeur du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies, a soutenu que le réchauffement de trois degrés est le minimum réaliste. Quatre degrés, ce serait : L'Europe en sécheresse permanente,  de vastes régions de la Chine, de l'Inde et du Bangladesh envahies par le désert, la Polynésie engloutie par la mer, le fleuve Colorado s'amincirait au fil des ans, le Sud-Ouest américain serait largement inhabitable. La perspective d'un réchauffement de cinq degrés a amené certains des plus grands climatologues du monde à mettre en garde contre la possible fin de la civilisation humaine.

 

Réconfortant ou dramatique de savoir que nous aurions pu éviter tout cela ? Parce qu'au cours de la décennie 1979-1989, nous avons eu une excellente occasion de résoudre la crise climatique. Les grandes puissances mondiales ont signé à plusieurs reprises l'adoption d'un cadre mondial contraignant visant à réduire les émissions de carbone - beaucoup plus drastiquement que nous ne l'avons fait depuis. Durant ces années, les conditions du succès n'auraient pu être plus favorables. Les obstacles que nous blâmons pour notre inaction actuelle n'étaient pas encore apparus. Presque rien ne se dressait sur notre chemin - rien que nous-mêmes.

 

Presque tout ce que nous savons sur le réchauffement climatique a été compris en 1979. Cette année-là, les données recueillies depuis 1957 confirment ce que l'on savait déjà avant le début du XXe siècle : les êtres humains ont modifié l'atmosphère terrestre en brûlant sans discernement des combustibles fossiles. Les principales questions scientifiques ont été réglées au-delà de tout débat et, au début des années 1980, l'attention est passée du diagnostic du problème à l'affinement des conséquences prévues. Comparé à la théorie des cordes et au génie génétique, l'" effet de serre " - une métaphore datant du début des années 1900 - était une histoire ancienne, décrite dans tout manuel d'introduction à la biologie. La science fondamentale n'était pas non plus particulièrement compliquée. On pourrait le réduire à un simple axiome : plus il y a de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, plus la planète est chaude. Et chaque année, en brûlant du charbon, du pétrole et du gaz, l'humanité rejetait dans l'atmosphère des quantités de plus en plus obscènes de dioxyde de carbone.

 

Pourquoi n'avons-nous pas agi ? L'industrie des combustibles fossiles est aujourd'hui un croque-mitaine, qui s'est engagé au cours des dernières décennies à jouer le rôle du méchant avec bravade. Tout une partie de la littérature sur le climat a retracé les machinations des lobbyistes de l'industrie, la corruption des scientifiques et les campagnes de propagande qui continuent encore aujourd'hui d'avilir le débat politique, longtemps après que les plus grandes compagnies pétrolières et gazières aient abandonné la position stupide du négationnisme. Mais ce n'est qu'à la fin de 1989 que les efforts coordonnés pour jeter le trouble dans le public ont véritablement commencé. Au cours de la décennie précédente, certaines des plus grandes compagnies pétrolières, dont Exxon et Shell, avaient fait des efforts de bonne foi pour comprendre l'ampleur de la crise et trouver des solutions possibles.

 

On ne peut pas non plus blâmer le Parti républicain. Aujourd'hui, seulement 42% des Républicains savent que "la plupart des scientifiques pensent que le réchauffement climatique est une réalité", et ce pourcentage est en baisse. Mais dans les années 1980, de nombreux républicains éminents se sont joints aux démocrates pour considérer le problème climatique comme relevant d’un consensus non partisan et aux enjeux les plus élevés possibles. Parmi ceux qui ont appelé à une politique climatique urgente, immédiate et de grande portée, on peut citer les sénateurs John Chafee, Robert Stafford et David Durenberger, l'administrateur de l'APE, William K. Reilly, et, pendant sa campagne présidentielle, George H. W. Bush. Comme Malcolm Forbes Baldwin, président par intérim du Conseil pour la qualité de l'environnement, l'a déclaré aux dirigeants de l'industrie en 1981 : " Il n'y a pas de préoccupation plus importante ou plus conservatrice que la protection du globe lui-même ". La question était primordiale, comme le soutien aux anciens combattants ou aux petites entreprises. Sauf que le climat avait un électorat encore plus large, composé de tous les êtres humains de la Terre.

 

Il était entendu qu'il faudrait agir immédiatement. Au début des années 1980, des scientifiques du gouvernement fédéral ont prédit que des preuves concluantes du réchauffement de la planète apparaîtraient dans le bilan des températures mondiales d'ici la fin de la décennie, et qu'il serait alors trop tard pour éviter une catastrophe. Plus de 30 % de la population humaine n'avait pas accès à l'électricité. Des milliards de personnes n'auraient pas besoin d'atteindre le "mode de vie américain" pour augmenter drastiquement les émissions mondiales de carbone : une ampoule électrique dans chaque village suffirait. Un rapport préparé à la demande de la Maison-Blanche par la National Academy of Sciences indiquait que " la question du dioxyde de carbone devrait figurer à l'ordre du jour international dans un contexte qui maximisera la coopération et la recherche de consensus et réduira au minimum la manipulation politique, la controverse et la division ". Si le monde avait adopté la proposition largement approuvée à la fin des années 80 - un gel des émissions de carbone, avec une réduction de 20% d'ici 2005 - le réchauffement aurait pu être maintenu à moins de 1,5 degré.

 

Un large consensus international s'était fait autour de l’idée d’un traité mondial pour réduire les émissions de carbone. L'idée a commencé à se concrétiser dès février 1979, lors de la première Conférence mondiale sur le climat à Genève, lorsque des scientifiques de 50 pays ont unanimement reconnu qu'il était " urgent " d'agir. Quatre mois plus tard, lors de la réunion du Groupe des Sept à Tokyo, les dirigeants des sept nations les plus riches du monde ont signé une déclaration résolue à réduire les émissions de carbone. Dix ans plus tard, la première grande réunion diplomatique pour approuver le cadre d'un traité contraignant a eu lieu aux Pays-Bas. Des délégués de plus de 60 pays y ont participé, dans le but d'établir un sommet mondial qui se tiendrait environ un an plus tard. Parmi les scientifiques et les dirigeants mondiaux, le sentiment était unanime : il fallait prendre des mesures et les États-Unis devaient montrer la voie à suivre. Il ne l'a pas fait.

 

Le chapitre inaugural de la saga du changement climatique est terminé. Dans ce chapitre - appelez cela l'appréhension - nous avons identifié la menace et ses conséquences. Nous avons parlé, avec une urgence et une illusion croissantes, de la perspective de triompher contre vents et marées. Mais nous n'avons pas sérieusement envisagé la perspective d'un échec. Nous avons compris ce que signifierait l'échec pour les températures mondiales, les côtes, le rendement agricole, les modèles d'immigration, l'économie mondiale. Mais nous ne nous sommes pas permis de comprendre ce que l'échec pourrait signifier pour nous. Comment changera-t-il la façon dont nous nous percevons, dont nous nous souvenons du passé, dont nous imaginons l'avenir ? Pourquoi nous sommes-nous infligés ça ? Ces questions feront l'objet du deuxième chapitre sur les changements climatiques, intitulé « The Reckoning ». Il ne peut y avoir de compréhension de notre situation difficile actuelle et future sans comprendre pourquoi nous n'avons pas réussi à résoudre ce problème quand nous en avons eu l'occasion.

 

Le fait que nous ayons été si près, en tant que civilisation, de rompre notre pacte de suicide avec les combustibles fossiles peut être attribué aux efforts d'une poignée de personnes, dont un lobbyiste hyperkinétique et un physicien de l'atmosphère intègre qui, avec obstination, ont essayé de prévenir l'humanité de ce qui allait arriver. Ils ont risqué leur carrière dans une campagne douloureuse et de plus en plus intense pour résoudre le problème, d'abord dans des rapports scientifiques, puis par des moyens conventionnels de persuasion politique et enfin avec une stratégie d'humiliation publique. Leurs efforts étaient astucieux, passionnés, obstinés. Et ils ont échoué. Ce qui suit est leur histoire, et la nôtre.


 


 

Partie 1   /    Partie 2   /   Epilogue

 

 



10/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 170 autres membres








Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion