La violence institutionnelle contre les étudiants.


https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/l.gifes médias traditionnels n'insistent pas trop, alors, nous allons le faire à leur place: relayer la vague d'indignation qu'a soulevé l'action de la police macronienne contre des ados qui manifestaient leur opposition azu système Parcoursup et ses ratés!

 

Témoignage recueilli sur twitter.

 

 

 

 

Cette journée a commencé par ce mail reçu d'une collègue sans nouvelle de sa fille pendant toute la nuit. Téléphone dans les hostos. Téléphone chez les flics. Téléphone aux copains. Arrêtée lors de l'AG sauvage du lycée Arago, sans coup de fil avant la fin de l'après-midi.

Hier à la fin de la manifestation, des lycéens, étudiants et quelques adultes ont souhaité faire une AG dans le lycée Arago et commencer une occupation.

La police qui était sur place a immédiatement procédé à des arrestations prétextant des destructions et vandalisme (une vitre cassée selon les enseignants) ; Ont été arrêtés également des jeunes qui ne faisaient que stationner devant le lycée.

Et la police a ratissé dans un rayon assez large selon les témoignages. Surtout je voudrais vous raconter les prises de paroles de quelques parents et élèves.

Les parents ont su par les témoins que leurs enfants ont attendu plusieurs heures dans des cars, étouffant de chaleur, sans droit de sortir même pour aller faire pipi. Lumières éteintes. Ils ont été dispatchés dans plusieurs commissariats.

Une maman d'un jeune garçon de 15 ans a eu un premier coup de fil de la police à 4h du matin... pour lui indiquer une mauvaise information. Elle ne savait toujours pas (à 19h) où était son fils, après avoir arpenté plusieurs commissariats.

C'est cette femme qui a dit "mon fils voulait juste discuter dans le cadre d'une Assemblée générale ; ce gouvernement veut empêcher les enfants de penser".

Une lycéenne de 16 ans a pris la parole. Elle a raconté avoir été là hier et a fait une crise d'angoisse à l'arrivée de la police. Les pompiers sont intervenus, ont appelé la mère et ont dû contraindre la police à autoriser la mère à entrer. La petite a été conduite à Trousseau.

Elle était en larmes, culpabilisant, disait-elle, de ne pas être au côté de ses ami.e.s encore au commissariat...

La seule chose que l'on sait à cette heure c'est qu'il va y avoir des comparutions immédiates demain matin... mais pour quel délit ????

Maintenant je vais parler à titre personnel : je suis moi-même la mère d'un enfant de 15 ans ; je n'imagine pas l'angoisse de n'avoir aucune nouvelle de son enfant pris dans une arrestation totalement absurde et uniquement destinée à faire peur.

Et je suis enseignante aussi ; or ce soir j'ai entendu des gamins d'une maturité étonnante ; j'ai entendu des jeunes plein d'intelligence ; mais aussi très en colère.

Je ne comprends pas bien ce calcul gouvernemental ; il est purement malveillant et contre-productif. On n'apprend décidément pas grand chose de l'histoire dans ces milieux.

Je voudrais terminer par un grand MERCI aux quelques collègues présents ce soir. Et à toutes celles et ceux qui, en ce moment même, et de manière plus efficace que mes tweets, oeuvrent en coulisse pour aider tous ces gamins.

On me confirme à l’instant des comparutions immédiates au TGI Batignolles, métro Porte de Clichy demain matin à partir de 9h. Si vous êtes dispos, toute présence compte.

 



24/05/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 170 autres membres








Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion