Comment vais-je voter dimanche?


Cette élection me pose un sérieux problème. Outre le fait qu’elle va décider des 5 prochaines années pour les français, la campagne a été d’une telle médiocrité qu’elle n’aide en rien au choix. A trois jours du scrutin, comment se décider sur des bases objectives et solides.

J’ai donc  commencé par procéder par élimination.

Exit le sortant, c’est une évidence.

Exit tous les candidats qui se présentent juste pour disposer d’une tribune et n’ont nullement l’intention de conduire les affaires du pays.

Exit «celle » qui remplace «celui » qui m’avait obligé en 2002 à un vote contre nature. Des idées si nauséabondes qu’elles me repoussent loin, très loin !

Exit le centriste balançant et pivotant. Un coup à droite, un coup à gauche, selon la force du vent. Le centrisme c’est l’absence de choix !

Euh ! Et que me reste-t-il ?

FH et JLM et oui !

Concernant le premier, j’ai exprimé pas mal de mes réticences sur ce blog. Appartenance au système, manque de rupture, un troupeau d’éléphants que nous n’aimerions plus voir aux commandes…

Quant à JLM, je ne sais pourquoi, mais malgré la vague d’enthousiasme qu’il a soulevée dans le pays, je ne parviens pas à être ni séduit, ni convaincu. C’est bien lui qui annonçait il y a peu que son objectif était de battre MLP. Qui vient de déclarer « dans moins de 10 ans nous serons au pouvoir. » Donc, j’en déduis que pour ces élections, il n’envisage absolument pas la victoire. Refusant de participer à un gouvernement de gauche, sa stratégie semble être uniquement dirigée vers les législatives et sa volonté de peser sur la politique de FH s’il gagne. Cette éventualité ne risquant-elle pas de repousser une part importante de l’électorat  et de le ramener dans l’escarcelle de NS au second tour. Je crois également qu’en appeler à la révolution est à tout le moins d’une grande imprudence. JLM ne nous dit pas les risques qui découleraient d’un cavalier seul de la France. Une idée ne peut fédérer les peuples que si elle est ancrée dans leur inconscient collectif. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. L’oligarchie mondiale a mis en pace une arme d’une grande efficacité : la mondialisation. Je crois sincèrement que les réformes de JLM « parachutées » brutalement sans tenir compte de la réalité « mondialisée » peuvent générer de grandes difficultés. On peut en accepter le risque mais à la condition de l’avoir annoncé au peuple. Le rassemblement actuel sous sa bannière n’est-il pas trop hétéroclite pour ne pas exploser entre les deux tours au lieu de constituer la naissance d’une vraie force politique capable d’imposer une nouvelle vision de la société.

Ce travail de rassemblement ne s’effectue pas à l‘occasion d’une campagne électorale. Ce n’est pas le moment.

Alors, que me reste-t-il ?

Je vais, je crois être contraint de m’en tenir à une vision simple. Je n’en suis pas fier pour autant, mais cette année, je vais agir à minima. Je vais voter avec pour seul objectif de battre le sortant.

 

Et pour le reste, il y aura d’autres voies, d’autres moyens, d'autres échéances pour participer à la création citoyenne d’un monde nouveau avec des gens nouveaux.

 

 

 

 



19/04/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres