Les hommes sans questions


 https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/j_6653909.gif
'envie tant, certains jours, les hommes sans questions
Ceux qui n'ont pas d'ombrée, pas de cris dans leur tête
Pas de nuit sans sommeil, sauf pour indigestion
Qui transportent sans mal les idées toutes faites.
Qu'elles viennent d'hier, d'une norme ou d'un droit
Ceux qui n'ont qu'un écho pour seule pensée droite
Qui, marchant sur les mains, sont sûrs d'être à l'endroit
Et vont, longeant la vie comme une rue étroite
Sans chercher à savoir qui la leur a tracée
Sans même imaginer qu'ailleurs on peut passer

J'envie tant, certains jours, les hommes bien soumis
Ceux qui jouent en suivant les règles du système
Qui, parfois, ont plié, mais ensuite ont admis
Toujours de bonne foi pour frapper d'anathème
La pensée incongrue qui dépasse l'argent
Comme motivation éternelle pour l'homme
Ceux qui ont toujours su qu'on perd en partageant
Qu'on ne peut s'élever qu'en élevant la somme
Sachant s'accommoder de nos vies censurées
Cherchant à posséder pour mieux se rassurer

J'envie tant, certains jours, les hommes si concrets
Qui transforment leur fuite en acte réaliste
Digérant, sans mâcher, les besoins que leur créent
Dans l'ombre du profit, de spécieux spécialistes.
Ceux qui saluent bien bas les richards décatis
Rêvant la nuit, qu'un jour, ils le seront peut-être
Ou ceux qui, poing tendu, pourfendent les nantis
D'abord parce qu'ils ragent de ne pas "en être"
Ceux qui prennent leur pied dans leurs petits souliers
En regardant "Dallas" comme on part en voilier

J'envie tant, certains jours, les hommes si normaux
Résolvant, aisément, leurs questions en factures
Et qui ne considèrent vraiment comme maux
Que ceux touchant à leur famille ou leur voiture.
Ceux qui rient pour l'An Neuf, pleurent à la Toussaint
Aiment le samedi et pensent un dimanche
Ceux qui sont généreux, à Noël, quand le Saint-
Père en donne le signal, de sa large manche.
Ceux qui, sans hésiter, prônent les vérités
Où leurs divers conforts trouvent à s'abriter.

J'envie tant, certains jours, les hommes au carré
Qui replient leur honneur dans leur rond de serviette
Ceux qui placent leur morale en Maison d'Arrêts
Indifférents au pourquoi, comment on t'y jette.
Ceux qui pètent si haut, avec leur coeur si bas
S'indignant pour un mot, s'accoutumant aux crimes
Ceux qui ne laisseront de leur temps ici-bas
Qu'un C.C.P. à une veuve Légitime.
Ceux qui n'ont pu bronzer qu'à l'ombre de la vie
Mais, d'en faire le tour, n'eurent jamais envie.

Je ne suis, certains jours, qu'un homme sans questions
Mais l'Homme est-il debout sans le poids des questions?

 

Marius Vinson

 



13/11/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres