Loi secret des affaires : une menace pour le droit à l'information


"Nous pourrions avoir des procédures judiciaires avant même que ces émissions arrivent à l'antenne, vous pourriez donc en être tout simplement privés". "Les citoyens doivent absolument se mobiliser et ils doivent se mobiliser vite".

Elise Lucet, journaliste, rédactrice en chef et présentatrice de télévision.

 

Nous vivons en macronie, profitez...

 

 


 

 

"On fait rentrer aujourd'hui dans le secret ce qui n'en est pas : la manière dont vous polluez l'environnement, ça ne doit pas être un secret, ça concerne tout le monde"

 

Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre de l'environnement et eurodéputée

 

 


 

 

"Une telle loi serait pénalisante d'abord pour l'accès aux données, ensuite pour le travail de recherche, et ensuite pour la diffusion des résultats de la recherche scientifique indépendante".

 

Dr. Jean-Marc BONMATIN, chercheur en chimie et toxicologie, spécialiste de l'interaction entre

 

 


 

 

'La loi secret des affaires crée un nouvel et gros obstacle pour les journalistes tout simplement parce qu'elle va rendre plus difficile et plus risquée la relation avec une source".

Edouard Perrin, journaliste d'investigation à Première Ligne (Cash Investigation).

Avec 2 lanceurs d'alerte il a été poursuivi dans l'affaire LuxLeaks pour avoir dévoilé les pratiques fiscales des multinationales via le Luxembourg.

 

 


 

 

"Il y a l'affaire Vincent Bolloré qui attaque France 2 en leur demandant devant le tribunal de commerce 50 millions de dommages et intérêts. On imagine que demain, avec un texte aussi large que le secret des affaires, ces entreprises ne vont pas hésiter à s'en servir, à s'en emparer pour justement empêcher la divulgation d'informations essentielles."

Virginie Marsquet, avocate spécialisée en droit de la presse et des médias, fondatrice du collectif Informer n'est pas un délit.

 

 


 

 

" Cette loi sur le secret des affaires, qui ne concerne à l'origine que les opérateurs économiques du secteur concurrentiel, doit être limitée aux concurrents. C'est possible, c'est la transposition d'une directive... La France peut le faire. Ça peut être un exemple pour toute l'Europe."

Hacène Hebbar, POLLINIS

 

 



28/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres