Prochaine victime de la crise en Europe ? La démocratie elle-même !


 

Visiblement, pour les néolibéraux, les choses ne vont pas assez vite, ni assez loin. Jour après jour, l’objectif final apparaît avec plus de précision. Le fédéralisme européen appelé de leurs vœux par certains n’est à mes yeux que l’aveu de cet objectif. Mettre à bas la démocratie (du moins ce qu’il en reste) et pouvoir jouir ainsi des pleins pouvoirs pour la poursuite de leur funeste besogne.

 

Quand un universitaire allemand proche du pouvoir actuel déclare je cite : « la démocratie est contreproductive », on sent bien l’agacement de certains apôtres du fédéralisme. Un système au sein duquel les pays membres ne seraient plus que de simples « collectivités locales » sans le moindre pouvoir politique. A l’évidence, les divers pactes, traités, mécanismes de sanction, directives, règlements en tous genres ne brident pas suffisamment les états, il faut aller plus loin et plus vite. Les états ne doivent plus garder la moindre liberté d’action. Cette « exigence fédérale » ne signifie rien moins que des choix politiques unifiés et centralisés.

 

Ne soyons donc pas dupes. Ne cédons pas ce qu’il reste de nos prérogatives nationales pour nous livrer pieds et poings liés à une intégration européenne qui, et la citation rapportée en début d’article le rappelle, vise avant tout à mettre à bas la démocratie.

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024522_20120703322478.gif

 



05/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets juillet 2012 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres