Des députés fascinés par le gaz de schiste américain. Pro-gaz de schiste?


Des parlementaires UMP, PS et UDI viennent de visiter des sites de forage et d'exploitation des gaz de schiste aux États-Unis, dans la région de Harrisburg (Pennsylvanie). Ils jugent "considérable" l'impact de cette filière en termes d'emplois et d'indépendance énergétique.

Le seul mot sur lequel je sois d'accord est "considérable"... Mais je crains ne pas lui donner la même signification que nos zélés députés.

A l'évidence, les lobbys ont magnifiquement fait leur travail. Alors, nos chers députés, de bonne fois, incompétents, ou juste bernés par d'habiles "vendeurs de rêve?"

 

 

 


 


 

 

Je rajouterai juste la réponse d'un internaute à l'information ci-dessus.

"Le mirage du gaz de schiste se dissipe. Le gaz de schiste continue de faire rêver l’Amérique. A la manière d’une potion magique, il doit permettre à l’Oncle Sam de gagner son indépendance énergétique et de devenir, à terme, le premier producteur mondial d’hydrocarbures. Sur le terrain, pourtant, le rêve est en train de virer au cauchemar pour les pionniers du gaz de schiste. Depuis quelques mois, Exxon Mobil, BP Group et Chesapeake Energy réduisent la voilure et enchaînent les dépréciations d’actifs. « C’est une bulle qui risque d’exploser », confie un spécialiste du secteur. Et, comme toutes les bulles, elle s’est gonflée en partie sur de fausses informations. La durée de vie des puits, par exemple, n’est pas de vingt ou trente ans, comme on l’a prétendu au départ, mais de cinq à dix ans au maximum. Les réserves sont revues à la baisse. Et pour cause : les producteurs avaient gonflé les chiffres afin d’attirer les investisseurs. Les banques ont poussé à la roue pour encaisser des commissions moyennes de 200 à 300 millions de dollars par contrat. Aujourd’hui se pose clairement un problème de rentabilité. Pour éviter le pire, il faudrait que le prix du gaz double par rapport à son prix actuel, ce qui n’est guère envisageable à court terme, car la production dépasse largement la demande. 17/09/13 levif c'est une aberration économique non payée par les premiers bénéficiaires, sans compter le massacre de l'environnement."

 



29/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres