Les raisons de la colère.


Message destiné à beaucoup, qui qualifient les gilets jaunes de fachos, populistes homophobes et xénophobes et je ne sais quoi encore, des gens décérébrés, incapables de comprendre et sans avis politique établi.

Je vous offre bien volontiers ce texte écrit par un gilet jaune, repris par les gilets jaunes, dans lequel ils se reconnaissent, et osez me dire que vous y voyez la moindre trace de déviance?

 

Par contre, moi, j'y vois le signe que Macron aura bien du mal à faire taire ces gens!

 


 

 

Un texte qui circule chez les Gilets Jaunes et qui explicite très bien les raisons du mouvement et du mécontentement général en France.

 

Quand tu supprimes l’ISF, malgré l'évasion fiscale pour laquelle tu n'as rien fait.
Quand les plus riches de France ont vu augmenter de 6% leur revenu disponible en une année.
Quand les plus pauvres de France ont encore perdu 1% de leur revenu "disponible".
Quand les membres du CA des entreprises du CAC 40 se gavent.
Quand le patron de Renault gagne 45000€ par jour et fraude le fisc.
Quand tes députés votent la loi liberticide sur le secret des affaires malgré une pétition de 550 000 concitoyens s'y opposant : l'optimisation fiscale étant dans le champ des "savoir-faire".

 

Ne t’étonne pas que la colère monte.

 

Quand un Président est élu non par adhésion mais par rejet d’un adversaire.
Quand le Président se vante d'avoir explosé l’opposition en France.
Quand le Président est dans le déni et que son verni craque.
Quand BFM annonce tous les jeudis que le mouvement s’essouffle.

 

Ne t’étonne pas que les citoyens soient dans la rue.

 

Quand tu oses enlever 5€ d’APL aux plus démunis.
Quand tu augmentes de 23% la CSG aux seniors et que tu baisses encore leurs retraites en les désindexant de l'inflation, eux qui ont trimé toute leur vie pour la finir dignement.
Quand tu développes le racket routier avec les nouveaux radars et une limitation illogique.
Quand tu soutiens une société où le profit passe avant l’humain.

Ne t’étonne pas que la France descende dans la rue.

Quand tu n’apportes aucune réponse dans la semaine malgré les mobilisations nombreuses, pacifistes et répétées.
Quand tu minimises le départ de tes plus importants ministres.
Quand tu prélèves 4 milliards de taxe carbone et que tu n’en consacres qu’un à la transition énergétique.
Quand tes députés votent le maintien du glyphosate , poison mortel.

 

Ne t’étonne pas que le peuple s'exaspère.

 

Quand tu empêches des gilets jaunes de monter dans les trains pour manifester à Paris.
Quand tu es capable d’envoyer une quantité exceptionnelle de CRS face à 8 000 manifestants pacifiques.
Quand tu nommes un copain barbouze pour s'occuper de ta sécurité au mépris des règles de la République (port d'armes, brassard police, nomination, avancement...)

Quand ton personnel soignant est à bout.
Quand tes profs se sentent abandonnés.
Quand l’hôpital est proche de la ruine.
Quand tes gendarmes ne sont plus respectés.
Quand tes policiers se suicident.
Quand tes pompiers sont caillassés.
Quand tes smicards sont désespérés.
Quand tes cheminots sont dénigrés.
Quand tu privatises à tout va les services publics, que tu fermes les petites lignes non rentables.
Quand le chômage explose comme jamais.
Quand le politique n’écoute plus.
Quand le citoyen n'y croit plus.

 

Ne t'étonne pas que le peuple tout entier ait envie de "traverser la rue".

 

Quand l’agriculteur se suicide de ne plus pouvoir obtenir un prix décent pour son lait.
Quand le vigneron voit arriver du vin espagnol par citernes.
Quand le maraîcher, respectueux des règles sanitaires, qui trime sans compter, voit arriver des légumes et fruits étrangers remplis de pesticides et donc moins chers.
Quand les artisans sont accablés de fiscalité et concurrencés.
Quand tes étudiants sont obligés d’aller étudier à l'étranger pour obtenir un diplôme convenable ( kiné, dentiste, médecin...).
Quand tes citoyens ruraux n’ont plus de maternité, plus de docteur, plus d’infirmière , car ça coûte trop cher ou que tu bloques le numerus clausus.
Quand les commerçants sont noyés sous les taxes et qu’Amazon, Google, Facebook ou Apple sont exonérés.
Quand tu baisses sans arrêt les dotations aux communes.
Quand le code du travail est brûlé sur la place publique.
Quand le seul droit du citoyen est de payer des taxes, encore des taxes (la France 2eme au monde !)

 

Ne t’étonne pas que les « gaulois réfractaires » soient dans la rue.

 

Les barricades vont se multiplier, les ronds-points filtrés, et je suis loin d’être un énervé mais je vois des simples citoyens, pères et mères de familles, retraités, smicards, tous ceux qui bossent et paient leurs impôts, qui prennent sur leur week-ends, leur temps de repos, pour crier leur révolte.

La justice fiscale et sociale est réclamée, on doit être entendus. Le peuple ne doit pas être méprisé. La victoire démocratique n’autorise pas tout, surtout quand elle se fait par défaut.

 

Un changement de paradigme est urgent.

 

Texte de Aphile Goude

 



09/12/2018
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres