Mon billet Facebook du 06/03/2012


Si je puis me permettre une tentative de résumé et de pensée consensuelle, je suis en accord avec Thierry sur le fait que nous devrions pouvoir aborder tous les sujets et tenter d'en extraire ce qui a du sens et de l'importance pour nous. Le problème dans tous les discours qui nous sont assénés ces temps-ci, c'est l'amalgame, la perte de sens. Ayant travaillé plus de trente ans en ZEP avec des "communautés" se réclamant pour la plupart de l'islam, je sais un certain nombre de choses pour les avoir vécues de près. L'islam en tant que tel ne me dérange pas. Mais il faut être honnête et reconnaître que dans "les quartiers" comme on dit, il y a des phénomènes de radicalisation et de repli qui sont inquiétants, tant pour ces communautés d'ailleurs que pour la communauté nationale. Ce n'est donc plus l'islam qui pose problème, mais bien "l'utilisation" qui en est faite par certains (je pense ici aux "pseudo imams des caves" sans formation ni aucun contrôle). Il est difficile en un si court commentaire sur face book de traiter un sujet aussi compliqué je le reconnais. Ce qui me navre, c'est que les discours ambiants, dans la mécanique de stigmatisation qu'ils enclenchent, nous privent d'un vrai débat, nous privent de la possibilité de mettre les religions (toutes les religions) à la place qu'elles ne devraient jamais quitter, c'est à dire la sphère strictement privée. Ce n'est pas honteux que de demander que les religions n'empiètent pas sur la sphère publique, ce n'est pas honteux que de dire que nous ne voulons pas de l'expression des fondamentalismes quelle que soit leur origine. Ce n'est pas honteux que de dire qu'il ne faut pas confondre islam et islamiste, comme il n'est pas honteux de dire que les fondamentalistes tiennent le devant de la scène et imposent progressivement leur vision du monde dans bien des pays. Il n'est pas honteux de dire que je ne veux pas d'une France islamique, pas plus qu'une France à l'image des fondamentalistes chrétiens car il y en a. Il n'est pas honteux de dire que nous devons apprendre la tolérance, mais que cette tolérance doit agir dans toutes les directions. Il n'est pas honteux de dire que certains discours me gênent car ils sont liberticides. Il n'est pas honteux de garder les yeux ouverts, de dire que l'on n'est pas prêt à accepter n'importe quelle dérive. Nous avons encore un long chemin pour apprendre le vivre ensemble, restons simplement vigilants par rapport à tous ceux qui prônent plutôt le vivre comme eux! Pour en revenir au début de mon propos, ce n'est pas avec les méthodes aujourd'hui employées que l'on avancera sur ce sujet qui mérite mieux que toutes ces approximations.

 


 



06/03/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres



Mais ils ne font guère mieux ceux d'aujourd'hui qui, avant de commettre leurs crimes les plus graves, les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux.

Or ce tyran seul, il n'est pas besoin de le combattre, ni de l'abattre. Il est défait de lui-même pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s'agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner.

Ce maître n'a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n'a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu'il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire.

La Boétie