On commence quand ? Et avec qui ?


L’Oligarchie mondiale, par son avidité sans limite, sa volonté du « toujours plus », nous conduits irrémédiablement à notre perte. Par ses propres choix en premier lieu et par le modèle qu’elle sert à l’ensemble de la planète. « Faire comme » devient l’horizon de beaucoup. Il faut prendre conscience du fait que ces comportements ont deux conséquences. Le pillage des ressources et la pollution d’une part, et, afin de pouvoir conserver un pouvoir de plus en plus contesté, un glissement certain vers des régimes semi-autoritaires qui remettent en question les libertés fondamentales et la démocratie d’autre part.

 

Si nous voulons échapper à cette fuite en avant mortifère, nous devons lier écologie et politique. Il faut procéder à une analyse sans concession des rapports actuels de pouvoir et de domination. C’est l’avenir même de l’espèce humaine sur terre qui est en jeu. Pour nous maintenir dans des conditions dignes pour tous, il faut remettre un certain nombre de valeurs dans le « pot commun » de l’humanité. Humanisme, tolérance, respect.

 

Si le « toujours plus » conduit immanquablement dans le mur, il convient dores et déjà de penser au « consommer moins et partager plus ». Produire mieux et partager. Sur une planète qui pourrait nourrir bien plus d’habitants, les famines et la misère actuelles sont intolérables. La course aux biens matériels, le renouvellement accéléré d’objets inutiles, l’obsolescence programmée, vident et « essoufflent » la planète. Seulement voila. Modifier cet état de fait suppose que les puissants soient abaissés et que la lutte sans répit contre les inégalités soit la clé de voûte du nouvel ordre mondial.

 

On commence quand ? Et avec qui ? 

 

 

 

 



27/01/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets janvier 2012 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 210 autres membres