Gaz de schiste: comment les foreurs évitent de payer les redevances


Pour tous ceux qui pourraient espérer de mirifiques subsides de l'exploitation de leurs terrains, voici ma traduction  de ce long article qui éclaire sur l'attitude des pétroliers et gaziers pour payer le moins possible. A méditer également!

 

 


 


Don Feusner élevait son bétail sur ses 370 acres au nord de la Pennsylvanie jusqu’à ce qu’il ne gagne plus suffisamment d’argent. Alors, à l’âge de 60 ans, il a tout vendu et envisageait une retraite confortable grâce à l’argent tiré de l’exploitation de son terrain par l’industrie du gaz de schiste.

Cela paraissait prometteur. Deux puits étaient forés sur sa propriété, un site du «Marcellus Shale», des millions de pieds cubiques de gaz de schiste étaient extraits. Eb décembre dernier, il reçut 8 506$ pour un mois d’exploitation.

Un jour d’avril, feusner ouvrit son enveloppe pour découvrir que, alors que les puits produisaient la même quantité de gaz, sa rémunération avait chuté. Ses yeux descendirent rapidement en bas de page pour y découvrir le montant de 1 690$.

Chesapeake Energy, la compagnie qui forait ses puits, retenait 90% de la rémunération promise à Feusner, pour couvrir des frais de « collecte » sans aucune explication.

Feusner déclare : « Ils m’ont dit que je serais millionnaire dans les deux ans à venir. En fait, je crois que nous ne pouvons prendre que ce qu’ils veulent bien nous donner ».

Comme chaque propriétaire qui signe un contrat de bail pour permettre à une société de forage forer sur ses terres, Feusner perçoit une redevance.

En 1982, dans un effort décisif pour empêcher les gens d'être floués par l'industrie pétrolière, le gouvernement fédéral a adopté une loi établissant que les paiements de redevances aux propriétaires fonciers ne seraient inférieurs  à 12,5 pour cent des ventes du pétrole et du gaz extraits sur leurs terrains.

De la Pennsylvanie au Dakota du Nord, un argument puissant pour permettre toujours plus de nouveaux  forages a été que les paiements de redevances enrichiraient les propriétaires fonciers locaux, en dynamisant l’économie de l'Amérique rurale. Le boom devait également remplir les caisses de l'État, puisque à peu près 30 pour cent des forages sont effectués sur des terres fédérales.

Au cours de la dernière décennie, un nombre incalculable de baux ont été signés, et des centaines de milliers de puits ont été forés dans de nouveaux gisements à travers le pays.

Une enquête de ProPublica a montré que la manipulation des coûts et d'autres données par les compagnies pétrolières ôtait des milliards de dollars de redevances des mains de propriétaires privés et du gouvernement.

Une analyse des contrats de location, des documents gouvernementaux et des milliers de pages de documents judiciaires montrent que ces paiements insuffisants sont très répandus. Des milliers de propriétaires comme Feusner reçoivent beaucoup moins que prévu sur la base de la valeur de vente du gaz ou de l'huile produite sur leur propriété. Dans certains cas, on ne les paie que presque rien du tout.

Dans de nombreux cas, les avocats et les vérificateurs qui se spécialisent dans la comptabilité des entreprises de production montrent à ProPublica que les sociétés gazières utilisent une comptabilité complexe et des arrangements commerciaux pour augmenter les profits nés de la vente des ressources et d'accroître les dépenses imputées aux propriétaires fonciers.

La déduction des frais est elle-même controversée et considérée comme déloyale par les propriétaires fonciers, mais elle est inscrite dans de nombreux contrats, dont certains ont été signés sans que les propriétaires n’en comprennent pleinement les implications.

 

Certaines entreprises déduisent les frais de transport et de traitement du gaz naturel, même lorsque les baux contiennent des clauses interdisant explicitement de telles déductions. Dans d'autres cas, selon les dossiers de la cour et des documents obtenus par ProPublica, ils retiennent l'argent sans explication pour d'autres dépenses non autorisées, et sans donner aucune explication aux propriétaires.

Des quantités importantes de carburant ne sont jamais vendus – les entreprises l’utilisent à leur profit pour alimenter le matériel qui traite les gaz, parfois dans des sites loin des lieus de produxtion. En Oklahoma, Chesapeake déduit les frais de marketing à un propriétaire - un copropriétaire du site - même si les frais sont allés à sa propre filiale, une société de pipeline appelé Chesapeake Energy Marketing. Le propriétaire a allégué que les frais avaient été déguisés en baisse des prix de vente. Un tribunal a jugé que l'entreprise était en droit de facturer ces frais.

Les coûts tels que ceux-ci ne sont normalement consignées que dans les transactions entre les sociétés d'énergie, et ne sont presque jamais détaillés aux propriétaires fonciers.

 

"Pour savoir comment le calcul est fait, vous pouvez très bien déposer une plainte et en obtenir la communication», a déclaré Owen Anderson, le président Eugène Kuntz en, expert des conflits de droits en matière de pétrole, gaz et ressources naturelles à l'Université de l'Oklahoma College of Law. "Je ne connais pas d’État qui exige cette divulgation."

Pour garder les redevances faibles, les entreprises mettent sur pied des filiales ou des sociétés de commanditaires  auxquelles elles vendent de l'huile et du gaz à prix réduit, uniquement pour récupérer la pleine valeur des produits lorsque leurs filiales les revendent. Les paiements de redevances sont généralement basés sur la transaction initiale.

Dans d'autres cas, les entreprises ont caché l vraie valeur des ressources aux propriétaires fonciers. Dans une affaire 2003 en Louisiane, par exemple, Kerr McGee, maintenant détenue par Anadarko Petroleum, a vendu son pétrole pour une fraction de sa valeur - et des redevances au gouvernement sur le montant sous-évalué - dans un accord commercial pour des services de marketing qui n'ont jamais été comptabilisées sur ses comptes. Le gouvernement fédéral a poursuivi l’engtreprise, et a gagné.

 

Le gouvernement dispose d'un arsenal d'outils pour lutter contre le sous-paiement des redevances. Le ministère de l'Intérieur a des règles régissant les retenues qui sont admissibles. Il emploie également un organisme d'audit qui, bien que loin d'être parfait, a découvert plus d'une douzaine de cas dans lesquels des foreurs avaient trompé le gouvernement sur les paiements de redevances depuis 2011. Un porte-parole du ministère de l'Office de l'Intérieur du Revenu des Ressources naturelles affirme qu'au cours des trois dernières décennies, le gouvernement a récupéré plus de 4 milliards de dollars en taxes impayées dans ce cadre.

 

Il ya peu de mécanismes de protection pour les propriétaires privés, qui concluent des accords sans surveillance réglementaire et doivent payer de leur propre deniers le fait de vérifier ou contester les contrats passés avec les sociétés d'énergie.

ProPublica a fait plusieurs tentatives pour communiquer avec Chesapeake Energy pour cet article. La société a refusé, par courriel, de répondre aux questions portant sur les redevances, et n'a pas répondu non plus à des ensembles détaillés de questions qui lui ont été soumises par la suite. Le groupe American Petroleum Institute, a également refusé de commenter les allégations de sous-paiements des propriétaires terriens, en disant que les entreprises individuelles ne répondent qu’à des revendications spécifiques.

Anderson a reconnu que de nombreux propriétaires concluent des contrats sans comprendre leurs implications et dit que c'était à eux de faire preuve de discernement avant la signature des accords avec les compagnies pétrolières et gazières.

«Le devoir de la société est de faire de l'argent pour les actionnaires", a déclaré Anderson."Chaque centime qu'une société peut économiser sur les redevances est un sou de profit pour les actionnaires, alors pourquoi ne devraient-ils pas essayer de sauver chaque centime  qu'ils peuvent sur les paiements aux titulaires de redevance?"

 

Le gaz s'écoule à travers une tête de puits sur la propriété de Feusner, fait quelques tours et passe un compteur qui mesure son volume. Il s'écoule ensuite dans les conduites par un procédé que l'industrie appelle "collecte". Le gaz est mélangé, comprimé et traité pour en améliorer la qualité avant d'alimenter un grand réseau de canalisations qui s'étend jusqu’à des centaines de miles où le gaz est vendu et distribué en fin de compte aux consommateurs.

Chaque section du pipeline est détenue et gérée par une société différente. Ces sociétés achètent du gaz à Chesapeake, mais n'ont pas de responsabilité envers Feusner. Ils fonctionnent sous le régime de surveillance réglementaire minimale, ont des contrats de vente avec l'opérateur, dans ce cas Chesapeake, avec des termes qui sont privés. Jusqu'à ce que Chesapeake vende sa société pipelinière l’hiver dernier, les pipelines étaient détenus par ses propres filiales.

Comme dans de nombreux conflits de redevances, il n'est pas facile de savoir exactement à quel point de vente doit-on se référer pour fixer les montants des redevances dues à Feusner - la dernière vente sur le marché libre ou de précédentes valeurs. Il est tout aussi difficile de savoir si les dépenses imputées aux Feusner sont engagés avant ou après ce point de vente, ou quel processus, exactement, répond au terme de « collecte ». Les définitions de ce terme varient, en fonction de la personne  à laquelle on s’adresse. Dans un email, un porte-parole de Chesapeake a refusé de dire comment l'entreprise définit la « collecte ».

 

Pour rendre les choses plus compliquées, les droits du gaz  eux-mêmes sont souvent divisés en actions, parfois chez une demi-douzaine de sociétés, et sont souvent négociés. Feusner, à l’origine, a signé un bail avec une petite compagnie de forage, qui a vendu les droits au bail à Chesapeake. Chesapeake a vendu une partie de ses droits dans le bail à une société norvégienne, Statoil, qui détient désormais environ un tiers des intérêts dans le gaz produit à partir de la propriété de Feusner.

 

Chesapeake et Statoil lui payent des redevances et lui facturent les dépenses séparément. Statoil ne déduit pas les dépenses dans le calcul des paiements de redevances de Feusner, peut-être parce qu'il a une interprétation différente de ce qui est autorisé.

«La politique de Statoil est d'examiner attentivement chaque bail individuel, et à ne faire des déductions de  ‘post-production ‘ que si le bail et la loi le permettent, » un porte-parole a écrit dans un courriel. «Nous prenons notre production en nature à Chesapeake et nous n'avons aucune action sur la façon dont ils interprètent les baux."

Une fois que le gaz est produit, une foule de transactions opaques influencent la façon dont les ventes sont comptabilisées et leur produit alloué à chacun des bénéficiaires. La garde et la division d'actions est si complexe que même les meilleurs juristes comptables du pays ont du mal à donner un sens aux livres de comptes des sociétés d'énergie.

 

Le bail de Feusner ne lui donne pas le droit d'examiner les contrats de Chesapeake avec ses partenaires, ou de vérifier les chiffres de vente du gaz extrait chez lui. En Pennsylvanie - même si elle a récemment adopté une loi exigeant que le montant total des déductions soit inscrit sur les états des redevances - n'a pas de lois qui dictent à quel moment un prix de vente doit être fixé, et quelles dépenses sont légitimes.

Les préoccupations concernant les redevances ont commencé à attirer l'attention des législateurs de l'État, qui ont tenu une audience sur la question en Juin. Certains ont reconnu la nécessité de clarifier les garanties minimales en matière de redevances dans l'État, mais pour l'instant, rien ne s’est passé.

"Si vous avez un système qui n'est pas transparent du puits jusqu’au brûleur et que vous vous cachez derrière la confidentialité, alors vous avez quelque chose à cacher», a dit Jerry Simmons, directeur exécutif de l'Association nationale des propriétaires de redevances (NARO la première organisation représentant privé propriétaires aux États-Unis) dans une interview  à ProPublica en 2009. Simmons a récemment déclaré que ses vues n'avaient pas changé, mais a refusé d'être interrogé à nouveau. «L'idée que les organismes de réglementation ne connaissent pas le volume de gaz qui est produit dans ce pays est absurde."

Parce que de nombreux différends se réduisent à des interprétations du contrat, les entreprises se tournent souvent vers les tribunaux pour obtenir des éclaircissements. Peu de cas de redevances ont été débattus  en Pennsylvanie jusqu'à présent. Mais en 2010, une décision historique concernant Kilmer v Elexco Land Services, a énoncé que la garantie minimum de redevances de l'Etat appliquée aux revenus avant frais, si elle est permise par des baux , donne le droit aux entreprises énergétiques de déduire ces frais des redevances.

Depuis lors, les propriétaires disent qu’en Pennsylvanie, Chesapeake a fait des grandes retenues sur leurs chèques. (La société n'a pas répondu aux questions à ce sujet.) En Avril, le taux de redevance réel de Feusner sur le gaz vendu par Chesapeake était inférieur à 1 pour cent.

 

Paul Sidorek est un comptable qui représente quelque 60 propriétaires de Pennsylvanie du nord-est qui reçoivent un revenu de redevances de forage. Il est aussi un propriétaire foncier lui-même - en 2009, il a loué 145 acres, et ce bail a été finalement vendu à Chesapeake. Bien conscient des difficultés rencontrées par d'autres, Sidorek a négocié une redevance de 20 pour cent et s'est assuré que son bail dit explicitement qu'aucun frais ne peut être déduit de la vente du gaz produit sur sa propriété.

Mais maintenant, Sidorek dit que Chesapeake déduit autour de 30 pour cent de ses redevances, attribuant cette baisse  à «la collecte» et des dépenses «tiers», pour un montant qui s'élève à environ 40.000 dollars par an.

"Maintenant que les redevances sont fluctuantes, certaines personnes les prennent comme une bénédiction et disent que peu importe ce Chesapeake fait, c'est de l'argent que nous n'aurions pas eu avant", a déclaré Sidorek. Mais il a quand même intenté un procès. «Je pense que je pourrais donner mon petit-fils une éducation de première classe avec ce que Chesapeake a déduit sans en avoir le droit, donc je le prends de suite."

Les propriétaires fonciers, les avocats, les législateurs et même certains groupes de l'industrie de l'énergie trouvent déroutant que Chesapeake se distingue par sa comptabilité et sa tendance à déduire les frais de la plupart des chèques de redevances des propriétaires fonciers en.

«Ils ont eu une culture de du business sauvage», a déclaré Jackie Racine, président de la section de l'Association nationale des propriétaires de redevances de Pennsylvanie.

Chesapeake n'a pas répondu aux questions pour savoir pourquoi son approche est différente de celle des autres entreprises.

Root et d'autres rapportent de bonnes relations de travail avec d'autres sociétés d'exploitation des puits en Pennsylvanie, et disent que les déductions - si toutes les pratiquent - sont modestes. Statoil, qui a des intérêts dans un certain nombre de puits de Chesapeake, ne déduit aucune dépense sur bon nombre des contrats. Dans un courriel d'un porte-parole, la société a déclaré: «Nous cherchons toujours à traiter nos titulaires de baux d'une manière équitable."

Plusieurs propriétaires ont déclaré que non seulement les déductions varient entre les entreprises qui utilisent le même réseau de gaz «de collecte» - mais que les prix de vente le font aussi.

Sur les déclarations de redevances de Sidorek, par exemple, Chesapeake et Statoil mentionnent des prix de vente considérablement différents pour le même gaz délivré travers le même système.

 

«Si Statoil peut toujours vendre le gaz pour $ 0,25 de plus, et Chesapeake prétend qu’il est le premier producteur dans le pays, alors pourquoi diable ne peuvent-ils obtenir le même prix que Statoil pour le même gaz, dans la même journée?" se demande Sidorek.

 

Il pense que Chesapeake offrait un rabais à une entreprise de pipeline dont il était propriétaire. Chesapeake n'a pas répondu aux questions sur l'écart de prix.

Chesapeake peut faire l'objet de la colère des propriétaires fonciers en Pennsylvanie, mais dans tout le pays des milliers de propriétaires ont déposé des plaintes similaires contre plusieurs producteurs de pétrole et de gaz.

Dans des douzaines de recours collectifs relevés par ProPublica, les propriétaires ont affirmé qu'ils ne peuvent pas donner un sens aux dépenses déduites de leurs prestations ou que les entreprises cachent des frais.

Les entreprises de gaz et de pétrole cotées ont également révélé que des jugements relatifs à des litiges de redevances  atteignent ensemble des milliards de dollars.

 

En 2003, un jury a conclu que Exxon avait fraudé l'État de l'Alabama sur les paiements de redevances et a ordonné à l'entreprise de payer près de 103 millions de dollars en redevances en retard et intérêts, plus de 11,8 milliards de dollars en dommages-intérêts. (Les dommages-intérêts ont été réduits à 3,5 milliards de dollars en appel, puis supprimés par la Cour suprême de l'Etat en 2007.)

En 2007, un jury a ordonné à une filiale de Chesapeake de payer 404 millions de dollars, dont 270 millions de dollars en dommages et intérêts, pour avoir trompé un groupe de locataires en Virginie-Occidentale. En 2010, Shell a été frappé par un arrêt de 66 millions de dollars, dont 52 millions de dollars d’amendes, après qu'un jury ait décidé que la compagnie avait caché un bien prolifique et ensuite intentionnellement induit en erreur les propriétaires quand ils ont contesté les redevances. Le jugement a été confirmé en appel.

 

Comme es textes des contrats de location sont très variés, certains datent de près de 100 ans, la plupart des désaccords au sujet des retenues se résument à des interprétations de ces textes dans différents contrats.

En Pennsylvanie, toutefois, les tribunaux ont établi peu de jurisprudences quant à façon dont les baux doivent être lus et des obstacles importants se dressent sur le chemin des propriétaires fonciers qui voudront se défendre.

Des avocats en Pennsylvanie disent que beaucoup de baux de leurs clients ne les autorisent pas à auditer les compagnies de gaz pour vérifier leur comptabilité. Même si les propriétaires fonciers étaient autorisés à mener à bien ces audits, ils pourraient avoir à débourser des dizaines de milliers de dollars pour le faire.

Quand les audits révèlent des écarts, les avocats expliquent que de nombreux baux en Pennsylvanie exigent que les propriétaires se soumettent à un arbitrage - un autre processus qui peut coûter des dizaines de milliers de dollars. Les clauses d'arbitrage peuvent également rendre plus difficile pour les propriétaires de se joindre à des recours collectifs dans lesquels les individus peuvent mettre en commun leurs ressources et acquérir suffisamment de poids pour affronter l'industrie.

 

"Ils font tut pour vous empêcher de les poursuivre en justice», a déclaré Aaron Hovan, un avocat à Tunkhannock, Pennsylvanie, représentant les propriétaires qui ont des problèmes de redevances. "Et vous devez avoir un très bon dossier pour passer à travers tout ça, sachant que vous pouvez perdre."

Tous ces obstacles doivent être levés dans les délais de prescription de la Pennsylvanie, quatre ans. Les propriétaires qui réalisent trop tard qu'ils ont été sous-payés pendant des années - ou qui héritent d'un bail d'un parent malade qui n'a jamais pris la peine de vérifier leurs déclarations - ne laissent tout simplement aucune chance.

Même si une compagnie de gaz a été reconnue coupable de sous-payer les redevances en Pennsylvanie, elle a peu à craindre. Il serait redevable seulement du montant qu'il aurait dû payer, en premier lieu. Contrairement à l’Oklahoma et d'autres Etats, la loi de Pennsylvanie ne permet pas de réclamer tout intérêt supplémentaire sur les redevances impayées et place la barre très haut pour obtenir des sanctions.

«Ils attendent de voir qui les défie, ils gardent ce qu'ils gardent, ils abandonnent ce qu'ils perdent», dit Root, le président de la section NARO. "c’est juste une partie de leur business que de procéder de cette façon."

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



18/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres