Intégration des enfants handicapés, c'est pas gagné.


J'ai trouvé ce récit édifiant d'une enseignante sur twitter, je vous le retranscris ici avec son aimable autorisation:

 

En quelques mots, il pose clairement le problème.

 


 

 

Comme la fièvre m'a prise, j'ai le temps de te conter une petite histoire avant de retourner dormir.
A la rentrée de septembre, je pris en charge des mimis de 6ème (j'adore leur naïveté, ils sont choupis). On nous informe qu'un élève souffre du syndrome d'Asperger: aucun problème.
Bien évidemment, c'est un élève comme les autres. Il n'a pas d'AVS, nous ferons donc de notre mieux. Dans la même classe, nous avons un élève quasiment analphabète, en énorme difficulté, qui requiert beaucoup d'attention, et un autre, pénible à souhait. Il y a 26 élèves.
Voulant bien faire, la prof principale de la classe fait quelques recherches sur le syndrome et notamment comment adapter nos enseignements à cet élève, ce qui peut le mettre en situation d'angoisse, etc... Dans l'équipe, nous sommes assez contents d'avoir ces éléments pour nous guider. Notre collègue diffuse ces infos, nous y ajoutons tous une petite pierre glanée sur Internet.
Quelle ne fut pas notre surprise de nous faire engueuler par notre CDE qui nous a tout bonnement INTERDIT de diffuser tout ça entre nous au nom du secret médical!
Nous en sommes restés comme 2 ronds de flan! Voulant bien faire, voulant donc être dans cet esprit d'inclusion, parce que sans formation, parce que l'élève n'avait pas d'AVS, parce que nous voulions éviter les impairs, nous avons essayé de faire de notre mieux pour cet élève.
Mais non: sacro-saint secret médical (je n'ai toujours pas compris le rapport entre le secret médical et les conseils donnés aux enseignants pour gérer les cas particuliers, mais bon...). Bref, 15 jours plus tard, une AVS est arrivée. Aussi perdue que nous puisque sans formation, bien évidemment. On nous a vertement conseillés de la laisser s'occuper de cet enfant. Bien. Et voilà qu'hier je lis qu'on va nous former grâce à une plateforme numérique. Et je lis aussi des tweets de personnes outrées que nous ne prenions pas en charge leur enfant, que nous n'y connaissons rien (ben oui, je ne vois pas comment puisque'on ne nous informe de rien), que nous devrions être formés pour repérer les enfants souffrant de TSA... etc... Alors mesdames-messieurs, permettez-moi un petit droit de réponse: je ne suis pas médecin, je ne suis que prof.
Bien évidemment que je veux bien accueillir tous les élèves au sein de mes classes. Mais vous oubliez qu'il y en a 25 autres qui attendent aussi que je m'occupe d'eux. Et si lorsque nous faisons preuve de bonne volonté on nous crache à la gueule comme ça, ben on a moyennement envie de s'impliquer avec toutes les responsabilités que cela sous-entend, au final.
The end.

Shinycolours sur twitter.

 



03/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres