Gaz de schiste: traduction: Les risques pour l'eau dans le Sussex étaient connus des autorités.


Les problèmes de l'eau que beaucoup chez les pro-gaz traitent dédaigneusement de fantasme semblent de plus en plus prendre une importance décisive. Voir l'exemple de nos amis britanniques.

 

Traduction personnelle de cet article.

 


 


Des e-mails secrets ont révélé que dans le Sussex, le risque pour l'eau dû à la fracturation était connu des autorités.

Le risque que l'eau potable, dans le Sussex, puisse être contaminé par des produits chimiques de fracturation était connu par le gouvernement il ya plus d'un an, c’est ce que montre des documents précédemment classés secret.

Les ministres ont été informés en privé par l'Agence pour l'environnement (EA) que le fracking près des aquifères - roches souterraines qui contiennent de l'eau - ne devrait pas être autorisé.

Mais le responsable à l'EA'S du changement climatique a changé plus tard la formulation dans une déclaration publique liée à la question afin de ne pas créer "un message trop dur" à propos de l’extraction du gaz de schiste.

Les révélations - qui pourraient avoir des implications majeures pour l'avenir de fracturation dans le Sussex - ont été faites le jour après que le Premier Ministre David Cameron ait dit que les résidents devaient accepter la pratique controversée dans leurs communes et écarter les préoccupations de sécurité.

M. Cameron a écrit: "Il n'y a aucune raison pour que la fracturation entraîne la contamination des sources d'eau ou d'autres dommages à l'environnement si elle est correctement réglementée."

 

Plus de nouvelles du fracking

 

L'EA a révélé ces conseils à Charles Hendry, l'ancien Ministre de l'Énergie et député de Wealden, après qu'il ait demandé de l'aide répondant aux préoccupations d'un correspondant à propos de la fracturation à Balcombe, dans l’ouest du Sussex.

Les résidents du village s'inquiètent que Cuadrilla, qui recherche actuellement du pétrole et du gaz de schiste ne passe ensuite à la fracturation, contaminant l'approvisionnement en eau…

L'EA a dit hier à "l'Argus" que l'aquifère près de Balcombe est pauvre et inapproprié à l’alimentation en eau potable, mais les militants restent préoccupés par le fait que les forages pourraient polluer la Rivière Ouse qui est à un demi-mile, ainsi que le réservoir Ardingly voisin.

Mais dans le Sussex, 75% de l'eau potable provient de ces sources souterraines, ce qui fait craindre une contamination généralisée si l'immense réserve de gaz de schiste de la région est exploitée.

Dans un mémo privé, révélée par Greenpeace suite à des demandes d'accès à l'information, un haut fonctionnaire de l’EA a écrit: «L'Agence de l'environnement ne permettrait pas que la fracturation hydraulique ait lieu dans une zone où il y a des aquifères utilisés pour l'approvisionnement en eau potable. »

"S'il y avait des eaux souterraines sensibles présentes dans une zone où une entreprise veut réaliser de la fracturation hydraulique, nous nous y opposerions et nous refuserions d'accorder un permis environnemental."

Mais ces conseils n'ont pas été révélés au public et le responsable à l'EA'S du changement climatique a suggéré que la formulation devait être modifiée.

 

En répondant à la demande d'informations de M. Hendry, le responsable du changement climatique dit que les conseils initiaux "ont fourni une vue trop dure de notre position où nous pourrions ou pas être satisfaits des développements du gaz de schiste par rapport aux aquifères d'eau souterraine potables".

Selon l’estimation du groupe d’opposants Frack Off, 6.700 puits de forage seraient nécessaires pour extraire seulement 10% des réserves de gaz de schiste du comté.

Leila Deen, de Greenpeace, a déclaré: «L'eau est un problème récurrent dans le sud, et les habitants feraient bien de se préoccuper des entreprises de fracturation qui en utilisent de grandes quantités pour l'extraction du gaz de schiste, sans parler du risque de contamination. Cette semaine, l'ancien conseiller scientifique en chef du gouvernement a déclaré que les craintes de la population concernant l'eau contaminée par la fracturation étaient totalement rationnelles."

Un porte-parole de l'Agence de l'Environnement a refusé de répondre aux allégations qui l’accusaient d’avoir atténué les déclarations publiques sur les dangers de la fracturation hydraulique.

Il a dit: "Le régime réglementaire britannique assure que les substances dangereuses ne doivent pas être autorisées à entrer dans les eaux souterraines. Un permis, dans les règlements sur l'environnement 2010 (EPR) de l'Agence de l'environnement, est nécessaire lorsque les fluides contenant des polluants sont injectés dans le sol, où ils peuvent contaminer les eaux souterraines. Cela peut également être nécessaire si l'activité comporte un risque de mobiliser des substances naturelles qui pourraient alors provoquer une pollution. Le permis doit préciser les limites nécessaires à l'activité, les exigences en matière de surveillance, les produits chimiques qui peuvent être utilisés et les limites appropriées sur les concentrations admissibles. Si l'activité présente un risque inacceptable pour l'environnement, l'activité ne sera pas autorisée."

 

La nuit dernière, les patrons de Cuadrilla ont dit qu’il était « peu probable » que le site d'exploration à Balcombe dans le West Sussex ne devienne un lieu de production. Ils refusent de se prononcer sur l’éventualité de la fracturation hydraulique sur ce site à l'avenir.

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



01/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres