Népotisme et conflits d'intérêt sous l’ère Sarkozy.


Dans une récente intervention, N. Sarkozy utilise le mot « épuration » pour faire oublier la réalité de l’Etat UMP tel qu’il l’a porté à son paroxysme.

 

Alors, il est peut-être temps de rappeler quelques évènements et quelques noms précis !

 

Boris Boillon pour débuter. Ceux qui suivent un peu l’actualité se souviennent de lui. Nommé ambassadeur d’Irak puis de Tunisie pendant la « révolution ». S’est mis tout le monde diplomatique à dos par des déclarations pour le moins hasardeuses et ses relations privilégiées avec Kadhafi.

 

On pourrait citer Yves Marek, Damien Loras, Bertrand Lortholary. Trois nominations à des postes d’ambassadeur qui ont échoué suite à des actions de la CFDT du ministère des affaires étrangères car ils ne remplissaient pas les conditions requises.

 

Jean Claude Marin, proche de Sarkozy nommé procureur général près de la cour de cassation. Il avait été auparavant le magistrat qui avait fait appel de la relaxe de de Villepin dans l’affaire Clearstream.

 

Dominique Tibéri proposé pour le poste de contrôleur général à Bercy. Proposition retoquée par le conseil d’Etat car n’ayant pas les compétences requises.

 

Raymond Soubie nommé au conseil économique et social.

 

François Pérol haut fonctionnaire chargé de la restructuration des banques Caisse d’Epargne et Banque populaire, il démissionne et prend la tête du groupe qu’il a contribué à créer. Evidence du conflit d’intérêts.

 

Henri Proglio et jean Louis Borloo qui ont « comploté » pour la direction de Veolia se couvrant ainsi de ridicule.

 

Dominique Pégard, ancienne journaliste du Point, conseillère du président après 2007, nommée à la tête du Château de Versailles.

 

Tentative avortée de faire nommer Georges-Marc Benamou son conseiller à la villa Médicis.

 

Et en apothéose, La tentative de propulser son rejeton Jean à la tête de l’EPAD à 22 ans et avec comme bagage une année de droit. Là aussi, il a du reculer devant le tollé général !

 

Toutes ces nominations scandaleuses sur lesquelles il a du souvent reculer confirment toutes les accusations de népotisme et de conflit d’intérêt. Alors sa « sortie » sur « l’épuration » que préparerait François Hollande est particulièrement déplacée et l’UMP serait bien inspiré sur ce sujet de faire preuve de plus de discrétion !

 

 



03/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets mars 2012 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres