Jihadiste, vous avez dit jihadiste?


Et voila ! On est rassurés, ils sont inculpés : association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste… Rien que ça ! C’est rassurant une justice aussi réactive et sévère non ?

Comprenons-nous bien, que l’on interroge ces jeunes ados qui étaient partis vers la Syrie ne me choque pas. Que l’on cherche à connaître le fonctionnement des réseaux qui embrigadent et déplacent des adolescents français vers la Syrie, rien de scandaleux.

Mais il ne faudrait pas en rester là. La vraie question qui à mon avis se trouve posée est de savoir comment et pourquoi ces jeunes ont ainsi dérivé pour se lancer dans cette aventure désespérée et morbide. De grâce, évitez-moi les poncifs que l’on nous sert habituellement en pareille occasion. Qu’ils soient issus des quartiers, de l’immigration, que leurs familles ne soient pas à la hauteur, pardonnez-moi, c’est un peu juste autant que stigmatisant. Et en plus, beaucoup n’entrent pas dans ces critères. Alors quoi ?

Je suis pour ma part terrifié par cette société qui désespère à ce point sa jeunesse qu’elle s’en trouve tentée par de telles aventures. L’idéal du smartphone, de la console de jeux, du chômage à BAC plus 7 n’est donc plus suffisant ? Face à de tels drames, nous devrions éviter de jeter la pierre à ceux qui sont probablement plus victimes que responsables. Faut-il que leur vie soit à ce point vide de sens, qu’ils cherchent une raison d’exister dans pareille folie. C’est nous que nous devons regarder, c’est nous que nous devons questionner, ces gosses, c’est nous qui peu ou prou les avons envoyés se perdre. Le drame est là, ils espéraient sans doute se prouver et prouver quelque chose, ils cherchaient sans doute à donner un sens à une vie peu ou mal remplie, ils rêvaient peut-être d’action au service de gens qu’ils jugeaient sans doute persécutés ou en danger. Agir ! Dans un monde qui ne leur laisse aucune place, dans un monde qui ne leur a posé aucun repère fiable, aucune perspective séduisante.

Alors, aujourd’hui, il est facile d’en faire des terroristes potentiels, des enfants perdus, de les ranger dans le camp honni des méchants.

Moi je dis, n’en déplaise à beaucoup, que ces jeunes sont notre mauvaise conscience. Ils révèlent la faillite d’un système, d’une société, d’une éducation. Là où ils auraient dû être recueillis, accueillis, ils vont être montrés du doigt et accusés. Cela va certainement beaucoup les aider à faire un bilan raisonnable et chercher d’autres chemins. Encore une fois, ce monde et ses autorités vont faire le mauvais choix, le choix d’une prétendue autorité, la désignation facile d’un ennemi, d’un responsable. Les méchants réseaux auront eu raison de ces méchants ados irrespectueux. Comme c’est primaire, comme c’est désolant.

J’ai connu dans ma carrière professionnelle des jeunes qui avaient un temps fait le mauvais choix, mais qui ont repris une route plus ensoleillée uniquement parce qu’ils ont trouvé des gens responsables et compatissants pour les y aider.

Que l’on cesse de me parler de jeunes jihadistes, je ne vois que des jeunes en perdition, qui pensant pouvoir vivre avaient choisi un chemin de mort. Ils ne méritent pas que nous laissions reposer sur leurs épaules si fragiles le poids de nos insuffisances et de nos renoncements. 

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



01/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres