USA: La fracturation hydraulique met à rude épreuve les ressources en eau.


Traduction et résumé personnel d'un article paru aux USA et tweeté par Josh Fox.

 

L'article original est ici Fracking Is Already Straining U.S. Water Supplies


 

En même temps que s’intensifiait l’extraction du gaz et du pétrole de schiste, la crainte que les réserves d’eau souterraine puissent être polluées augmentait. Dans certaines régions du pays, les effets de la fracturation hydraulique se font sentir sur l'approvisionnement en eau, car le processus en exige énormément et la compétition est rude entre usagers et compagnies pour l’accès à des réserves déjà très maigres en raison de la sécheresse ou d'autres facteurs.

Rappelons que chaque fracturation nécessite de 2.000.000 à 4.000.000 de litres d'eau, selon le Conseil de protection des eaux souterraines . L'Environmental Protection Agency ou EPA, a estimé que 35000 puits de pétrole et de gaz consomment entre 70 milliards et 140 milliards de gallons (1 gallon= environ 3,8 litres) d'eau chaque année. Selon l’EPA, c'est à peu près ce que consomment 40 à 80 villes ayant une population de 50.000 personnes, ou une à deux villes avec une population de 2,5 millions chacune.

 Un document publié le mois dernier par Ceres, une ONG qui travaille sur les questions de durabilité, a analysé 25.000 puits de pétrole et de gaz de schiste pour une opération appelée FracFocus.

Ceres a constaté que 47 pour cent de ces puits étaient dans des zones "à stress élevé ou très élevé en eau» en raison de retraits importants pour une utilisation par l'industrie, l'agriculture et les municipalités. Dans le Colorado, par exemple, 92 pour cent des puits ont été forés dans des zones à stress hydrique extrêmement élevé, et au Texas plus de la moitié le sont dans les zones à haut ou très haut stress hydrique.

"Compte tenu de la forte augmentation de la production prévue dans les années à venir et de la nature potentiellement intense de la demande en eau locales, la concurrence et les conflits autour de l'eau devraient être une préoccupation croissante pour les entreprises, les décideurs politiques et les investisseurs», conclut le rapport du Ceres. Il poursuit en disant que:

Les conditions de sécheresse prolongée dans de nombreuses régions du Texas et du Colorado l'été dernier créé une concurrence accrue et des conflits entre les agriculteurs, les collectivités et les promoteurs de l'énergie. Même dans les régions les plus humides du nord-est des États-Unis, des dizaines d’autorisations d’accès à l’eau accordées aux opérateurs ont été retirées l'été dernier en raison de faibles niveaux dans les ruisseaux.

Une autre étude récente de l'Université du Texas a regardé utilisation de l'eau passée et future pour la fracturation dans les régio de Barnett, Eagle Ford et Haynesville et a constaté que la fracturation hydraulique en 2011 a prélevé plus du double de l'eau consommée dans l'état trois ans plus tôt. Dans le comté de Dimmit, qui abrite le schiste Eagle Ford développement dans le sud du Texas, les opérations de fracking ont représenté près d'un quart de la consommation totale d'eau en 2011 et devrait croître d’un tiers en quelques années, selon la même étude.

En outre, en avril, le rapport de l'Organisation de l'Ouest de conseils en ressources a constaté que la fracturation hydraulique nécessite 7 milliards de gallons d'eau par année dans quatre États de l'Ouest: le Wyoming, le Colorado, le Montana et le Dakota du Nord. «La demande croissante d’eau pour la fracturation peut menacer la disponibilité de l'eau pour l'agriculture et les collectivités rurales de l'Ouest», a déclaré Bob Leresche, un habitant du Wyoming et membre du conseil d'administration du groupe.

La pétrolière nationale et l'association professionnelle du gaz, l'American Petroleum Institute, notent que «l'utilisation de l'eau par l'industrie est faible par rapport aux autres activités industrielles et récréatives." Mais même si la fracturation hydraulique représente habituellement seulement 1 pour cent ou 2 pour cent de l'ensemble de l’utilisation de l'eau, l'étude Ceres note «qu’il peut être beaucoup plus élevé au niveau local, et la concurrence plus dure avec des ressources limitées."

De nouvelles méthodes de fracturation.

Sans surprise, l'industrie du pétrole et du gaz, ainsi que des compagnies cherchent par tous les moyens à réduire et même éliminer leur colossale consommation d’eau.

Une nouvelle société au Texas, Alpha Reclaim Technology , voit l’utilisation des eaux usées traitées par des stations d'épuration municipales comme un début de réponse réponse. Fondée en 2011, la société s’est engagé auprès de certaines villes pour fournir environ 21 millions de gallons d'eaux usées traitées par jour et négocie avec l’industrie pétrolière et gazière et des sociétés de production pour l’extraction dans le schiste Eagle Ford play.

En ce qui concerne la consommation d'eau et la fracturation, Jeremy Osborne, vice-président de l'entreprise et avocat général, déclare: «Nous sommes vraiment dans une logique de confrontation ici au Texas», risque accéléré par la sécheresse et la croissance démographique.

Mais Jillian Ryan, vice-président d’Alpha Reclaim a déclaré que depuis toujours, l'évolution des pratiques dans l'industrie du pétrole et du gaz était un véritable défi. Alors que l'industrie prétend se préoccuper de la préservation de l'eau, Ryan dit: «Nous avons du mal à obtenir des compagnies pétrolières et de gaz qu’elles agissent conformément à leurs déclarations. Personne ne veut changer. Il est plus facile de forer un puits d'eau près d’un forage (de pétrole et de gaz). "

Un autre protagoniste est GASFRAC Energy Services , une société canadienne qui affirme qu'il a fracturé avec succès environ 2.000 puits à l'aide de gaz de propane liquide à la place de l'eau. La plupart de ces puits se trouvent au Canada, mais environ 100 d'entre eux sont au Texas.

Les écologistes et les opposants à la fracturation, cependant, sont inquiets à cette idée de fracturation au propane. Mobilisés par l’éventualité pour GASFRAC de travailler dans l'état de New York échappant ainsi au moratoire de l'État sur ​​la fracturation en utilisant le propane à la place de l'eau, des groupes environnementaux, y compris le Sierra Club et le Natural Resources Defense Council, ont protesté devant le commissaire du Département de l'état de conservation de l'environnement. Semblable à la fracturation à base d'eau, a déclaré le groupe, la fracturation au propane exige également "l'ajout de produits chimiques toxiques." Parce que la méthode de GASFRAC est protégée, les groupes ont dit dans leur lettre «qu'il ya peu d'information disponible pour le public sur le processus" et les produits chimiques exacts qu'il utilise.

Le propane est également très inflammable, et dans deux cas en Alberta en 2011, des incendies ont éclaté au cours des opérations de fracturation GASFRAC, blessant un total de 15 travailleurs.

Cornell University, professeur de génie Anthony Ingraffea est parmi ceux qui sont très sceptiques sur la fracturation dans les formations de schiste au propane et d'autres alternatives à l'eau. Ingraffea a étudié la fracturation pour son doctorat en 1970. Il constate que les pratiques de fracturation même modernes, utilisant des millions de gallons d'eau par puits pour obtenir tout juste 10 pour cent à 15 pour cent de pétrole ou de gaz, sont «très inefficaces et inélégantes."

En utilisant du propane ou une combinaison propane-butane, Ingraffea dit, que le côté positif est qu'elle élimine un problème majeur avec la fracturation à base d'eau, c’est l'évacuation de grandes quantités d'eau de reflux souvent contaminées avec des sels et de la radioactivité.

Mais, a-t-il ajouté, personne n'a encore démontré clairement que la fracturation au propane ou certaines des autres alternatives, telles que l'utilisation de l'azote ou le dioxyde de carbone gel peut rivaliser avec l'eau. 

Les sociétés de services pétroliers et gaziers comme Halliburton et Schlumberger ont dépensé beaucoup d'argent et ont fait travailler des esprits brillants et s'il y avait une «solution miracle on pourrait penser que ces sociétés n’auraient pas attendu pour la mettre en pratique."

 

Et le rapport Ceres de conclure :

Le développement de cette énergie met en évidence le fait que nos ressources en eau étaient déjà vulnérables avant que les demandes supplémentaires ne soient formulées. Les régulateurs, les gestionnaires de l'eau et, finalement, l'ensemble des acteurs économiques importants qui comptent sur d'abondantes réserves d'eau doivent redoubler d’efforts pour mieux gérer cette ressource limitée et des plus précieuses.

 

Tom Kenworthy est Senior Fellow au Center for American Progress.

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



17/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres