L'assistanat, un vrai fléau?


La guerre des libéraux en général et de l’UMP en particulier a quelque chose d’insupportable.

 

Insupportable avant tout d’un point de vue moral : une société qui ne parvient pas à soutenir ses membres les plus faibles est une société malade. Malade de tant d’égoïsme, de  tant de mépris.

 

Insupportable également d’un simple point de vue comptable. Ce mépris affiché et qui repose sur le prétendu coût insupportable de « l’assistanat » pour la collectivité est simplement honteux.

 

Afin de démonter cette odieuse argumentation, regardons simplement les chiffres.

 

Personnes âgées bénéficiant du minimum vieillesse : 708,95€ mensuels

Personnes handicapées : 711,95

Célibataire percevant le RSA : 466,99

Demandeurs d’asile et détenus : 329,41

Des sommes enviables vous l’avouerez ! De l’assistanat ou plutôt de la charité ?

 

Continuons si vous le voulez bien.

 

Dans notre pays, ce sont de l’ordre de 3 200 000 personnes qui bénéficient d’aides sociales. Nous sommes loin avec ce chiffre des 8 200 000 personnes en dessous du seuil de pauvreté qui s’élève à 954€ mensuels. Un écart important entre ceux qui pourraient être bénéficiaires et ceux qui le sont vraiment. On sait également que près du tiers des bénéficiaires potentiels n’ont fait aucune démarche. On ne peut pas dire qu’il y ait vraiment une tendance à l’abus !

 

Evoquons les fraudes dont la droite nous affirme qu’elles vident les caisses de l’Etat. Selon la cour des comptes, cette fraude concerne moins de 1% des bénéficiaires d’aides. Ces fraudes s’élèveraient à 3 milliards d’€. Le chiffre est important je le concède. Mais on oublie de nous dire que l’Etat cherche à récupérer les sommes indûment versées. En 2011, ce sont 505 millions d’€ qui ont ainsi été récupérés.

Voila pour ce qui est de la fraude : un trou de 2,5 milliards d’€.

 

Mais que devient cette somme si on l’oppose à un autre  chiffre que les libéraux de ce gouvernement se gardent bien de nous rappeler. Je veux parler du montant estimé de fraudes fiscales qui avoisinerait les 30 milliards d’€.

 

Alors dites-moi, où sont les vrais profiteurs, les vrais voleurs de richesse. Les pauvres gens qui survivent avec quelques miettes, ou les fraudeurs à l’impôt sur le revenu, les fraudeurs à l’impôt sur les sociétés, les employeurs fraudeurs sur les prélèvements sociaux ? La réponse me semble aller de soi !

Encore une fois, stigmatiser les pauvres quand ce sont les plus fortunés qui fraudent sans vergogne, c’est tout de même un peu fort !

 

Monsieur Wauquiez  s’indigne de « l’immigration financière », je préférerais qu’il s’attaque à « l’émigration financière » qui nous prive chaque année de sommes astronomiques.

 

Cessons donc de stigmatiser les pauvres au seul prétexte que « les pauvres ne votent pas… » 

 

 

Compléter votre information avec cet article, ou celui-ci

 

 

 

 



05/03/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres