L'extrême droite en Europe


L’extrême droite en Europe.

 

 

Pays

Dernier score connu

Notes

France

17,90%

Score réalisé au premier tour des présidentielles 2012.

Finlande

19,1%

Législatives 2011. Parti des vrais finlandais, son leader propose la mise en faillite et la sortie de l’Europe de tous les pays du Sud

Grèce

5,6%

Législatives 2009. L’Alarme orthodoxe populaire (LAOS) a participé au gouvernement de novembre 2011 à février 2012 avant de se retirer par opposition au plan d’austérité.

Italie

8,3%

Législatives 2008. Parti miné de l’intérieur par des luttes de succession.

Pays Bas

15,5%

Législatives 2010. Parti pour la liberté est la troisième force politique du pays. A rompu l’accord avec son allié conservateur par désaccord sur le nouveau plan de rigueur entraînant sa démission.

Pologne

0,24%

Législatives 2011. Parti de l’autodéfense de la république de Pologne.

Roumanie

3,1%

Législatives de 2008. Parti de la Grande Roumanie. En 2000 son leader atteint 33% au second tour des présidentielles. En 2008 le parti est éliminé du parlement en raison d’un score <5%

Slovaquie

5,1%

Législatives 2010. Parti national Slovaque. A fait partie de la coalition gouvernementale avec le centre gauche de 2006 à 2010. Une des phrases de son leader : « Il n’y a pas de Roms, seulement des gitans qui volent, pillent et dépouillent ».

Suisse

26,6%

Elections fédérales de 2011. Union démocratique du centre. Obtient pus de 20% des voix aux élections fédérale depuis 1999. Son leader a siégé au conseil fédéral pendant 4 ans.

Lituanie

12,6%

Législatives 2008. Parti pour l’ordre et la justice. Son leader a été président de la république en 2002 et destitué en 2003.

Autriche

28,2%

Score des deux partis d’extrême droite aux législatives de 2008. Le Parti autrichien de la liberté continue après la mort de son leader Jörg Haider à organier par exemple des bals pour l’élite européenne d’extrême droite.

Belgique

8,2%

Législatives de 2007. Vlaams Block devient le second parti flamand en 2004 avec 24% des voix. Dernier « exploit », création d’un site où on peut dénoncer les délits commis par des immigrés clandestins.

 

 

 

Bulgarie

9,4%

Législatives de 2009. L’Ataka est ouvertement xénophobe et n’hésite pas à appeler à « transformer les tziganes en savon ».

Danemark

13,9%

Législatives de 2011. Parti du peuple.

Hongrie

16,7%

Législatives de 2010. Mouvement pour une meilleure Hongrie. Premier objectif, la lutte contre les roms. Idées reprises maintenant par le parti du premier ministre.

Norvège

22,9%

Législatives de 2009. Le parti du progrès. Seconde force politique du pays de puis 2005.

Royaume Uni

3,1%

Législatives de 2011. Parti pour l’indépendance du Royaume Uni.

Royaume Uni

1,9%

Législatives de 2010. British National Party. Il a deux sièges au parlement européen.

Allemagne

1,8%

Législatives de 2009. Union du Peuple. Présente au parlement régional de Saxe depuis 2004 et en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale depuis 2006.

Lettonie

 

Coalition de partis nationalistes et anti-russes. 8 sièges aux législatives de 2006 et 2010.

Slovénie

1,8%

Législatives de 2011 (contre 5,5% en 2008). Parti national slovène. Parti eurosceptique et anti OTAN.

Suède

5,7%

Législatives de 2010. Démocrates de Suède. 20 sièges au parlement en 2010.

Chypre

1,08%

Législatives de 2011. Front national Populaire.

Espagne

0,24%

Législatives de 2011. 1,73% chez les catalans. Plateforme pour la catalogne.

Irlande

0,1%

Législatives de 2011. Parti de la solidarité chrétienne.

Portugal

0,32%

Législatives de 2011. Parti national rénovateur.

République Tchèque

0,03%

Législatives de 2010. Parti national.

 

Plus d'informations à lire --> ICI 

 

 

 



25/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres



Mais ils ne font guère mieux ceux d'aujourd'hui qui, avant de commettre leurs crimes les plus graves, les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux.

Or ce tyran seul, il n'est pas besoin de le combattre, ni de l'abattre. Il est défait de lui-même pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s'agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner.

Ce maître n'a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n'a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu'il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire.

La Boétie