La solidarité en question.


Entendu à la radio :

Question du journaliste : « Faut-il plafonner les allocations familiales ; autrement exprimé, est-il légitime que les couples aisés perçoivent les mêmes prestations sociales que les couples moins favorisés ? »

Réponse de l’invité (je suis désolé mais son nom m’échappe…) : «Il n’en est pas question : ces allocations sont l’expression de la solidarité de notre système de prestations sociales. »

Je suis abasourdi par cette réponse.  Ainsi, la solidarité c’est offrir aux plus riches les mêmes avantages qu’aux pauvres (du moins dans le domaine des prestations sociales). Il faut oser quand même !

Si vous êtes pauvre, vous êtes un profiteur, un assisté. Si vous êtes riche, on vous doit la solidarité.

Cette réflexion est la démonstration évidente du « glissement idéologique » de notre société. Evoquer une nécessaire solidarité pour les familles aisées est le signe que la logique ultra libérale a pénétré tous les rouages de notre société.

Mon père m’avait appris que lorsqu’on a un tout petit peu plus que certains autres, il est noble de partager et de venir en aide. Aujourd’hui, les pauvres restent avec leurs manques et leurs difficultés, les riches considèrent qu’ils n’en ont jamais assez et que les efforts sont pour les autres.

J’ai évoqué ce thème dans un autre article, montrant que les enfants de riches coûtaient à la collectivité plus que les enfants de pauvres. Cette réflexion montre à l’évidence que les choses ne sont pas près de changer.

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



30/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets janvier 2013 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres