Une du 02/07/2018

Décès de Geoffrey Oryema : la voix de l'exil africain s'éteint.

 

Dans les médias pas un mot. Pas d'hommage national en vue, il n'aurait pas été accueilli à l'Elysée ne portant pas de talons aiguilles.
Si l'exil avait une voix, ce serait probablement la sienne : le musicien Geoffrey Oryema est mort d'un cancer ce 22 juin à l'âge de 65 ans en France. Chacun sa route, chacun son destin, c'était lui. Un chemin qui, pour lui, avait débuté en Ouganda.
Geoffrey Oryema, ce n'était pas qu'une voix. C'était d'abord une histoire, un passé difficile. Celui d'un enfant d'Ouganda né en 1953 à Soroti et contraint de fuir le pays pour la France à l'age de 23 ans, après l'assassinat de son père sous la dictature du maréchal Idi Amin Dada - il avait été ministre sous Milton Oboté, artisan de l'indépendance. Une ombre paternelle, un esprit qui ne le quittera jamais...
Modeste hommage avec ces deux titres.

 

 

 



03/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres








Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion