Gaz de schiste: Traduction: Pour baisser les coûts, Chespeake réduit les redevances.


Traduction personnelle de cet article.

Derrière le mirage de la fortune facile grâce au gaz, les comportements inouïs des compagnies gazières qui ne reculent devant rien pour réduire les coûts et favoriser les actionnaire. une industrie à la dérive.

 

 


 

 

Alors que l'industrie du gaz naturel a du mal à faire face à la baisse des prix, Chesapeake Energy Corp a commencé à reporter une part beaucoup plus importante des coûts de transport et de marketing sur les propriétaires des terres de Pennsylvanie qu'elle loue.

Le plus grand opérateur de gaz naturel dans la formation de schiste de Marcellus en Pennsylvanie, Chesapeake, a commencé cette année à faire des déductions beaucoup plus importantes  sur les redevances, il met les propriétaires fonciers à contribution pour aider à payer la collecte, la mise en pression, la commercialisation et le transport du gaz naturel. Dans la plupart des cas, la réduction est plus de moitié.

Les déductions laissées à l'entière discrétion de la Société, sont autorisées dans la plupart des baux de forage en Pennsylvanie. Ces déductions sont faites dans d'autres états, principalement au Texas, où les sociétés d'énergie ont eu une phase difficile qu’ils ont répercutée sur les coûts. Une loi ambiguë en Pennsylvanie a permis à Chesapeake et d'autres dans l'industrie de pousser plus loin la pratique comme l’ont confirmé des analystes, des politiciens et des avocats.

Pendant des années, selon les propriétaires, la plupart des entreprises ont répercuté un faible pourcentage sur leurs redevances, généralement de 5 à 10 pour cent, une pratique généralement admise, avec peu de contestation. Certaines entreprises ne prélèvent rien pour couvrir leurs frais.

A partir de Janvier, cependant, Chesapeake a commencé à déduire 60 pour cent ou plus des chèques de redevances en Pennsylvanie, selon un examen des contrats et plus d'une douzaine d'interviews.

Les déductions, telles que les permettent la loi de 1 979 sur « la redevance minimum garantie de Pennsylvanie », ont permis à l'entreprise de réduire les coûts et d’augmenter le rendement des actionnaires. Mais inévitablement, elles bouleversent certains propriétaires qui avaient mal lu les petits caractères de leurs contrats.

"Quand ils prennent une si grosse part, vous avez envie de dire: « Ce n'est pas la peine de les faire forer'", a déclaré Terry Van Curen, un comptable à la retraite qui, avec son épouse, Diana, est propriétaire de 17 hectares nichés sur le flan d'une montagne brumeuse dans Litchfield Township, en Pennsylvanie. "Pourquoi payons-nous pour qu’ils exploitent notre terre?"

Van Curen a vu sa redevance de janvier 20132 réduite de 85 pour cent, celle de décembre 2012 avait été déduite elle de 24 pour cent. Pour mai, la plus récente mensualité qu'il a reçue, son chèque de redevance s’élevait  à 122.08 $, avec 274.70 $ déduits.

La première des cinq pages du contrat de location de Van Curen comprend une clause garantissant une redevance de 12,5 pour cent sur tous les revenus perçus à partir de son terrain, mais avec des "ajustements sur la production", permettant ainsi la déduction de taxes et autres frais à déduire. C'est cette petite clause qui a permis à Chesapeake d’augmenter ses déductions et de contourner les 12,5 pour cent selon les avocats. Van Curen a reconnu qu'il avait à peine lu cette clause quand un agent de Chesapeake est venu frapper à sa porte en 2009.

Chesapeake a refusé plusieurs demandes de commenter cette clause. L’an dernier, la société d'énergie a agressivement travaillé pour réduire les coûts et vendre des actifs «sous-performants » ou non essentiels afin de compenser les prix bas du gaz naturel qui diminuaient les profits.

Les faibles prix du gaz sont le résultat direct du développement en Amérique de l’exploitation du gaz de schiste grâce à la fracturation hydraulique. La ruée vers le fracking  au cours des quatre dernières années a stimulé les livraisons de gaz naturel domestique, tirant fortement les prix à la baisse et faisant pression sur Chesapeake et ses homologues.

Doug Lawler, qui est devenu le PDG de Chesapeake en Juin après avoir co-fondé Aubrey McClendon, a été forcé à la suite d'une crise de la gouvernance et une crise de liquidités, a souligné les efforts de l'entreprise pour réduire les coûts lors d'une conférence téléphonique avec des investisseurs. Les actions de Chesapeake sont en hausse de près de 60 pour cent depuis Janvier.

Pourtant, l'entreprise a mis en garde sur des coûts de transport de gaz naturel en Pennsylvanie en hausse. La zone de schiste de Marcellus en Pennsylvanie recelle environ un quart de 10,93 billions de pieds cubes des réserves de gaz prouvées de Chesapeake, soit assez pour alimenter les besoins des États-Unis pendant près de trois ans.

Il n'est pas clair de savoir combien d'argent Chesapeake a économisé en transférant une grosse part des coûts sur les propriétaires fonciers. Les sociétés d'énergie gardent jalousement les données spécifiques sur les puits et des analystes de Wall Street disent qu'il est presque impossible d'extrapoler à quel point la nouvelle pratique a renforcé les bénéfices de Chesapeake, grâce à des volumes de production et des prix du gaz naturel fluctuant parmi les milliers de puits del’entreprise en Pennsylvanie.

Menant la charge

La nouvelle stratégie de Chesapeake a suscité des critiques parmi les habitants.

"Je soutiens fièrement le développement de l'énergie dans notre Etat", a déclaré Doug McLinko, un commissaire du comté de Bradford, a déclaré lors d'une interview à la RiverStone Inn.

"Mais ces déductions plus élevées affectent les familles de travailleurs et les personnes âgées."

La peur dans le comté de Bradford, une région montagneuse à la frontière nord de l'État qui produit plus de gaz naturel que n'importe quel autre comté en Pennsylvanie, vient de ce que ces déductions peuvent devenir plus importantes encore si les autres compagnies adoptent cette pratique.

Talisman Energy Inc, le quatrième plus grand producteur de gaz naturel dans le Marcellus, annonce qu'il va réfléchir s’il doit lui aussi déduire les frais des redevances.

"Toute décision sera prise de façon réfléchie, en tenant compte des considérations de nos propriétaires», a déclaré la porte-parole Talisman Phoebe Buckland.

Royal Dutch Shell PLC, le troisième plus grand producteur dans le Marcellus, dit qu'il faut considérer les  déductions "bail par bail" ce qu’il a fait pendant des années pour à peu près 70 pour cent de ses puits en Pennsylvanie. Plus tôt cette année, cependant, Shell a commencé à déduire des coûts sur les  30 pour cent des baux restants de Pennsylvanie.

«C'est déjà une partie de leur contrat de location», a déclaré la porte-parole de Shell Kimberly Windon.

Statoil ASA, qui détient une participation de 33 pour cent dans la plupart des puits de Chesapeake en Pennsylvanie, ne déduit pas les coûts.

Southwestern Energy Co et Cabot Oil & Gas Corp réduisent déjà de faibles pourcentages de paiements de redevances aux titulaires de bail, généralement pas plus de 20 pour cent. Les deux sociétés ont refusé de commenter lorsqu'on leur a demandé s'ils prévoyaient d'augmenter les déductions.

QU'EST-CE QU'UNE «redevance»?

En 2008, plusieurs propriétaires de Pennsylvanieont poursuivi Southwestern Energy pour essayer de faire invalider leurs baux, estimant que la société n'avait pas le droit de déduire les frais en vertu de la loi de 1979. Deux ans plus tard, la Cour suprême de l'État a jugé que les sociétés d'énergie pouvaient déduire les frais, puisque la loi ne définit pas précisément ce qu’est exactement la redevance.

Le tribunal a demandé de mettre à jour la loi, ce qui n’a ps encore été fait.

En l'absence de toute mise à jour, Chesapeake a envoyé des lettres à ses locataires au début de 2012 en disant qu'ils allaient commencer la déduction des coûts des chèques de redevances, et dans certains cas, envoyer les factures rétroactives pour les coûts remontant à la décision de 2010.

Certains membres de la Chambre des représentants l'état envisagent d'introduire une législation dans les mois prochains afin d'actualiser la loi de 1979 et de garantir aux propriétaires un minimum de 12,5 pour cent de redevances, indépendamment des coûts.

«Sommes-nous, en tant que gouvernement, responsable d’une absence de fair-play?" a déclaré le Représentant Tina Pickett, un républicain.

Pickett répond aux électeurs comme Janet Geiger et son mari, Dick, qui possèdent 10 hectares loués à Chesapeake. Le couple a reconnu qu'ils n'ont pas lu leur bail complètement avant de le signer et se rendent compte maintenant qu'il permet de déduire les coûts.

Ils ont assisté à plusieurs réunions de relations publiques de Chesapeake dans les bibliothèques locales avec le personnel de l'entreprise, mais ont dit qu'ils repartaient toujours frustrés, leurs questions au sujet des retenues n’ayant jamais reçu de réponse satisfaisante. Le mois dernier, le couple a reçu un chèque de Chesapeake d’un montant der 45,28 $, après plus de 450 $ de déduction.

«Oh mon dieu, ils nous enlèvent petit à petit nos redevances», a déclaré Janet Geiger, une infirmière à la retraite. «Je ne m'attendais pas à devenir riche, mais bon sang, nous n'obtenons pas suffisamment de redevances pour payer les taxes sur notre propriété."

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



28/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres