Un petit florilège de la pensée sarkozyste


Un petit florilège de la pensée sarkozyste 


Un récapitulatif utile des « meilleures » phrases du quinquennat:

 

6 mai 2007. "Je veux que partout dans le monde, les opprimés, les femmes martyrisées, les enfants emprisonnés ou condamnés au travail, sachent qu'il y a un pays dans le monde qui sera généreux pour tous les persécutés, c'est la France". Depuis, Le ministre Guénant y travaille…

 

26 juillet 2007 à Dakar: "le drame de l'Afrique, c'est que l'Homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire". L’Afrique ne lui pardonne pas d’avoir repris cette pensée forte d’Henry Guaino.

 

7 octobre 2007, à propos des magistrats: "je n'ai pas envie d'avoir (...) tout le monde qui se ressemble, aligné comme des petits pois, la même couleur, même gabarit, même absence de saveur". On s’étonnera du désamour persistant des magistrats.

 

6 novembre 2007 au Guilvinec, il riposte à un pêcheur qui l’invective violemment: "c'est toi qui a dit ça? Eh ben descends un peu le dire, descends un peu !" quelle classe, quel courage ! Bien au chaud au milieu de ses gardes du corps !

 

20 décembre 2007 au Vatican: "dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur". Et il viendra ensuite nous parler de laïcité. Cette phrase et d’autres du même cru lui vaudront le soutien oh combien précieux de Mme Boutin !

 

31 décembre 2007, "j'ai la conviction que, dans l'époque où nous sommes, nous avons besoin de ce que j'appelle une politique de civilisation". Ces propos seront repris et précisés par Monsieur Guéant début 2012.

 

8 janvier 2008, "avec Carla, c'est du sérieux" quel talent ! et autre phrase tout aussi géniale: "qu'est-ce que vous attendez de moi ? Que je vide des caisses qui sont déjà vides ?" certes non, mais il ne s’est pas gêné d’aller chercher l’argent dans nos poches.

 

4 février 2008, aux aciéries de Gandrange: "nous sommes prêts à faire le nécessaire, quel que soit le propriétaire, car notre objectif c'est de garder des usines ouvertes en France (...) l'Etat est prêt à prendre en charge tout ou partie des investissements nécessaires". Un an plus tard, la moitié des 1.100 salariés est frappée par un plan de licenciement. On ne fait pas de maroquinerie de luxe en acier dommage !

 

24 février 2008, au salon de l'agriculture à une personne qui lui lance "touche-moi pas, tu me salis": "eh ben casse-toi alors, pov' con !" Cette phrase lui colle désormais à la peau, tant elle est indigne de la fonction.

 

5 juillet 2008, "désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s'en aperçoit", dans ce cas là, on se demande pourquoi tant d’empressement à instaurer partout un service minimum !

 

25 septembre 2008, à Toulon: "cette crise financière marque la fin d'un monde (...) c'est la crise d'un système qui s'est éloigné des valeurs les plus fondamentales du capitalisme, qui, en quelque sorte, a trahi l'esprit du capitalisme". Et la faute à qui ? Ses amis du Fouquet’s n’y sont pour rien peut-être eux non plus ?

 

7 janvier 2009, aux parlementaires, cette réflexion: "on dit l'omniprésident. Je préfère que l'on dise cela plutôt que le roi fainéant. On en a connu !" Chirac en est encore tout retourné.

 

22 janvier 2009, à des chercheurs inquiets de la réforme de la recherche: "à budget comparable, un chercheur français publie de 30 à 50% en moins qu'un chercheur britannique dans certains secteurs. Evidemment, si l'on ne veut pas voir cela, je vous remercie d'être venus, il y a de la lumière, c'est chauffé..." Ce mépris de tout ce qui touche à la science, à la culture, bref au savoir est un trait caractéristique de cet homme.

 

6 mars 2010, au Salon de l'agriculture: "je voudrais dire un mot de toutes ces questions d'environnement. Parce que là aussi, ça commence à bien faire". Et aujourd’hui il désigne comme porte parole sa ministre de l’écologie. On va les croire !

 

10 juillet 2010, après des émeutes à Grenoble, il se rend sur place: "j'ai demandé au ministre de l'Intérieur de mettre un terme aux implantations sauvages de campements de Roms". Cette « sortie » a fait l’unanimité contre lui, gauche, droite, jusqu’au Vatican.

 

24 janvier 2011, suite au silence de la France face aux « révolutions » arabes : "nous n'avons pas pris la juste mesure de la désespérance et de la souffrance" en Tunisie. Il avait sans doute été mal informé par MAM.

 

29 janvier 2012, à la télévision, interrogé sur ce qui pourrait faire la différence avec son rival François Hollande: "si j'avais un mot à dire, je dirais la sincérité ou l'authenticité". Il aurait du rajouter la modestie, l’humilité…

 

Si l’on veut bien admettre que les paroles reflètent la pensée, ce petit récapitulatif, par l’image qu’il contribue à donner de l’homme, devrait nous convaincre de ne pas continuer avec lui!

 

 

 

Sources, La dépêche, AFP.

 



15/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres