Le marché très lucratif des anti-cancéreux!


https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/u.gifn article très intéressant d'un cancérologue américain expliquant les raisons des prix insoutenables des médicaments anticancéreux aux Etats-Unis.

Il faut savoir que les Etats-Unis donnent le tempo pour l’ "innovation " pharmaceutique mondiale car classiquement les nouveaux anticancéreux obtiennent d’abord l’AMM (autorisation de mise sur le marché) de la FDA (food and drugs administration) avant de gagner l’Europe et d’obtenir l’AMM de l’EMA (Agence européenne du médicament)

Généralement l’EMA se contente de suivre l’avis de la FDA et je n’ai pas souvenir qu’un anticancéreux ayant obtenu l’AMM aux USA ne l’ait pas obtenue en Europe. Les prix américains servent aussi de base de négociation pour les prix agréés dans d’autres pays.

A ceux qui parlent des dépenses élevées en R&D (recherche et développement), Tito Fojo, cancérologue, répond que les plus grosses entreprises de l’industrie pharmaceutique génèrent le double du bénéfice net de la moyenne des 500 entreprises du classement de la revue Fortune et que les 10 milliards $ d’économies d’impôts générées pour elles par la réforme fiscale de Trump iront à l’achat d’actions et non à la R&D

Une étude de Peter Bach a montré que les 76 milliards $ (allégués) investis par l’industrie pharmaceutique en R&D pour les 20 médicaments générant le plus de revenus ont été surcompensées par les profits générés sur le seul marché américain qui se montent à 116 milliards $.

Dans un pays qui ne jure que par la concurrence il n’y a pas de concurrence mais uniquement des ententes entre les sociétés pharmaceutiques, ce qui permet de maintenir  les prix à un niveau très élevé, même lorsque les génériques sont disponibles, comme c’est le cas du Gleevec , médicament réellement performant utilisé en hématologie dont toutes les versions se vendent à 11000$ /mois de traitement.

Contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays, qui permet de réduire les prix en moyenne de 41%, il n’y a aucune régulation dans une étude. Quand elle existe cette régulation est là pour permettre des prix élevés et non pour les réduire.

Ainsi, dans 42 états américains, les assureurs publics et privés ont l’OBLIGATION, en vertu de la loi, de rembourser sans discuter les prix tous les anticancéreux approuvés par la FDA.

Les hôpitaux, souvent privés, reçoivent un pourcentage sur la vente des médicaments qui y sont prescrits, ce qui constitue une incitation à prescrire les médicaments les plus chers possible.

La valeur inappréciable des médicaments anticancéreux est invoquée comme une justification à ce système pervers dont tout le monde tire un bénéfice sauf les patients. Mais cette valeur est présupposée plus que démontrée.

En effet, Tito Fojo estime que les médicaments qui sont approuvés  actuellement par la FDA, ne l’auraient jamais été avec ces mêmes critères il y a 20 ans. Les exigences pour l’obtention de l’AMM ont été fortement réduites.

Pour Bishal Gyawali tout médicament anticancéreux est actuellement considéré comme ayant une très forte valeur intrinsèque, indépendamment de sa valeur réelle pour le patient. Cela sur la foi de PROMESSES  de guérison futures et sans prendre en compte le coût pour  la société.

Plusieurs suggestions sont faites pour améliorer ce système pervers, mais visiblement, l’industrie pharmaceutique a fait en sorte que trop d’acteurs stratégiques et de groupes d’intérêts en bénéficient  pour qu’il soit possible d'arriver à un consensus pour changer ce modèle.

Tito Fojo, suggère que les investigateurs, qui sont aussi des médecins, soient plus exigeants dans les critères de participation aux essais cliniques que l’industrie leur propose, afin de ne pas permettre que soient approuvés des médicaments chers, sans valeur ajoutée pour le patient.

L’industrie pharmaceutique se comporte comme un aspirateur à richesses, offrant bien peu de valeur réelle pour les prix qu’elle impose. Cela grâce au réseau très touffu  de conflits d’intérêts qu’elle a su mettre en place.

C’est malheureusement ce modèle pervers qui conditionne et façonne tout le marché pharmaceutique mondial.

 



10/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets mai 2018 - Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion