Heureux qui, comme un député grec, a touché le pactole…


Saviez-vous que les 300 députés grecs de la Vouli (le parlement monocaméral local) sont parmi les mieux payés d’Europe ? Et qu’ils refusent fermement toute baisse de salaire, alors qu’ils n’hésitent pas à réduire les revenus de leurs compatriotes ? Un sens très particulier de la solidarité dans un pays qui s’enfonce chaque jour un peu plus dans la crise. Ce n’est pas un hasard si les manifestants grecs hurlent « kleptes » (voleurs) dès qu’ils passent sous les fenêtres du Parlement, place Syndagma.

En effet, le salaire mensuel net d’un député grec s’élève à la coquette somme de 8500 euros nets par mois. À cela il faut ajouter une indemnité pour frais de 4900 euros, une indemnité pour participation aux commissions parlementaires de 1200 euros, une indemnité de logement de 1000 euros (pour les députés de province), un forfait de 1800 euros pour les frais de bureau ainsi que les transports gratuits. Soit un joli pactole.

 

Depuis 2011, les déclarations de patrimoine des élus sont publiées sur internet(page inaccessible…) alors qu’auparavant seuls les journalistes accrédités à la Vouli y avaient accès. Un journaliste grec a été jeter un œil pour moi, mon grec n’étant absolument pas à niveau. Seule limite de l’exercice : la famille n’est pas obligatoirement concernée par cette déclaration de patrimoine. Or, beaucoup de députés ont des femmes ou des maris immensément riches… Voici les revenus et patrimoines de quelques vedettes politiques locales pour l’année 2009 :

-    Georges Papandreou, ancien premier ministre grec : 122 113,94 euros au titre de son salaire de député et 6926,15 euros de revenus divers. Une maison à Athènes sise sur un terrain de 640 m2. Un portefeuille boursier au nom de son épouse de 228.000 euros. Une épargne de 61.379 euros. Papandreou n’a rien hérité de son père, Andreas, lui-même ancien premier ministre : « je vous lègue mon nom », a-t-il dit à ses enfants. C’est la seconde femme de son père, l’hôtesse de l’air « Mimi », qui a fait main basse sur ses biens…

 


Les députés français, grecs et européens ne connaissent pas la crise

"Embrassons-nous Folleville !". Le salaire est confortable et les avantages divers et variés aux frais de la République en font une belle et confortable rente de situation en ces temps où il fait si froid dehors! 

Ce n'est pas du Labiche, mais le pathétique spectacle donné au Théâtre Palais Bourbon cette semaine par les élus de la Nation qui ont refusé de baisser de 10% leur salaire. La proposition émanait de, Lionnel Luca, député UMP, qui voyait là une occasion de "réconcilier les Français avec leurs élus".

Mais combien gagne un député français ? Est-il mieux loti que ces confrères européens? Nous avons comparé dans le détail sa rémunération avec celles des élus italiens, grecs, anglais, allemands et les députés européens. Surprise, surprise: les députés grecs et, surtout, les eurodéputés ont vraiment un job en or. Loin, très loin, devant les Allemands.

  • Salaire mensuel net : 5.246,81 € net.

Auquel il faut à cela ajouter:

  • 6.412 € brut pour les frais divers
  • 9.138 € pour rémunérer ses collaborateurs.
  • Le TGV gratuit en 1ère classe
  • Cinq lignes téléphoniques remboursées
  • Un abonnement Internet haut débit.

Soit une enveloppe totale de plus de 20.000 €.

 

 


 

Ces deux articles n'ont pas pour objectif de participer au grand lynchage des "représentants du peuple", au "tous pourris" que d'aucuns présentent comme une analyse définitive. 

 

Pour moi,  ces chiffres posent justement le problème de la représentation du peuple. De tels chiffres créent une distance entre citoyens et élus. Lorsque les dits "élus" votent des lois entrainant des "sacrifices" pour l'ensemble de la population (surtout les plus vulnérables), comment en accepter les conséquences quand "l'exemple" ne vient pas de ceux qui ont décidé. Si on veut restaurer la confiance, on ne peut continuer en l'état. Alors, une baisse des rémunérations, sans doute quand elles sont véritablement excessives.  Mais surtout, afin d'éviter que ces élus ne s'installent pour des décennies parfois dans leur fauteuil, supprimer le cumul des mandats, et limiter (à deux peut-être) le nombre de mandats successifs. En tous cas, dans la conjoncture actuelle, il est urgent de traiter ce problème. 

 

 

 

 



06/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Des chiffres -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 209 autres membres