« Le comportement abusif de Nicolas Sarkozy »

 

Pour le citoyen moyen que je suis, l’ordonnance prononçant le non-lieu contre Sarkozy dans l’affaire Bettencourt laisse très dubitatif.

D’après Médiapart qui s’est procuré l’intégralité du document, si Sarkozy  se dit innocenté, la réalité est tout autre ce qui rend encore plus incompréhensible le non lieu.

Tous les commentaires faits par les juges semblent confirmer « l’abus de faiblesse ». Ces commentaires sont souvent fort déplaisants pour Sarkozy, extrêmement critiques.

L’intégralité de l’article est à retrouver sur Médiapart section abonnés...

 

En voici un modeste résumé des principaux commentaires.

 

-          « Nicolas Sarkozy avait connaissance de l’état de vulnérabilité particulièrement apparent de Liliane Bettencourt », il avait « parfaitement connaissance du handicap de surdité de Liliane Bettencourt et de ses conséquences, à savoir son impossibilité de communication, et de réelle compréhension. »

Cette affirmation est confirmée par Sarkozy qui indique lui-même qu’« avec elle, les échanges étaient très difficiles car elle n’entendait rien. Tout le monde le savait. Il n’y avait pas de communication fluide possible, elle n’entendait pas ». On ne peut être plus clair. Il confirme bien qu’il savait que L. Bettencourt  n’entendait ni ne comprenait ce qu’on lui disait.

-          « Nicolas Sarkozy s’est présenté à deux reprises au domicile d’André et Liliane Bettencourt. »

Même s’il na reconnu qu’une seule visite, les investigations complémentaires des juges « ont mis en évidence des contradictions entre la version de Nicolas Sarkozy et celles des témoins. […] «De ces témoignages et éléments matériels, il ressort que Nicolas Sarkozy est venu à deux reprises au domicile de Liliane Bettencourt, le 24 février 2007 et auparavant, le 10 février 2007. »

 « Il est donc manifeste que ces affirmations peu crédibles de Nicolas Sarkozy au sujet de sa rencontre avec le seul André Bettencourt, ce 24 février 2007, n’ont pour seul but que d’éviter de s’expliquer sur les véritables motifs de sa rencontre avec Liliane Bettencourt », assènent les juges d’instruction.

-          « Le rendez-vous du 24 février 2007 avait pour objet d’obtenir un soutien financier de Liliane Bettencourt. »

Les juges écrivent: « Le comportement incriminé de Nicolas Sarkozy, à savoir sa demande d’un soutien financier occulte, nécessairement en espèces, formulée à Liliane Bettencourt, personne âgée et vulnérable, alors qu’il exerce les fonctions de ministre de l’intérieur, et qu’il est candidat déclaré à l’élection présidentielle, est un comportement manifestement abusif. »

-          « Il n’existe pas de charges suffisantes établissant un lien direct entre le comportement abusif de Nicolas Sarkozy et les actes préjudiciables consentis par Liliane Bettencourt de mises à disposition d’espèces. »

 

A la lecture de ces quatre points, on reste interdit. En effet, si les juges ont de si graves considérations à émettre, s’ils confirment des « indices graves et concordants », que n’ont-ils renvoyé sarkozy devant le tribunal correctionnel ?

Toutes les interprétations sont possibles. Tous les doutes sont permis, toutes les suspicions sont légitimes. Si Sarkozy s’estime blanchi, la justice, elle, ne sort pas grandie de ce qui ressemble de plus en plus à une mascarade.

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



09/10/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets octobre2013 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres