La justice au secours du pouvoir: justice de classe!


https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/u.gifne journée au tribunal des gilets jaunes, pour voir les comparutions immédiates des manifestants en garde à vue depuis samedi :

 

On apprend qu'il existe désormais un délit de "participation à un groupement en vue de commettre des violences" indépendant des actes réellement commis, que la possession de lunettes de piscine est un élément à charge de ce "délit de groupement", que les caméras de vidéosurveillance sont systématiquement exploitées comme preuves et que le fait de filmer une voiture qui brûle est "assimilé à de la complicité de dégradation".

 Quelques prévenus, tous en garde à vue depuis 4 jours :


- Un maçon d'une cinquantaine d'années qui gagne 1500€ est accusé d'avoir récupéré un manteau volé, le procureur demande un mois de prison et un an d'interdiction de se rendre à Paris. (C’est la peine demandée, je ne connais pas le jugement prononcé pour le moment).


- Un maçon au RSA (480€), père de deux filles, est accusé d'avoir "participé à un groupement en vue de commettre des dégradations" et d'avoir eu un pavé sur lui (ou peut être une "grosse pierre") ce qui est un comportement "profondément anti-républicain" selon le procureur qui demande 4 mois de prison et une interdiction de venir à Paris pendant 2 ans.


- Un étudiant en psycho à qui les policiers ont cassé 3 dents est accusé de "participation à un groupement" et d'"aide à la construction d'une barricade".


- Un informaticien est accusé d'avoir porté sur lui une paire de lunettes de piscine, un mini-couteau suisse - considéré comme une arme blanche - et un pavé dans son sac, ce qu'il nie - je précise bien : il n'est pas accusé de les avoir utilisés mais de les avoir eu sur lui, et d'avoir renvoyé des balles en plastiques à 200m des CRS.


- Deux ouvriers de 18 ans de Franconville sont accusés d'avoir brûlé une Mercedes et une Toyota : le procureur demande qu'ils soient interdits de se fréquenter et de se rendre à Paris.


- Un travailleur d'une petite ville des Ardennes, intérimaire chez un sous-traitant de centrale nucléaire, venu manifester à Paris pour la première fois de sa vie, est accusé d'avoir donné un coup de pied à un CRS : le procureur demande 10 mois fermes, un mandat de dépôt et une interdiction de séjour à Paris pendant 2 ans.

Devant les salles d'audience, la plupart des membres du public étaient scandalisés et les propositions de Macron hier étaient tournées en dérision.

Proposition pour samedi : réaliser le plus gros "délit de groupement" depuis 1789 !

 



17/12/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets décembre 2018 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres