Éthylotest obligatoire! Un scandale de plus!


Les éthylotests sont obligatoires à partir de ce jour premier juillet 2012 pour tous les véhicules de plus de  50 cm3.

 

Je vous propose un modeste bilan de cette décision qui soulève bien des interrogations. Compte tenu de tous ce qui circule dans la presse et ailleurs, tentons d’y voir plus clair.

 

-          Le décret rendant obligatoire cet éthylotest est à lire ici. décret 2012-284 du 28 février 2012.

Vous noterez que les possesseurs de cyclomoteurs sont exemptés de cette obligation.

 

-          La présence de l’éthylotest  à l'intérieur des véhicules est prévue par l'article L234-14 du Code de la Route qui date de 1970 (Loi n°70-597 du 9 juillet 1970). Cet article n'a jamais été mis en œuvre faute d'un décret d'application qui aura donc attendu 42 ans.

 

Question : pourquoi maintenant ?

 

-          On apprend par la presse qu’une association I-test, composée en grande partie de fabricants d’éthylotests  a mené une vigoureuse campagne de lobbying auprès du ministre Guéant, obtenant l’obligation qui nous intéresse.

 Une recherche sur le nom des membres révèle en effet qu'ils sont tous en relation avec des systèmes de mesure de l'alcoolémie. Outre CONTRALCO, on trouve des représentants de ALCOLOCK FRANCE, de LANDSKRON HOLDING qui possède ETHYLO, de PELIMEX SA et d'un importateur : OBJECTIF PREVENTION. Il est évident que nous ne sommes pas en présence d'une association qui agit de manière totalement désintéressée et qu'il s'agit sans le moindre doute d'un groupe à vocation lobbyiste!

Même la lecture des statuts de cette association ne nous rassure pas sur le côté désintéressé de leur démarche.

L'objet social d'I-TESTS est, en réalité, "de contribuer fortement à la prévention et à la prise de conscience en favorisant le développement de la mise à disposition des systèmes de dépistages, de mesurage et d’auto-dépistage de l’alcool et des drogues pour tous en tous lieux et à toute heure".

 

-          Lorsque l’on découvre que le président d’I-test n’est autre que le chargé de mission de l’entreprise Contralco leader en Europe sur le marché de l’éthylotest (90% de la production en France), on doute encore un peu plus de la sincérité de la démarche.

 

-          A la date d’aujourd’hui, compte tenu de l’obligation de bénéficier de a norme NF, il n’y a que deux « fournisseurs » possibles. Contralco bien sur, et une entreprise sud-africaine  Red-line products. Ils se partageront cette petite manne de 72 millions d’euros tous les deux ans.

 

Et si nous parlions d’efficacité de la mesure ?

Car en définitive l’essentiel de la mesure devrait viser à améliorer la prévention contre es accidents. Et bien, il faudra vraiment que les responsables  trouvent les bons arguments pour me persuader. Me persuader que le stockage de ces « bidules » dans des voitures surchauffées l’été en conservera l’efficacité. Me persuader que tout un chacun renouvellera son « stock » à temps. Me persuader surtout que tout utilisateur un peu « imbibé » aura la volonté ou le réflexe en montant dans son véhicule d’utiliser cet éthylotest. Je ne crois ps dans l’efficacité du système, je ne crois pas que la possession de ces deux gadgets dans un véhicule rendra les conducteurs plus responsables, plus prudents.

 

Alors, que reste-t-il ?

 

Un authentique vol organisé à la suite d’une magnifique opération de lobbying. Une mesure de plus qui va délester les poches des automobilistes sans contrepartie en termes de sécurité. Encore un alibi pour toujours plus d’amendes ! Les victimes de la route ont bon dos !

 

Dernier point et non des moindres :

 

La notice reproduite ici décrit un produit éminemment « toxique ». Et que doit-on en faire en bout de vie ou après utilisation ? Le jeter à la poubelle : tout simplement ! Protection du public ? Recyclage ? Pas un mot ! Pourtant, un rapide petit calcul, partant que plus de 76 000 000 d’éthylotests ont été achetés sur une très courte période de 2012, c’est sensiblement la même quantité qui devra être « renouvelée » à la même date en 2014. Ce sont plus de 9000 tonnes de « déchets toxiques » qui seront ainsi déversé dans nos poubelles  (et je n’ai compté que  les voitures !).

Et si nous contraignions les zélés lobbyistes à « recycler » les ustensiles qu’ils ont réussi à nous imposer ?

 

Que cessent donc tous ces conflits d’intérêt ! Que cesse le mélange entre intérêt général et intérêts particuliers. Que les gouvernants fassent ce pour quoi nous les avons élus : nous servir et non pas nous asservir !

 

 

 

Une autre réaction sur un blog ami. C'est ici 

 



01/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres