En réponse à l'amicale des foreurs.


 

IL VOUS MENTENT, ILS MENTENT A NOS DEPUTES !

 

 

 

1. Sommes nous des écolos ou des anarchistes ?

 

L’Amicale des Foreurs nous présente comme : les chiens de garde les plus virulents de nos écolos-pastèques (bicolores : verts à l’extérieur et rouges vermillon à l’intérieur)

 

C’est faux – toutes les tendances sont représentées. Nous sommes avant tout des citoyens.

 

 

2. Qui est l’Amicale des Foreurs ?

 

« L’Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole, est une entité libre, indépendante »

 

C’est faux : Elle « a pour vocation principale la défense de la profession et comporte environ 1700 membres, personnel actif ou retraité de l’industrie pétrolière et sociétés de l’amont pétrolier au nombre d’une centaine ». L’Amicale des Foreurs se pose clairement en juge et partie. Elle n’est donc pas crédible.

 

 

3. Fracturation hydraulique pas déjà planifiée ?

 

D’après l’Amicale des Foreurs, « aucune campagne d'exploitation de ces gisements n'est envisagée à l'heure actuelle : seules des campagnes d'exploration sont en projet, afin d'évaluer le potentiel économique des roches-mères. Il n’est pas prévu de procéder à des fracturations hydrauliques »

 

C’est faux – Dans le document que GDF-SUEZ et Schuebach Energy a envoyé à la mairie de Villeneuve de Berg, il est dit le contraire

 

 

 

4. La sécurité de l’industrie pétrolière

 

« La controverse actuelle, encouragée par les associations écologiques et favorisée par le contexte électoral, met en danger l'ensemble de l'industrie pétrolière et gazière, y compris les sociétés du parapétrolier »

 

C’est faux – L’industrie n’a jamais fait autant de profits, et s’apprête à en faire plus encore du fait de la montée attendue des cours du pétrole. Il ne tient qu’à elle de les utiliser pour se diversifier.

 

5. La création d’emploi

 

« Par ailleurs, il est certain que, si ces ressources venaient à être exploitées, de nombreux emplois pourraient être créés ».

 

Argument irrecevable – La plupart des emplois ne seraient que de courtes durées et inaccessibles aux populations locales de par leur spécialisation.

 

6. L’indépendance énergétique

 

« Cette controverse ignore surtout les avantages des gaz et pétroles de schistes, qui pourraient significativement réduire la dépendance aux importations de la France et renforcer sa sécurité énergétique. »

 

Argument irrecevable – cela ne ferait que déplacer le problème dans le temps au prix d’une pollution accrue de l’environnement. Le gaz de schiste contribuera moins à renforcer la sécurité énergétique de la France que le développement des énergies renouvelables et d’amélioration de l’efficacité énergétique.

 

7. La pollution des nappes

 

« Les accidents qui ont pu avoir lieu aux Etats-Unis ou au Canada sont, presque toujours, liés à une mauvaise cimentation des cuvelages dans les puits, et non à la technique de fracturation qui est mise en œuvre à des profondeurs trop importantes pour avoir un quelconque impact sur les nappes aquifères d’eau douce. »

 

C’est faux – dans les endroits où le problème a été étudié, comme le bassin d’alimentation du Lez, au nord de Montpellier, on a montré une connexion entre régions profondes et aquifères karstiques.

 

8. La fiabilité de la technologie – 1

 

« La technique de fracturation hydraulique n’est pas nouvelle. Il y a plus de 50 ans qu’elle est mise en œuvre de manière parfaitement maîtrisée dans les puits pétroliers. Et cela partout dans le monde »

 

Argument irrecevable – il ne s’agissait pas de roches-mères mais de réservoirs

 

9. La fiabilité de la technologie – 2

 

L'idée d'adapter la réglementation à cette nouvelle technique nous paraît tout à fait normale.

 

Argument irrecevable - La technique ne peut pas être connue depuis 50 ans et être en même temps déclarée « nouvelle » pour la réglementation

 

10. L’importance des medias

 

« Ce n’est pas une tâche facile, car … nous sommes face à des médias orientés qui cèdent plus au sensationnalisme qu’à la recherche de la vérité, de l’objectivité et de la transparence »

 

En partie vrai mais reste irrecevable – le peuple ne contrôle pas plus les medias que les grands groupes industriels et financiers. 

 

11 : L’attitude des populations

 

« Aujourd’hui, il est grand temps de dire « STOP » à la diabolisation de l’exploration et de l’exploitation pétrolière en France »

 

Argument irrecevable– le peuple n’est aucunement opposé, dans sa vaste majorité, à la recherche conventionnelle d’hydrocarbures. Personne, par exemple, ne s’est opposé en 1997 au forage de Pégase à partir du Cap Ferret. Ce fut le dernier grand puits d’exploration français. C’est par ailleurs avec l’assistance de tous les partenaires locaux que s’est faite l’exploration du Bassin d’Arcachon dans les années 90, après un moratoire exemplaire de 25 ans.

12 : Densité des puits en regard de l’histoire

 

« Cette industrie date de plus d’un siècle, plusieurs dizaines de millions de puits ont été forés dans le monde et plus de 6000 en France »

 

Argument irrecevable – la densité de puits nécessaires à l’exploitation du gaz de schiste est sans aucun rapport avec la densité historique. Tandis que 6000 puits ont été forés par le passé en France, le même nombre pourrait être foré, pour le gaz de schiste, dans une seule région et dans un intervalle de temps beaucoup plus court.

 

13 : Validité de la comparaison avec les USA

 

« Il faut faire confiance à la science, aux hommes, au savoir-faire des entreprises, à leurs bureaux d’étude et savoir adapter la règlementation aux nouveaux défis qui se présentent »

 

Exemple : Fukushima

 

 

CONCLUSION  - Le gaz de schiste est révélateur des profonds changements qui affectent le monde depuis 10 ans. Chaque citoyen doit élever son niveau de conscience et d’implication pour apporter à ses élus le support sans lequel ils ne peuvent rien.

 



26/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Archives info 2011 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres