Gauche ou droite, qui est le plus libéral?


Nombreux sont ceux qui parlent de dérégulation financière ces derniers temps. Nombreux sont ceux qui y voient la raison première du chaos général dans lequel nous semblons être en train de nous enfoncer.

Reprenons alors la chronologie des faits marquants des deux dernières décennies et tentons d’en identifier les responsables.

 

1984 : Dérèglementation du métier bancaire par la loi promulguée par Pierre Maurois. Cette loi met fin à la spécialisation des banques qui peuvent désormais commercialiser plusieurs types de services.

 

1986 : Acte unique européen. Avec ce traité, c'est la première fois que l'on retrouve dans un traité des dispositions communautaires (supranational) et des dispositions intergouvernementales (international). Il est dû en grande partie à Jacques Delors. Il définit quatre libertés.

Libre circulation des marchandises et des services. Ouverture des marchés publics.

Libre prestation (banques assurances, finances, transports du pays d'accueil) et liberté pour une entreprise de s'installer dans le pays de son choix.

Libre circulation des personnes

Libre circulation des capitaux.

 

1986 : loi Bérégovoy sur la dérèglementation financière (déréglementation, désintermédiation, décloisonnement, désinflation).

 

1988 : la France accepte le principe de la fin du contrôle des changes et la liberté de circulation des capitaux. Aucune harmonisation fiscale européenne ne vient « tempérer » cette décision.

 

1988 : Cette année est riche. La libéralisation complète du marché des capitaux est programmée pour 1990 par la directive Delors – Lamy.

 

1990 : La fiscalité sur les revenus du capital est fortement diminuée.

 

1992 : Signature du traité de Maastricht. Si on s’en tient au seul « horizon » financier, la principale conséquence est la levée de toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers.

 

1998 : Dominique Strauss-Khan  met en place un régime fiscal avantageux pour les stock-options.

 

2001 : La directive Bolkestein facilite les OPA.

 

2004 : Elaboration du projet de constitution européenne, qui sera reprise dans le traité de Lisbonne.

Ce qui m’intéresse dans cet historique, ce sont à la fois les mesures prises, et qui les a prises. L’évidence première est que la droite, fervente adepte du libéralisme est responsable de la libéralisation sauvage de notre économie. La réalité est pourtant tout autre.

 

A la lecture des informations ci-dessus, on observe, pour peu qu’on fasse un petit effort d’objectivité, que les gouvernements de gauche ont très largement participé à cette entreprise de libéralisation financière.

 

En fait, la gauche serait responsable de 66% de la dérégulation financière en France.

Il convient bien sur de ne pas tirer plus d’enseignements que ce qui est écrit. Ces décennies ont vu l’alternance gauche droite aux commandes de l’état, et les réformes des uns auraient tout aussi bien pu être menées par les autres.

 

Pour moi, j’en déduis juste que nos élites issues des mêmes milieux, formées dans les mêmes écoles, bénéficiant des mêmes carnets d’adresses, mènent forcément la même politique. Il n’y aura pas de changements avec les gens qui détiennent actuellement les rênes. Ne comptons pas sur ceux qui nous ont mis dans cette situation pour nous en sortir !

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024522_20120703322478.gif

 



01/10/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres