Une 21/01/2018

Notre Dame des Landes: un crash dans le bocage.

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/i.gifl est toujours délicat d'écrire à chaud pour commenter un évènement, mais je vais tout de même essayer. Le premier ministre vient donc d'annoncer l'abandon du projet d'aéroport de NDDL, devancé perfidement par quelques élus locaux qui se sont fait un malin plaisir de vendre la mèche avant l'heure. Vous dire l'ambiance et le niveau de conscience de ces gens.
Je suis bien incapable de dire ce que sera demain tant il reste d'incertitudes. La présence policière, je devrais dire l'omniprésence, laisse planer les doutes les plus sérieux sur la zone et ceux qui continuent donc à l'occuper. Le pouvoir qui a du céder, quelles qu'en soient les raisons, écologiques, politiques, peur que cela finisse mal, le pouvoir disais-je risque tenter de vouloir se refaire une image d'autorité au dépens des zadistes. Restons donc vigilants, car ce qui se joue est plus que le rétablissement d'une autorité, c'est bien la possibilité que des citoyens de ce pays fassent d'autres choix de vie que ceux acceptables par l'oligarchie macronique. Et ça, c'est intolérable.
Par contre, ce que l'on peut dire dès à présent, c'est que cette décision met un terme à un demi-siècle de tergiversations, d'atermoiements, d'indécision politique, de manœuvres clientélistes, de luttes de clans, de délires mégalomanes d'élus locaux aux chevilles enflées. Un demi-siècle! Vous imaginez le temps perdu, l'énergie déployée pour ce résultat? Car, à part Vinci qui avait su négocier un contrat en béton et qui va ramasser le pactole sans avoir fait le moindre travail, qui va sortir gagnant? Vous me direz le bocage. Et vous aurez raison, mais 50 ans ont été perdus. Je voudrais bien, comme certains l'ont déjà écrit, voir dans cette décision, l'expression du bon sens et de la prise de conscience écologique, enfin, de ce gouvernement. Mais je n'y crois pas. Je crois que les raisons sont misérables, peur des conséquences, certitude que les occupants actuels ne renonceraient pas, impossibilité d'agir militairement alors que nous donnons des leçons au reste du monde... Bref, une histoire qui va se terminer petitement, dans la plus grande confusion, à moins qu'un soudain éclair d'intelligence n'amène les autorités à une négociation honnête et efficace avec les gens sur le terrain. Mais ça, ce sont les jours prochains qui nous le dirons.

Alors, applaudissons cet abandon, mais restons sans illusion; Macron et les siens pourraient avoir dans l'idée de faire payer aux zadistes leur victoire, car c'en est une!

 



21/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres