Traduction: Une tragédie Texane. Beaucoup de pétrole, mais il n'y a plus d'eau.


Ma traduction du jour: A Texan tragedy: ample oil, no water

 

 


 

 

Une tragédie Texane : beaucoup de pétrole, mais pas d’eau.

L’essor de la fracturation aspire l’eau précieuse du sous-sol, laissant des cadavres de bovins, des propriétés desséchées et des humains assoiffés.

Beverly McGuire a vu les signes avant-coureurs avant que les puits de la ville ne soient à sec: sable dans la cuvette des toilettes, bulles d'air dans l'eau du robinet, des pompes travaillant des heures sans effet. Mais cela ne l’avait pas préparée à cette nuit, le mois dernier, quand elle a tourné le robinet et découvert que la petite ville où elle vivait depuis 35 ans, n’avait plus d’eau.

"Le jour où nous nous sommes trouvés sans eau, j’ai regardé mon robinet,  rien ne coulait et à ce moment je me suis dit « Mon dieu, aide-nous. » Ce fut la première chose qui m’est venue à l’esprit.

Partout dans le sud-ouest, les habitants des petites communautés comme Barnhart sont confrontés à cette réalité : quelque chose d'aussi fondamental que l'eau courante, comme le geste machinal de tourner un robinet, ne peuvent plus être tenus pour acquis.

Trois années de sécheresse, des décennies de surexploitation et maintenant les exigences démesurées de l'industrie pétrolières en eau pour la fracturation impactent ​​les réservoirs et les nappes phréatiques. Le changement climatique aggravant la situation.

Pour le seul Texas, environ 30 collectivités pourraient manquer d'eau d'ici la fin de l'année, selon la Commission du Texas sur la qualité environnementale .

Près de 15 millions de personnes vivent sous une certaine forme de rationnement de l'eau, avec interdiction d’arroser librement leurs pelouses ou remplir leurs piscines. Dans le cas de Barnhart, il semblerait bien que l’eau ait été extraite pour la fracturation.

La ville – une station à essence, une salle communautaire et un camion à tacos - se trouve au milieu de la grande ruée vers le pétrole texan, sur la bordure orientale du bassin permien.

Il ya quelques années, elle était  une ville où on s’arrêtait. Maintenant McGuire dit qu'elle peut voir neuf puits de pétrole à partir de son balcon arrière, et il ya des dizaines de caravanes garées en dehors de la ville, pleines de travailleurs du pétrole.

Mais très peu de temps après l’arrivée des premiers camions de fracturation il ya deux ans, le puits sur la propriété de McGuire s’est asséché.

Personne dans Barnhart n’y a prêté beaucoup d'attention à l'époque, et McGuire s’est adressée à la centrale d'approvisionnement en eau de la ville. «On lui a simplement dit:" ça va mal "Eh bien maintenant, tout va s’assécher», a déclaré McGuire.

Les éleveurs se sont débarrassés d’une grande partie de leurs troupeaux. Les producteurs de coton ont perdu jusqu'à la moitié de leurs récoltes. La surconsommation d’eau, couplée à la sécheresse, a rendu impossible pour les éleveurs locaux de nourrir et abreuver leurs troupeaux, a déclaré Buck Owens. Dans une bonne année, Owens élevait 500 bovins et jusqu'à 8.000 chèvres sur ses 7689 hectares loués. Maintenant, il ne lui reste que quelques centaines de chèvres.

La sécheresse y est sans doute pour quelque chose,  mais Owens dirige sa colère vers les entrepreneurs qui ont foré 104 puits d'eau sur son terrain loué, pour la fournir aux compagnies pétrolières.

Les niveaux d'eau chutaient dans ses puits en raison des grandes quantités d'eau pompée de l'aquifère Edwards-Trinity-Plateau, une formation aquifère de 34000 miles carrés.

«Ils aspirent toute l'eau de la terre, et il ya juste des centaines et des centaines de camions d'eau ici chaque jour extrayant l'eau fraîche des puits", a déclaré Owens.

Pendant ce temps, les habitants de la ville se sont plaints, car forcés de vivre sous le rationnement de l'eau. «J'ai des arbres morts dans ma cour parce que je n'ai pas pu les arroser", a déclaré Glenda Kuykendall. "L'Etat rend obligatoire un système pour économiser l'eau mais pourquoi? ... Pour forer un puits, il faut plus d'eau que ce que la ville entière peut boire ou utiliser en une journée."

Même si la sécheresse continuait de sévir, alors même que les niveaux d'eau diminuaient, l'industrie pétrolière a continué d'exiger l'eau et ceux qui avaient de l'eau sur leurs terres étaient prêts à la vendre. La route à l'ouest de la ville était bordée de panneaux publicitaires «eau douce», où les pétroliers pouvaient charger de l'eau mélangée avec des produits chimiques industriels.

"Si vous voulez développer le pétrole, vous devez avoir de l'eau», a déclaré Larry Baxter, un entrepreneur de la ville voisine de Mertzon, qui a installé deux réservoirs de fracturation sur son territoire cette année, dans l'espoir de faire commerce de son eau en la vendant à l'industrie pétrolière.

De sa propre estimation, son puits pourrait produire suffisamment pour remplir 20 ou 30 camions-citernes pour l'industrie du pétrole chaque jour. A 60 $ le camion, cela fait 36.000 $ par mois, facilement. «Je pourrais atteindre 100 camions par jour, si je le voulais", a déclaré Baxter.

Il a rejeté l'idée qu'il devrait y avoir des restrictions à la vente de l'eau pendant la sécheresse. «Les gens utilisent leur eau pour l'alimentation et les fibres. J'ai choisi d'utiliser mon eau en la vendant aux pétroliers", a-t-il dit. " Je ne vois pas de différence."

Barnhart est resté sans eau pendant cinq jours le mois dernier avant qu’une équipe ne réactive un puits sur une voie ferrée abandonnée. Mais les habitants craignent que cela ne soit qu'une solution temporaire et que la prochaine fois que cela se produira, ils n'auront pas leurs propres puits pour se fournir. «Mon puits est très très près de se tarir", a déclaré Kuykendall.

Alors, que peut faire une ville comme Barnhart ? Le fracking est un drain puissant sur l'approvisionnement en eau. Dans le comté adjacent de Crockett, le fracking représente jusqu'à 25% de l'utilisation de l'eau, selon le district de conservation de l'eau souterraine. Mais Katharine Hayhoe, un scientifique du climat à l'Université Texas Tech à Lubbock, affirme que la fracturation n'est pas la seule raison pour laquelle le Texas manque d’eau, ni la sécheresse. Les derniers « chocs » contre le système d’approvisionnement en eau viennent après des décennies de surexploitation par les éleveurs, les producteurs de coton, et les villes assoiffées par leur croissance rapide.

«Nous avons de grands centres urbains qui « aspirent » l'eau de l'ouest du Texas. Nous avons une communauté agricole énorme, et maintenant nous avons le fracking qui utilise également l'eau», dit-elle. Et puis il ya le changement climatique.

L’ouest du Texas a une longue histoire avec la sécheresse récurrente, mais avec le changement climatique, le sud-ouest a connu une canicule record, asséchant plus encore le sol et accélérant l'évaporation de l'eau dans les lacs et les réservoirs. Les aquifères souterrains n'ont pas réussi à se régénérer. "Ce qui se passe est que le changement climatique peut être la goutte d'eau qui fait déborder le vase, mais le chameau est déjà surchargé", a déclaré Hayhoe.

D'autres communautés ont recours à des mesures extraordinaires pour garder l'eau courante. Robert Lee, également dans le secteur pétrolier, fait transporter l'eau par camion-citerne. A Spicewood Beach, une station balnéaire à 40 miles d’Austin, on procède à l’approvisionnement en eau par camions-citernes depuis le début de 2012.

San Angelo, une ville de 100.000, a creusé un pipeline depuis une source d'eau souterraine à plus de 60 miles de là, et a foré une demi-douzaine de nouveaux puits.

Las Cruces, juste à la frontière de l'enclave du Texas au Nouveau-Mexique, a procédé à un forage à plus de 1000 pieds à la recherche d'eau.

Mais ces moyens palliatifs sont hors de portée des petites collectivités rurales. En dehors des parcs de mobiles homes pour les travailleurs des champs pétrolifères qui ne font que passer, Barnhart a une population d'environ 200 personnes.

"Nous avons à peine assez d'argent pour payer notre facture d'électricité et nous sommes censés trouver 300.000 dollars pour forer un puits d'eau?" a déclaré John Nanny, un responsable de la compagnie de distribution d'eau de la ville.

La semaine dernière a apporté un certain soulagement, avec de la pluie à travers tout l'État du Texas. Les pluviomètres dans certaines parties de l'ouest du Texas ont affiché deux pouces ou plus. Certains éleveurs ont osé espérer que c'était le « début de la fin » de la sécheresse.

Mais pas Owens, pas encore. Les aquifères souterrains ont besoin de bien plus de pluie pour se reconstituer, dit-il.

"Il nous faut des inondations. Il nous faut un ouragan pour reconstituer la nappe phréatique," a-t-il dit. "Parce que lorsque l'eau est partie. C'est fini. Nous sommes finis."

 


 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



12/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Gaz de schiste 2013 - Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion