Cathédrale Notre Dame: un écran de fumée?


https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/j.gif
e suis resté deux jours muet sur cet incendie. Éviter l’emballement, les idées à l’emporte pièce, le déferlement médiatique et les interventions de la classe politico-médiatique.

Mais voilà bien le type même d’évènement à propos duquel il est bien difficile de rester muet.

 

Alors, je vais essayer de faire part modestement de mes réflexions.

 

L’incendie lui-même tout d’abord : chacun de ceux qui ont l’habitude de passer lire mes articles savent le peu d’intérêt que je porte aux théories complotistes. Mais, là, j’ai été quelque peu troublé. Quand les responsables des travaux en cours affirment que rien n’avait débuté, à part l’installation de l’échafaudage, qu’aucun outil susceptible de déclencher un incendie n’était sur les lieux, on se demande bien ce qui a donc provoqué les premières flammes.

Quand on découvre que la charpente était intégralement constituée de chêne millénaire, on se demande bien comment le feu a pu évoluer aussi vite. Le vieux chêne, ça brûle très difficilement… Quand on a entendu évoquer une première alerte sans qu’aucun feu n’ai été découvert puis une seconde qui a déclenché les secours mais trop tard… On peut être saisi par le doute non?

Je ne développerai pas plus, je garde mes questions et espère que dans les jours à venir quelqu’un pourra y apporter des réponses satisfaisantes.

 

Parlons des réactions maintenant.

 

Réactions des français, qui ont parlé d’effroi, de catastrophe, de sidération, de tristesse, de disparition d’une part de notre histoire, d’un chef d’œuvre mondial. Réactions tout à fait compréhensibles et que l’on peut partager sans malaise.

 

Réaction du président. Tout de suite sur les lieux, égrenant quelques poncifs dont il a le secret et faisant immédiatement appel à l’union nationale, et le lendemain, affirmant « vouloir » qu’elle soit reconstruite en cinq ans. Au passage, reporté le discours sur les conclusions du grand débat, les humains attendront, les pierres d’abord.

 

Les réactions de nos grande fortunes. Eux d’habitude si pingres au point de planquer leur argent à l’étranger pour alléger, voire annuler, leurs impôts, se sont disputé la fierté d’être les premiers à avoir signé des chèques mirobolants. Ce pays sans argent avec des milliardaires d’habitude si discrets a vu apparaître 1 milliards d’€ en deux jours... Rien que ça !

 

Les réactions d’un grand nombre de français qui bien qu’admettant le drame ont trouvé toutes ces réactions très exagérées, déplacées même. Quand ce pays ne sait, ou plutôt ne veut pas, venir en aide aux plus démunis, quand il ne trouve jamais assez d’argent pour corriger les inégalités, les injustices, cet élan national pour la cathédrale paraît décalé et insupportable pour tant de gens en souffrance.

 

Que constate-t-on donc aujourd’hui ? Un conseil des ministres consacré exclusivement à l’incendie, la proposition d’une loi pour permettre la reconstruction, des avantages fiscaux pour les généreux donateurs…

Bref, tout ce qui d’habitude est impossible quand cela concerne les humains, le devient pour un monument.

Et bien, voyez-vous, je comprends et j’ose dire je soutiens cette position qui tendrait à remettre l’évènement à sa juste place, celui d’un accident, même en lui reconnaissant son caractère dramatique, et reconnaître que pareil consensus devrait être trouvé quand l’existence des français est en jeu. Je voudrais que ces gens qui descendent dans la rue prier pour des pierres soient aussi impliqués et altruistes pour venir en aide à des compatriotes en détresse. Si les pierres de la maison de dieu émeuvent, j’aimerais que la compassion pour ses enfants soit sans faille ni exclusive. J’aimerais que l’émotion ne soit pas ainsi géo-centrée, culturellement connotée, mais universelle. Si le patrimoine parisien passionne et motive, qu’il en soit de même pour celui de Sanaa par exemple, détruit non pas par un banal incendie mais des armes françaises. Que ces millions si facilement débloqués par quelques milliardaires en mal de publicité aillent dans l’aide aux plus démunis (pour rappel, le telethon cette année n’a rassemblé que 69 millions!). Pour citer l’abbé Pierre, "L’honneur d’un pays ne réside pas dans la beauté de ses monuments mais bien dans le fait que tous ses habitants aient un toit." Ce bâtiment fut-il une cathédrale, même la plus belle.

 

En attendant, la France va s’engager dans un chantier qui bien entendu ne durera pas cinq ans mais bien plus, qui coûtera une somme fabuleuse et fera passer au second plan tout ce qui pourrait être réparé, ici et dans le monde, si cet engouement probablement momentané, se perpétuait et s’orientait vers l’humain.

Mais ne rêvons pas, la litanie des médias depuis deux jours montre bien à quoi peut servir un tel évènement : un simple rideau de fumée !

 


 

Lire aussi cet autre article ... ICI

 


 

 

Repéré par Brigitte Parraud ce magnifique texte d'un curé de campagne de passage à Paris lors de l'incendie.

 

"Frères et soeurs,

 

Hier, Notre-Dame de Paris a brûlé. En son temps, le Christ nous a donné l’exemple en chassant les marchands du temple. Tous les vrais chrétiens doivent, aujourd’hui, chasser les marchands de temples du temple de leur cœur. Sans quoi ils succomberont aux manœuvres obscènes des spéculateurs en tout genre, politiciens, fraudeurs du fisc, grenouilles de bénitier, incultes en quête de racines, ou groupes pollueurs, hâtifs de tirer la couverture à eux. Qu’on rappelle aux mains qui ne deviennent généreuses qu’à la mesure de la gloire qu’elles en tirent, ces mots de vérité : "Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent".

Quel contraste entre ce sombre manège, et le spectacle solennel que les rues de Paris offraient hier soir : l’antique passion du feu nous réunissait, et le silence du recueillement planait sur la ville, un silence de feu qui me rappelait celui des extases pascaliennes, un silence que nul faste, nulle cagnotte, nul don défiscalisé n’achètera jamais. Nous avons vécu la grandeur d’un moment de temps pur et chacun, pour peu qu’il participât à cette grande communion, jusqu’au plus indécent preneur de selfie, ne pouvait tout à fait en sortir indemne.

Cependant, frères et sœurs, je vous le dis : il est moins urgent de reconstruire la cathédrale de pierre que de sauver la cathédrale du cœur. Je m’étonne de constater que ceux qui chassent leurs prochains comme des vauriens en leur répétant à l’envi qu’ils n’ont pas un centime à leur consacrer, laissent ainsi ruisseler des flots d’or quand il en va de l’image d’une capitale que peuple l’égoïsme, la cupidité, les logements vides, la chasse aux pauvres et à l’étranger, les divertissements frivoles. Je m’étonne aussi de cet activisme effréné qui les a saisis, passée la nouvelle, là où le Roi David aurait couvert des semaines durant sa face de cendres, là où l’Empereur de Chine se serait astreint à trois jours de bains d’eau lustrale. Ceux qui nous gouvernent ne se sont-ils pas demandé quelle main les avait frappés ? Sont-ils à ce point orgueilleux que même la catastrophe la plus inattendue ne puisse prendre à leurs yeux la figure d’un présage ?

La vérité, frères et sœurs, est que le Royaume des cieux est plus proche, aujourd’hui, des habitants délogés de Notre-Dame-des-Landes que des touristes encombrant le parvis de Notre-Dame-de Paris par la grâce d’Airbnb. Victor Hugo disait de la cathédrale qu’elle était un art magnifique produit par des vandales : les merveilles du monde ont toutes d’abord été cabanes. Le Christ n’est-il pas né dans une étable ?

Notre monde souffre d’un mal et d’un orgueil inextirpable, celui du refus de rien laisser mourir, de rien laisser changer. L’histoire a pour nous le rythme de la rénovation. Mais les replâtrages successifs n’ont pour seul sens que de figer le véritable mouvement, d’empêcher tout renouvellement et toute conversion. Victor Hugo ajoutait que l’art oublié des cathédrales, l’académisme l’avait tué. Or, le péril qui nous guette aujourd’hui n’est plus celui des pédants férus de latin ou de grec. Il est plus grave et plus pressant. Il a à son service une armée de preneurs de sons et de cameramen, déchaîne des tempêtes de flashs et les sirènes des convois spéciaux, réunit les puissants, les riches et les maîtres du spectacle dans une lugubre conspiration. Je veux parler de la pulsion tétanique à conserver qui saisit les âmes, sidérées par l’évidence éblouissante de la catastrophe. En somme, il ne faut surtout pas que quoi que ce soit puisse se produire, le triomphe du sinistre Viollet-le-Duc, maître de l’architecture en toc, se doit d’être éternel !

Frères et soeurs, ce qu’incarne vraiment pour nous la cathédrale de Paris, qui hier enfin nous a été rendue, c’est la possibilité de penser et d’habiter ce monde, une possibilité dont ceux qui nous gouvernent sont du tout au tout dépourvus. Hier, la cathédrale a pour nous cessé d’être cette vague masse architecturale qui se découpe parfois au coin des rues, cette énième vieillerie muséifiée inscrite au "patrimoine de l’humanité", qu’on ne visite qu’à travers son téléphone. Si les coeurs de tous les Parisiens se sont étranglés au spectacle de l’incendie, ce n’est pas de contempler impuissants la disparition d’un fleuron du tourisme français, mais de n’avoir jamais habité ni vécu avec la cathédrale qu’ils frôlaient tous les jours. Chaque coeur murmurait : "Eh quoi ! voilà qu’on nous enlève cette bâtisse majestueuse, cette maison abandonnée de Dieu, ce legs des âges livré à la plus basse exploitation par des pillards endimanchés, avant même qu’elle ait pu nous appartenir, avant même que nous n’y ayions prêté la moindre attention, alors même que nous n’avions pas pu en faire usage !". Ce dont on nous avait privé, en proie aux flammes, redevenait commun, l’objet d’une commune déploration et d’une commune colère.

Tandis que j’arpentais les ruelles du quartier de la Huchette, les vastes trottoirs du pont de la Tournelle, je sinuais entre la foule arrêtée par l’éclat du brasier. J’entendis une voix s’exclamer : « c’est beau ». Et une autre : « j’aimerais qu’ils ne reconstruisent jamais. » Je ne suis pas loin de leur donner raison. Le cœur a quelquefois besoin de retrouver l’âpreté d’un désert. Cet édifice ne serait-il pas plus vivant de voir le bois incendié de son transept servir d’engrais à la poussée des chèvrefeuilles, l’Île Saint-Louis de vivre un peu moins au rythme des touristes, les êtres de se rassembler vraiment sur son parvis pour y parler de leur condition, tandis que les cœurs secs des fantassins de la mission sentinelle s’en éloigneraient un peu et que ces lieux, alors, retrouveraient peut-être quelque chose de sacré ? Notre-Dame, enfin arrachée à ses profanateurs par le brasier, pourrait alors revenir au peuple, qui en ferait usage pour abriter les pauvres et les exilés, prendre soin des malades et des malheureux, servir les saines révoltes et les dignes fureurs, en somme, rétablir un semblant de justice divine en ce monde.

Les ruines de la cathédrale, rendues à l’usage populaire, nous rappelleraient que les choses passent, expliqueraient aux puissants, si imposant ou ridicule que soit leur règne, que celui-ci touche à sa fin, et que leur monde finira dans un embrasement sans cri ni gémissement, un évanouissement qui réjouira les cœurs à la façon d’un feu de joie.

Si la cathédrale nous émeut, mes frères et sœurs, c’est aussi qu’elle nous rappelle que la pensée, la vie, et le travail n’ont pas toujours été choses distinctes, qu’il fut un temps où les ruines qu’on produisait n’étaient pas parkings souterrains, canettes en aluminium millénaires et boyaux de métropolitains. Comme le dit Victor Hugo, l’intelligence humaine a peut-être un jour quitté l’architecture pour l’imprimerie, ceci a tué cela. Mais, pour ceux qui pensaient déjà hier à tirer parti du désastre alors que le feu n’avait pas encore accompli son œuvre, le livre est depuis longtemps un espace de vacuité, toute intelligence a cessé d’exister, tandis qu’une vaine Ambition sert de Bible. La cathédrale n’appelle pas un sauvetage patrimonial digne d’un Sisyphe, voué à finir lacéré par la tartufferie de ses mécènes, mais témoigne de l’urgence de réapprendre à penser et vivre par nos propres moyens, pour quitter la prison d’informations et d’images qui nous sépare, et retrouver le pouvoir expressif d’une production collective, manuelle et durable."

 

Signé :
Un curé de campagne en visite à Paris

 


 

Pour ceux que les pierres émeuvent moins que la détresse humaine, ce petit lien en rappel... Tous les dons y sont les bienvenus mais les milliardaires ne doivent pas le connaitre.

 

......  https://don.telethon.fr

 

 


 

 

 

 

 



17/04/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets avril 2019 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 210 autres membres