Chronique Olympique du 28/07/2012

 

Les JO 2012 sont lancés. Je ne vous parlerai pas de la cérémonie d’ouverture, je ne l’ai volontairement pas regardée.

 

On prétend que 1 milliard de téléspectateurs l’ont regardée. Ce chiffre d’1 milliard est également celui des humains ne mangeant pas à leur faim. Seraient-ce les mêmes ? J’en doute pas vous ?

 

1 jour de jeux, la première médaille est chinoise et c’est au tir ! Faut-il y voir un signe ?

 

1 jour de jeux, et le premier contrôle antidopage positif. Le premier de combien ?

 

1 jour de jeux, et le vainqueur de la course cycliste en ligne (cyclistes professionnels) a été sanctionné de deux ans de suspension pour dopage il y a peu. On sent bien souffler l’esprit olympique…

 

1 jour de jeux, et déjà des déceptions dans le camp français où les journalistes jouaient ces derniers jours  à prédire le nombre de médailles que remporterait la délégation française. C’est vrai qu’eux ne concourent pas !

 

Voila, première chronique, et quelques raisons supplémentaires de confirmer mon boycott.

 

Voilà, je suis triste pour beaucoup d’athlètes « sains et honnêtes » qui réalisent leur rêve de gosse, mais par la faute des marchands du temple, la réalité est bien loin de  leur idéal. Je n’aime plus les JO, ils deviennent trop des Jeux Obscènes.

 

Et ce même jour, le régime d'Al Assad déclenche un bain de sang à Alep et dans d'autres villes de Syrie.

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



28/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres



Mais ils ne font guère mieux ceux d'aujourd'hui qui, avant de commettre leurs crimes les plus graves, les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux.

Or ce tyran seul, il n'est pas besoin de le combattre, ni de l'abattre. Il est défait de lui-même pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s'agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner.

Ce maître n'a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n'a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu'il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire.

La Boétie