Résultats du référendum grec, réactions à chaud.

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/p.gifour continuer mon best of des déclarations de presse...histoire que chacun sache bien comment et ou va l'Europe.

"On ne peut rien y faire. La volonté du Grec est son paradis. (...) Mais à un moment donné il faut que ça s'arrête." (Die Presse, Vienne).
"Jour dramatique pour l'Europe. Les Grecs fêtent leur naufrage" (Bild).
« Ne serait-ce que par légitime défense, l'eurozone doit maintenant montrer la porte à la Grèce » (Süddeutsche Zeitung, centre-gauche).
« Ceux qui ont voté non sont tombés victimes des utopies de leur propre gouvernement » (Stern).
« Les Grecs ont renforcé un Premier ministre qui a diffamé les créanciers et interprété à tort la politique européenne" (Rheinische Post).


Dans la mesure où l'Allemagne veut une Europe à son image, c'est l'idée même d'Europe qui est morte.


Dans la série les belle phrases de commentaires après le "non" grec, celle-ci qui ne manque pas d'ouzo...
"Août 1914 a été une descente dans l'enfer. Juillet 2015, avec son référendum surréaliste, c'est le retour à l'enfer" et c'est signé ... le financial Times... Pas surprenant...


Dernière macronerie en date: "le FN est un Syriza à la française, c'est le repli sur soi"...
Et oui, c'est ça qui nous gouverne... remarquez on n'a que ce que l'on mérite...


Incroyable ces politiciens qui ne comprennent pas qu'un ministre vainqueur d'une élection puisse démissionner. Il est vrai que chez nous, ils s'accrochent même après un paquet de défaites...


J'entends que la Grèce aurait refusé la main tendue de l'Europe... Le problème est que la main portait un sacré bâton...


Hollande et Merkel sont "d'accord sur le fait que le vote des citoyens grecs doit être respecté"... C'est trop... Sinon, on faisait quoi? On envoyait les rafales...


Ce soir, je me dis que si Hollande comme il l'avait promis avait renégocié le traité européen en 2012 et nous avait demandé notre soutien par référendum... Ça aurait eu de la gueule non? Et aujourd'hui il ne serait pas le petit cocker de Merkel... A la laisse et toujours derrière...


Si la Grèce quitte l'UE, ce ne sera pas la Grèce qui part, mais bien l'UE qui l'abandonne...


Petit rappel pour certains... Ce soir, c'est le gouvernement GREC qui a proposé un référendum, ce sont les GRECS qui ont voté, ce sont les GRECS qui engagent la bataille, et si victoire il y a ce sera la victoire des GRECS...


Ne nous laissons pas berner une fois de plus, les commentaires à venir vont essayer de caricaturer le sens et la portée du vote grec. Mais la Grèce n'a pas dit NON à l’Europe des peuples elle a dit NON à l’Europe de la Finance des banques et des politiciens aux ordres...


Ce soir, la décision des grecs pose de manière claire et aigüe la question fondamentale de la place, de l'état et de l'avenir de la démocratie en Europe.Que Tsipras et les grecs soient remerciés d'avoir permis cette prise de conscience.


Dans ma série les intellectuels se déchaînent sur ce scrutin grec, l'ineffable Onfray: "Tsipras a donc médiatiquement la légitimité politique qu'il avait déja pour agir. quand est-ce qu'il agit..." Quelle pensée fulgurante...


Pourquoi ce soir me remémorer qu'il y a 10 ans, les français votaient eux aussi non... Mais ils n'avaient pas l'irresponsable Tsipras pour les écouter, mais l'efficace Sarkozy pour enterrer leur volonté...


Il se trouve encore des gens pour accorder quelque crédit aux journalistes des grandes réactions et penser qu'ils sont informés. Alors, laissez moi vous parler de Jean Michel Apathie, journaliste français à Europe 1 qui déclarait le 30 juin 2015: "Contre un nouveau délai de paiement Tsipras est prêt à annuler le référendum. Un sacré politicien quand même"... Un sacré journaliste n'est-il pas? Chacun sentira bien les qualités de visionnaire ce cet autre pantin médiatique.


Les grecs ont donc remis de l'OXIgène dans le fonctionnement de l'Europe...


Il se trouve encore des gens pour accorder quelque crédit aux journalistes des grandes réactions et penser qu'ils sont informés. Alors, laissez moi vous parler de Arnaud Leparmentier, journaliste français, directeur adjoint des rédactions du Monde qui déclarait le 30 juin 2015: "Le plus drôle c'est que les grecs vont virer Tsipras en votant oui à l'Europe"... Chacun sentira bien les qualités de visionnaire de ce pantin médiatique.


Ce tweet sans commentaire de Laurence Parisot ... Grèce : est-ce que tout le monde a bien compris que le 'non' était soutenu par Aube Dorée ?


Macron: "Nous avons besoin d'un peuple grec responsable" Mais quelle arrogance, quelle suffisance, quel mépris des peuples. Ces gens qui prétendent dicter le bien et le bon... Ça suffit! Nous allons devoir les chasser...

 

 



07/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets juillet 2015 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 208 autres membres