Gaz de schiste: Traduction: Le gaz de schiste n'est pas le sauveur, tout juste une épine dans le pied des énergies renouvelables...


Encore un article très intéressant, car il prend la problématique des gaz de schiste globalement, ne se concentrant pas comme nous le faisons trop souvent en France sur un seul de ses aspects. Et c'est bien justement cette globalisation, et surtout ses ramifications économiques et environnementales qui posent le vrai problème. Au fil de cette argumentation, face à la fuite en avant qu'elle dénonce, on comprendra pourquoi cette industrie a besoin de forer en Erope et pourquoi nous devons nous y opposer avec la plus grande fermeté.

 Voici ma traduction:

 

 


 

 

De nombreux responsables politiques espèrent que l'huile et le gaz de schiste mèneront à une plus grande indépendance énergétique. Deepak Gopinath n'est pas si sûr. Il pense que la fracturation est inutile, coûteuse et ne fait que retarder la recherche et le développement nécessaires de carburants alternatifs pour contrer le changement climatique.

 

A en juger par les titres des journaux, une solution magique contre les combustibles fossiles polluants est à portée de main. Avec les Etats-Unis sur la voie de l'autosuffisance énergétique grâce à l'énergie issue des schistes, d'autres pays pourraient suivre cet exemple. Mais la réalité pourrait être légèrement différente et le gaz et l’huile de schiste pourraient ne pas être cette solution magique. Bien que les nouvelles technologies aient transformé le profil énergétique États-Unis, la croissance de la production ralentit et les tentatives pour reproduire l'expérience américaine à l'étranger sont encore à venir.

 

Le récit de l'huile de schiste et de la révolution du gaz est convaincant, car il promet beaucoup: une énergie peu chère, abondante, non seulement pour les Etats-Unis mais aussi pour le reste du monde, grâce à la présence de riches gisements de schiste en Russie, en Chine et ailleurs. Et, comme le président américain Barack Obama l’a souligné dans son plan d'action pour le climat, le schiste pourrait aider à lutter contre le réchauffement climatique si le gaz naturel à la combustion plus propre remplace le charbon et le pétrole.

 

La vitesse et la portée de la renaissance de « l'énergie de schiste » aux États-Unis a été tout simplement remarquable. Le forage horizontal et la fracturation hydraulique ont ouvert des gisements de gaz enfermés dans des formations relativement imperméables de schiste jusqu’alors  inaccessibles et ont rapidement stimulé la production d'énergie, notamment du gaz. Après avoir été pendant des années importateurs de gaz naturel, les Etats-Unis souffrent aujourd'hui d'une surabondance qui fait baisser les prix. Les foreurs ont changé d'orientation pour une huile de schiste plus rentable dont la production a augmenté de près d'un tiers depuis 2008 - et qui a représenté 29 pour cent de la production totale de pétrole US en 2012 – faisant croire à la perspective alléchante de l'indépendance énergétique.

 

Mais le schiste peut encore échouer à tenir ses promesses. La géologie et l’économie particulières de la production d'énergie de schiste, par rapport au pétrole conventionnel et de gaz, font que l'expérience américaine est à la fois intenable et difficile à reproduire. La croissance de la production US d’huile de schiste et de gaz a commencé à ralentir en raison de la hausse rapide des coûts et de l’épuisement rapide des réservoirs. Pendant ce temps, des tentatives de produire de l'énergie de schiste à l'échelle commerciale dans des pays tels que la Chine, qui se vante de posséder les plus grandes ressources de gaz de schiste dans le monde - et les gisements de pétrole de schistes récupérables au troisième rang, après la Russie et les Etats-Unis – se heurtent à des problèmes technologiques, réglementaires, politiques et économique.

 

Le coût des travaux de forage aux États-Unis a grimpé en flèche au cours de la dernière décennie, en partie en raison de la hausse des frais liés au forage et la fracturation horizontale. La fracturation entraîne le mélange, de sable et de produits chimiques injectés dans le schiste à haute pression pour créer des fissures le long desquelles le gaz ou les liquides peuvent atteindre un puits. L’approvisionnement en eau des puits et l'élimination des eaux usées coûte cher.

 

Le coût de forage d'un puits de pétrole brut a quadruplé, passant de 1 million de dollars US en 2003 à plus de 4 millions de dollars en 2007, selon l'Administration. Les puits forés récemment dans la formation Bakken dans le Dakota du Nord, le plus grand gisement de pétrole de schiste américain, ont coûté entre 8 millions de dollars à 10 millions de dollars. Une escalade des coûts similaire est signalée pour les puits de gaz naturel.

 

En plus de la flambée des coûts, les entreprises énergétiques doivent composer avec de forts taux de  baisse des gisements de schiste. Le pétrole et le gaz emprisonnés dans des formations rocheuses de schiste relativement imperméables et moins poreux ne s’écoulent pas spontanément vers le puits. En conséquence, la production des puits de schiste a tendance à décliner rapidement après quelques mois d’un rendement élevé. Le taux de déclin de la formation Bakken atteint plus de 50 pour cent dans la première année de production. Kodiak Oil & Gas estime que ses puits de pétrole de schiste de Bakken connaîtront des baisses de 75 à 85 pour cent au cours des cinq premières années de production. Ceci étant à comparer aux taux de déclin annuel de 5 à 8 pour cent dans les champs pétrolifères classiques.

 

Ces taux de forte baisse exigent des investissements toujours plus importants dans de nouveaux puits pour maintenir les niveaux de production. Leonardo Maugeri, chercheur au Centre Belfer de l'Université de Harvard pour la Science et les Affaires internationales, estime qu'il a fallu 90 nouveaux puits par mois pour maintenir la production de pétrole dans la formation Bakken à son niveau de 770.000 barils / jour en Décembre 2012. À 10 millions de dollars par puits, s'ajoute un investissement supplémentaire de 900 millions par mois pour atteindre 11 milliards de dollars par an. L'Institut Post-Carbon estime que maintenir la production pétrolière de schiste dans le pays tout entier entraînerait le forage de plus de 6000 nouveaux puits par année pour un coût de 35 milliards de dollars.

 

Jusqu'ici, Wall Street a été efficace en orientant l’investissement dans les gisements d'huile de schiste et de gaz, mais l'ampleur de l'investissement supplémentaire nécessaire pour maintenir le boom économique semble compromis en l’absence de nouvelles percées technologiques. En effet, il ya des signes que les entreprises d'exploration et de production sont, à moins de suivre la voie de l’augmentation de l’intensité de forages, en train de prendre du retard.

 

Après trois années de gains rapides, le nombre d'appareils de forage horizontal utilisés aux États-Unis, un bon indicateur de l’exploration du gaz de schiste et de l'activité de production, a commencé à décliner au début de 2012. Une grande partie de cette baisse est due au fait que les entreprises rognent sur la production en raison des prix du gaz plus faibles dans un marché engorgé. La production de gaz de schiste aux États-Unis, qui représente 40 pour cent de la production totale de gaz, est maintenant stagnante et le restera à moins que les prix augmentent suffisamment pour susciter de nouvelles activités de forage significatives. Cela peut ne pas se produire étant donné les difficultés rencontrées dans la conversion de la surabondance de gaz américain en substitut économiquement viables aux carburants liquides et le fait qu’un marché mondial du gaz naturel, avec des demandes à l’exportation, n'existe pas encore.

 

L’intensité des forages de pétrole de schiste et la croissance de la production ralentissent également. Le nombre d'appareils de forage opérant dans le Dakota du Nord, où la plupart des gisements de schiste du Bakken se trouvent, est en baisse depuis la mi-2012. Le gisement comprenait 174 plates-formes en Juin 2013, contre 203 un an plus tôt. Même si une partie de cette baisse est due à une plus grande efficacité dans les technologies de forage et de gestion de plate-forme, la croissance de la production a été affectée. En mai, la croissance de la production annuelle à Bakken a été d'environ 30 pour cent, contre plus de 90 pour cent en 2012. Le ralentissement de la croissance de la production de pétrole de schiste va continuer si les entreprises d'exploration et de production ne parviennent pas à trouver de nouveaux gisements de schiste économiquement rentables à exploiter.

 

Le boom du schiste américain peut être de plus courte durée que beaucoup ne l’avaient prévu, et le potentiel global de schiste peut également avoir été surestimée. Dans un rapport sur le schiste mondial publié en Juin, l'Administration de l'US Energy Information a estimé dans le monde entier les réserves techniquement récupérables de gaz de schiste à 7,300 milliards de pieds cubes de gaz de schiste, l'équivalent de près d'un tiers des ressources mondiales de gaz. Les ressources d'huile de schiste mondiales pourraient être de l’ordre de 345 milliards de barils, ce qui équivaut à 10 pour cent des ressources de pétrole estimées.

 

Mais le développement de ces gisements se révèle difficile. Les États-Unis disposent de l'expertise et de la capacité de forage, de compagnies indépendantes efficaces, de la technologie, de l'accès au financement, et un cadre réglementaire et juridique que le reste du monde n'a pas. La Chine, par exemple, qui veut d’urgence substituer le gaz au charbon, a peu de chances d'atteindre son objectif de 2015 pour la production de gaz de schiste commercial en raison de la géologie complexe qui fait que le gaz serait relativement coûteux à exploiter, du manque d'expertise technique, de la pénurie de financement, de la domination dans ce secteur des entreprises d'État, et de la complexité de la réglementation. Pologne, autrefois considérée comme une des meilleures chances de gaz de schiste en Europe en raison d’importantes réserves a vu des compagnies d'énergie se retirer à cause de la géologie difficile, de la réglementation et de l'opposition des écologistes. D'autres pays seront confrontés à des problèmes similaires.

 

Quand la poussière du boom de schiste sera retombée on verra qu’il n’a fourni pas beaucoup plus qu'une aubaine pour les banquiers et les sociétés d'énergie, permis au monde de brûler des combustibles fossiles bien plus qu'il peut se le permettre, donné aux politiciens une excuse pour retarder davantage l'action concrète sur le changement climatique. C'est loin d'être révolutionnaire.

 

Par Deepak Gopinath pour YaleGlobal ligne

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



03/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres