Emmanuel Macron a uni son pays - contre lui


Traduction personnelle d'un article sévère du journal britannique "The spectator".

 


 

 

 

Si vous pensiez que la politique britannique était mauvaise, pensez à la France.

 

Un dirigeant incompétent, en proie à des conflits, détesté et soupçonné par la grande majorité des électeurs. Une économie chancelante qui pourrait être plongée dans la récession par le Brexit. Une opposition redynamisée. D'énormes manifestations de rue. Des querelles avec les partenaires européens. Le gouvernement est paralysé, l'opposition est enhardie - et la nation est humiliée, alors que le monde entier regarde avec horreur et se demande comment un dirigeant qui était si populaire il y a deux ans a pu faire pour que les choses aillent si mal.

Il ne s’agit pas de Theresa May, mais d’Emmanuel Macron, le politicien qui est peut-être le plus grand « Brexiter » de tous. Alors que la saga du retrait britannique entre dans son dernier chapitre, Macron est devenu le plus ardent défenseur de l'idée de mettre la Grande-Bretagne à la porte, de conclure ou non un accord, peu importent les conséquences.

Pourquoi se comporte-t-il ainsi ? La France ne souffrirait-elle pas encore plus d'un Brexit sans accord ? Mais pour comprendre sa rage, il faut comprendre la profondeur du gouffre dans lequel il se trouve maintenant.

Il est désormais patent que les Britanniques se considèrent comme la risée de l'Europe. Certes, le drame de Westminster est embarrassant, mais il pourrait être pire. On pourrait être la France. Il y a tout juste deux ans, Macron était considéré comme le grand espoir centriste non seulement de la France mais aussi de l'Europe. Le plus jeune président de l'histoire du pays a été élu à l'âge de 39¾ avec l'approbation quasi unanime des bien pensants européens. Il a promis de sortir la France de la sclérose politique, économique et sociale, d'écarter la menace du populisme, de licencier un demi-million de fonctionnaires surnuméraires et de rendre sa grandeur à la France.

Il découvre rapidement qu’il est possible de parler de la réforme d'un État accablé par le clientélisme et le protectionnisme, mais difficile, voire impossible à la réaliser. Ses prédécesseurs ont fait la même découverte.

Son échec est spectaculaire et complet. Les banlieues sont en ébullition et son projet de réforme à l’arrêt. Les légions de fonctionnaires restent en place, dont beaucoup ont récemment révélé qu'ils travaillaient moins de 35 heures par semaine. Les dépenses de l'État représentent 58 % de l'économie, avec les impôts les plus élevés d'Europe pour payer tout cela. L'entreprise est écrasée par de nouvelles taxes sur l'emploi, ce qui peut doubler le coût de l'embauche d'un travailleur. Des réductions d'impôt sont promises, mais ne sont pas mises en œuvre et ne peuvent se faire sans gonfler le déficit alarmant ou réduire les dépenses de l'État.

Les Français en ont assez. Les sondages d'opinion sont parlants. Selon l'enquête YouGov Eurotrack, Macron est aujourd'hui, de loin, le leader le plus mal aimé en Europe. Parmi la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la France, le Danemark, la Suède et la Norvège, Macron termine dernier dans chaque catégorie.

Approuvez-vous le bilan du gouvernement à ce jour ? Soixante-seize pour cent des électeurs français désapprouvent. Pensez-vous que la situation financière de votre ménage va changer au cours des 12 prochains mois ? Dans un rapport de quatre pour un, ils pensent que la situation va s'aggraver. La situation financière de votre ménage a-t-elle changé au cours des 12 derniers mois ? La moitié d'entre eux disent que la situation s'est détériorée, ou qu'elle s'est beaucoup détériorée. Comment pensez-vous que l'économie du pays a changé au cours des 12 derniers mois ? Cinquante-sept pour cent disent que c'est pire ou bien pire. Un sondage différent a révélé que 75 pour cent des Français sont d'accord pour dire que Macron peut être considéré comme un " président pour les riches ".

La trajectoire du projet Macron a fait l'objet d'une étude de cas à Hubris. Il a pris la politique verte et l'a mise à l'épreuve jusqu'à la destruction. Le fait qu'il ait augmenté les taxes sur l'essence l'an dernier tout en réduisant l'impôt sur la fortune était une manœuvre peu judicieuse : cela semble montrer son mépris pour ceux qui vivent en dehors des villes, dans les régions provinciales où ils ont besoin de voitures. Sa taxe sur le diesel et sa taxe sur le carbone ont été la cause immédiate de la naissance du mouvement des gilets jaunes, qui paralyse toujours les villes tous les samedis. Son explication selon laquelle les prix de l'essence ont dû augmenter pour contrer les changements climatiques n'a pas eu beaucoup de succès auprès des électeurs.

La France a connu 21 week-ends consécutifs de manifestations et d'émeutes au cours desquels des milliers de personnes ont été arrêtées, des centaines blessées, beaucoup gravement, et dix tuées. La brutalité fréquente de la police, relayée instantanément sur les réseaux sociaux, a été condamnée par Amnesty International et l'ONU. Les dommages physiques ont coûté des centaines de millions de dollars. L'atteinte à la réputation a été bien pire.

Investir en France ? L'espoir d'attirer de nombreux banquiers de l'île du Brexit a fait long feu, de même que les Porsche de l'avenue Kléber. La réaction de Macron a été de dénoncer les manifestants comme des " ennemis " de l'État et d'imposer de nouvelles lois supprimant les " fausses nouvelles ". Il est facile de comprendre son allergie aux reportages en dehors des voies conventionnelles habituellement obéissantes.

Sanctimonieux il l'est peut-être, mais la probité de Macron est aussi douteuse que sa compétence. Ses efforts maladroits pour dissimuler un scandale dans son entourage, impliquant un beau jeune garde du corps d'origine maghrébine, aujourd'hui licencié, mais apparemment toujours en contact avec le cercle de Macron, ont ébranlé même certains des organes de presse parisiens normalement complaisants.

Et voici maintenant son dernier projet, celui de lancer son ambitieuse " Renaissance de l'UE ", une grande idée largement inachevée qui n'a pas trouvé un écho frappant auprès des Français, qui n'ont vraiment aucune idée de ce dont il parle et dont les propres opinions profondément eurosceptiques sont ignorées. N'ayant pas réussi à réformer la France depuis Paris, il semble imaginer que sa nouvelle UE pourrait faire le travail à sa place, sortant le pays de 40 ans de stagnation.

Avec l'Europe comme norme, la contre-attaque de Macron n'a pas été convaincante. Depuis plusieurs semaines, la France assiste au spectacle embarrassant de son grand débat national, lancé pour détourner l'attention de l'insurrection des gilets jaunes. Salué comme un grand exercice de démocratie consultative, il s'agit plutôt d'un monologue. Il a fait le tour du pays, non pas en débattant, en n'écoutant pas, mais en parlant, parlant, parlant, parlant, parfois pendant trois heures, sans pause. Même son public trié sur le volet n'a pas réussi à attirer l'attention.

Il est révélateur de constater que l'un des sujets presque entièrement exclus de l'ordre du jour de ce soi-disant débat était l'Europe. Macron n'a jamais eu l'intention de consulter les électeurs à ce sujet, et pour cause. Les Français comptent parmi les électeurs les plus eurosceptiques d'Europe. En 2005, ils ont rejeté la Constitution européenne. (La Constitution a par la suite été rebaptisée traité et imposée de toute façon.)

Il est étrange que Macron reste profondément admiré à l'étranger, notamment par l'Economist, dont le correspondant parisien le vénère pratiquement, et le New York Times, qui l’a baptisé l'anti-Trump. Le Washington Post s'est même pâmé devant son mariage - un triomphe pour le féminisme, apparemment. Mais en France, même ceux qui ont l'intention de voter pour sa liste lors des prochaines élections parlementaires européennes en se bouchant le nez.

 

Alors que ses réformes économiques sont au point mort et que ses tentatives d'acheter les gilets jaunes ont poussé la dette de la France à la limite de 100 % du PIB, Macron doit maintenant faire face à deux autres épreuves. Ni l'une ni l'autre ne peut s'améliorer. Il est ironique que si le Brexit est contrecarré, seul Nigel Farage sera probablement plus déçu que Macron. La deuxième, l'élection de mai, au cours de laquelle il risque d'être humilié.

 

Face à l'opposition d'une extrême gauche farfelue et d'une extrême droite toxique, les candidats de Macron pourraient bien avoir le plus grand nombre de sièges à ce jour. La conclusion est que même si les électeurs n'aiment pas Macron, beaucoup n'accepteront pas l'alternative. (C'est une expression particulièrement française de la démocratie qu'un politicien puisse gagner une élection avec un taux d'approbation de 14 pour cent.)

 

Ou peut-être pas. Les électeurs qui voteraient pour Macron comme le moindre des deux maux d'une élection présidentielle pourraient être moins scrupuleux dans une course au Parlement européen. Les gilets jaunes sont plus susceptibles d'être motivés à voter, et la base de Macron n'est peut-être pas assez grande pour le pousser au-delà des limites. Quel que soit le camp capable de proclamer la victoire, la France va inévitablement renvoyer un grand nombre d'eurodéputés eurosceptiques, et avec des alliés de toute l'Europe, ils vont rendre la renaissance de Macron impossible.

 

L'obsession de Macron pour le fédéralisme européen ne l'a pas seulement éloigné des électeurs, mais a aussi irrité sa plus importante alliée, la chancelière allemande Angela Merkel. L'Allemagne ne veut rien savoir de l'union fiscale proposée par Macron. Pourquoi les Allemands devraient-ils payer les dettes de la France ? Et dernièrement, elle a été particulièrement alarmée par sa rhétorique antibritannique incendiaire. Macron pourrait imaginer que pour la cause de sa renaissance, il est essentiel de pousser les Britanniques dans le froid le plus tôt possible, de négocier ou de ne pas négocier. Merkel est à l'écoute des industriels allemands, en particulier des constructeurs automobiles, qui qualifient d'île au trésor le Royaume-Uni.

 

La perspective d'un Brexit en désordre effraie aussi beaucoup de gens en France. Les fonctionnaires du Nord, plus proches du Royaume-Uni que de Paris, sont en pleine rébellion. Les agriculteurs et les pêcheurs français sont effrayés par la perte potentielle de marchés et de droits de pêche. Même mes voisins du Sud, loin du Royaume-Uni, craignent l'impact sur le vin et le tourisme, ce qui est essentiellement tout ce qu'ils ont.

 

Quand Macron a été élu, un de mes amis qui avait travaillé avec lui pendant son bref passage chez Rothschild, et qui le trouvait un collègue différent et malaimable, m'a néanmoins assuré qu'il était brillant. Il a toujours été un bûcheur, non seulement impressionnant, mais il a épousé son professeur. Il a remporté tous les prix étincelants, l'admission à l'École Nationale d'Administration, puis le statut de haut fonctionnaire et de ministre de l'Economie sous l'ancien président François Hollande.

 

Mais il manque totalement d'intelligence émotionnelle. Il n'a pas su tempérer son narcissisme et sa magnificence, il n'a pas su écouter, il n'a pas su maîtriser l'art essentiel de la politique, qui est de rassembler les gens, pas de les diviser. Ses tentatives de tournées d'écoute se sont soldées par un désastre. L'été dernier, il a été filmé en train de dire à un jardinier au chômage comment trouver du travail : " Dans les hôtels, les cafés et la construction, partout où je vais, les gens me disent qu'ils cherchent du personnel ", a-t-il dit. "Je peux te trouver un travail rien qu'en traversant la route." La vidéo est devenue virale. Dans son entêtement et son indifférence quasi autiste envers les autres, Macron a uni la France contre lui.

 

Il lui sera maintenant difficile, voire impossible, de retrouver sa popularité ou son agenda, ce qui pourrait expliquer son obsession Brexit. Il y voit les préoccupations des gens des provinces qui se sentent ignorés par des élites arrogantes - le genre de personnes qu'il espérait voir disparaître. Le Brexit lui rappelle qu'il est peu probable qu'ils le fassent. En conséquence, sa renaissance européenne est aussi irréalisable que la révolution qu'il avait promise en France.

 

Jonathan Miller est l'auteur de France a Nation on the Verge of a Nervous Breakdown (Gibson Square).

 



13/04/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres