Goldman Sachs pose la question : " La guérison des patients est-elle un business model durable ?


A vous qui gardez un peu d'espoir dans ce monde, qui pensez que la recherche en médecine est menée par des gens idéalistes pour le plus grand bien de l'humanité, je suis désolé de vous décevoir ce soir, mais cet article repéré sur CNBC devrait venir à bout de vos dernières espérances.

 

Goldman Sachs l'avoue, l'objectif premier de la recherche médicale est avant tout de faire du fric et de pérenniser les profits!

Monde effrayant!

 

Je Pense qu'il est tout à fait inutile de commenter un texte aussi explicite.

Traduction personnelle.

 


 

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/g.gifoldman Sachs pose la question suivante dans un rapport sur les recherches en biotechnologie : " La guérison des patients est-elle un business model durable ?

Les analystes de Goldman Sachs ont tenté d'aborder un sujet délicat pour les entreprises de biotechnologie, en particulier celles qui sont impliquées dans le traitement pionnier de la "thérapie génique" : les traitements pourraient être mauvais pour les affaires à long terme.

"Guérir les patients est-il un modèle économique durable ?" demandent les analystes dans un rapport du 10 avril intitulé "La révolution du génome".

"La possibilité de fournir des " traitements en une seule fois " est l'un des aspects les plus attrayants de la thérapie génique, de la thérapie cellulaire par génie génétique et de la modification de gènes. Cependant, ces traitements offrent une perspective très différente en ce qui concerne les revenus récurrents par rapport aux thérapies chroniques ", a écrit l'analyste Salveen Richter dans la note aux clients mardi. "Bien que cette possibilité ait une valeur inestimable pour les patients et la société, elle pourrait représenter un défi pour les développeurs de la médecine génomique à la recherche d'un flux de trésorerie soutenu.

Richter a cité les traitements de Gilead Sciences pour l'hépatite C, qui ont atteint des taux de guérison de plus de 90 %. Les ventes de l'entreprise aux États-Unis pour ces traitements contre l'hépatite C ont atteint un sommet de 12,5 milliards de dollars en 2015, mais n'ont cessé de chuter depuis. Goldman estime que les ventes américaines de ces traitements seront inférieures à 4 milliards de dollars cette année, selon les indications du rapport.

"GILD est un cas concret, où le succès de sa franchise sur l'hépatite C a progressivement épuisé le bassin de patients traitables ", a écrit l'analyste. "Dans le cas de maladies infectieuses comme l'hépatite C, le traitement des patients existants diminue également le nombre de porteurs capables de transmettre le virus à de nouveaux patients, de sorte que le nombre d'incidents diminue également... Lorsque le nombre d'incidents reste stable (par exemple, dans le cas du cancer), le potentiel de guérison pose moins de risques pour la pérennité d'une franchise.

L'analyste n'a pas répondu pour l'instant à notre demande de commentaires.

Le rapport propose trois solutions potentielles pour les entreprises de biotechnologie :

"Solution 1 : S'attaquer aux grands marchés : l'hémophilie est un marché mondial de 9 à 10 milliards de dollars (hémophilie A, B), qui croît à un rythme d'environ 6 à 7 % par année.

"Solution 2 : S'attaquer aux troubles à incidence élevée : l'atrophie musculaire spinale (AMS) affecte les cellules (neurones) de la moelle épinière, affectant la capacité de marcher, de manger ou de respirer.

"Solution 3 : Innovation constante et expansion du portefeuille : Il y a des centaines de maladies rétiniennes héréditaires (formes génétiques de cécité)... Le rythme de l'innovation jouera également un rôle, car les programmes futurs pourront compenser la baisse des revenus des actifs antérieurs.


 



15/04/2018
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres