Traduction: Des jeunes mariées indiennes vendues dans le cadre de "forfaits" à des hommes des États du Golfe.


Traduction personnelle d'un article publié par Reuters et très édifiant.

 


 

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/h_6657442.gifYDERABAD, Inde (Thomson Reuters Foundation) - Pendant des années, Haji Khan - un homme malicieux dans la trentaine - s'est déplacé discrètement dans les « bylanes » de la vieille ville d'Hyderabad, parcourant les rues à la recherche de jeunes mariées pour des hommes plus âgés venant des États du Golfe, empochant environ 10 000 roupies (150 $) pour chaque fille.

Khan a conclu deux types d'accords:

« Pucca » signifiait des mariages à long terme où la jeune fille revenait avec son mari dans son pays d'origine, et des mariages « avec passage du temps » qui duraient toute la durée du séjour de l'homme en Inde.

« Nous avons aligné 20 à 30 filles pour chaque Arabe dans un hôtel et il en choisissait une. Ils (les hommes) ont donné aux filles rejetées 200 roupies (3 dollars) pour qu'elles rentrent chez elles », a dit Khan, qui est maintenant un informateur de la police.

« Les hommes sont venus avec de vieux vêtements de mariée, des savons et des chemises de nuit pour la fille qu'ils voulaient épouser. La plupart des mariages étaient des mariages "passer le temps" », a dit Khan à la Fondation Thomson Reuters.

Le mois dernier, la police de la ville du sud de l'Inde, une plaque tournante pour les entreprises de haute technologie, a révélé un racket impliquant des hommes fortunés d'États du Golfe comme Oman et Dubaï qui « marient » des adolescentes musulmanes à Hyderabad pour la durée de leur séjour en Inde.

Au moment du mariage, les hommes signent des documents de divorce postdatés, qui doivent être remis aux épouses après le départ de leur nouveau mari.

Les mariages sont célébrés par un officiel musulman, ou qazi, qui a modifié l'âge de la mariée pour la déclarer adulte. Le principal qazi qui a célébré ces mariages à Hyderabad a été arrêté le mois dernier.

« La plupart des filles ne savent pas qu'elles seront abandonnées dans les 15 ou 20 jours suivant le mariage. Les hommes viennent avec des visas touristiques, font un mariage contractuel et partent au bout d'un mois », a déclaré V. Satyanarayana, un commissaire adjoint de police d'Hyderabad qui enquête sur la question.

 

SERVITUDE

 

Dans les rares cas où les jeunes mariées ont effectivement accompagné leur mari dans leur pays d'origine, elles ont été contraintes à la servitude domestique ou à l'esclavage sexuel, a déclaré la police.

Une trentaine de personnes, dont des courtiers, des qazis, des futurs mariés d'Oman et du Qatar et des propriétaires d'hôtels, ont été arrêtés le mois dernier et accusés de traite d'êtres humains et d'exploitation sexuelle d'enfants, a indiqué la police.

Lors de l’enquête, 14 filles, toutes âgées de moins de 18 ans, ont été secourues avant le mariage. Près de la moitié des courtiers arrêtés étaient des femmes qui avaient été elles-mêmes victimes du même crime, a déclaré la police.

« Les mariages contractuels dans cette partie d'Hyderabad durent depuis de nombreuses années, mais il s'agit maintenant d'un commerce international organisé (de filles) auquel participent des agents et des qazis de différentes villes indiennes ainsi que du Golfe », a déclaré Satyanarayana.

Les filles sont faciles à trouver et la plupart des mariages sont célébrés après le festival de l'Aïd, dont les agents disent que c'est la saison des fêtes, quand les touristes du Golfe visitent Hyderabad - qui a des liens avec les États arabes du Golfe depuis des siècles.

Au XIXe siècle, des hommes de ce qui est aujourd'hui l'Arabie Saoudite et Oman ont été recrutés comme soldats par le Nizam (le souverain) d'Hyderabad - alors un état princier du sud de l'Inde.

Leurs descendants continuent à vivre dans la ville et les générations plus âgées se souviennent des « bons mariages » des filles Hyderabadi avec de jeunes hommes arabes qui rendaient visite à des parents dans la ville dans les années 1970 et 1980.

La tendance s'est transformée en entreprise ces dernières années après qu'un qazi ait été autorisé par le gouvernement à célébrer des "mariages arabes".

« Elles pensent qu'elles verront le Burj Khalifa (le gratte-ciel de Dubaï) et qu'elles vivront dans des maisons palatiales comme Atlantis (hôtel) si elles épousent un Arabe. Elles ignorent les conséquences », a dit Satyanarayana.

 

TOURISME SEXUEL

 

En grandissant dans un immeuble d'une seule pièce qu'elle partageait avec ses cinq frères et sœurs et ses parents, une offre d'épouser un homme riche semblait être l'évasion parfaite pour une élève de septième année qui n’a pas voulu révéler son identité.

« J'avais 14 ans et notre voisin nous a dit qu'un riche garçon arabe cherchait une mariée. On est allés le voir. Ce n'était pas un garçon. Il avait 62 ans », a déclaré la jeune fille à la Fondation Thomson Reuters.

« Le courtier m'a convaincue que ma vie changerait si je l'épousais. On m’a promis de l'or, de l'argent et une maison pour mes parents. Je l'ai cru. »

Elle s'est mariée à l'homme qui a payé 30 000 roupies (460 $) à sa mère. Il a payé 50 000 roupies de plus aux courtiers et au qazi qui ont célébré le mariage - son deuxième «  mariage » en cinq jours.

« La jeune fille et l'homme avaient déjà passé une journée dans un hôtel lorsque nous l'avons secourue. La première femme de cet homme, une adolescente elle aussi, avait alerté la police », a déclaré Rafia Bano, juriste à l'Unité de protection de l'enfance du district d'Hyderabad.

Après le mariage, la famille a déménagé - incapable de faire face à la foule de questions inconfortables que leurs voisins et amis leur posaient. La fille a repris ses études, est maintenant en 11ème, et elle est divorcé.

Dans les rues étroites qui serpentent à travers la vieille ville animée d'Hyderabad - où la majorité des résidents sont musulmans - il y a d'innombrables histoires de filles mariées enfants, pour être ensuite victimes d'abus sexuels et divorcées après quelques jours.

Les données gouvernementales sous-estiment le problème - le bureau de Rafia Bano n'a enregistré que sept cas au cours des trois dernières années - et les militants comme la police affirment qu'une industrie du tourisme sexuel sous couvert du mariage est en plein essor.

Lors d'entretiens avec la Fondation Thomson Reuters, des agents, des qazis et la police ont déclaré que les épouses étaient offertes en « forfait » de 30 000 roupies ou plus, selon la durée du mariage.

Les forfaits comprenaient des documents pour le mariage, comme les formalités de visa si la mariée voyageait avec son mari, ou une réservation d'hôtel si c'était un séjour de courte durée.

La police a saisi des nikahnamas (certificats de mariage) vierges et des documents de divorce des bureaux des qazis qui ont été arrêtés à Hyderabad et à Mumbai.

Ce sont des hommes riches du Golfe et ils savent que les gens sont pauvres à Hyderabad et qu'il y a des filles disponibles. Puisqu'ils ne peuvent pas toucher une femme en dehors du mariage, ils épousent la jeune fille et signent un papier vierge pour divorcer juste après le mariage ", a déclaré Qadir Ali, un qazi de quatrième génération à Hyderabad.

 

"Ils gâchent le nom de l'Islam pour leur désir."

 

TERRAIN FERTILE

 

Hyderabad - autrefois connue pour ses perles polies et le célèbre monument du XVIe siècle de Charminar - est devenue au début des années 2000 un centre technologique majeur, avec l'implantation de sociétés indiennes et de géants mondiaux, dont Facebook et Google, qui installent des bureaux dans la ville.

Mais à peine à 20 km du quartier IT brillant de la ville, les ruelles étroites de la vieille ville, les filles abandonnent souvent l'école à la puberté.

Tabassum, âgée de 15 ans, a quitté l'école pour aider sa mère à coller des perles scintillantes sur des bracelets que les touristes achètent dans le bazar près de Charminar, devenant ainsi une proie facile pour les agents matrimoniaux.

Sa mère, Zareena, ne pensait pas qu'elle faisait du mal à sa fille quand elle l'a présentée à un vieil homme omanais pour le mariage. « Nous sommes pauvres et j'ai entendu parler de filles qui se mariaient et qui avaient une belle vie », dit-elle.

Mais dans un rare acte de défi, Tabassum s'enfuit et le mariage fut annulé.

« C'est une entreprise », a déclaré Jameela Nishat, fondatrice de Shaheen, une organisation caritative qui travaille avec les victimes de mariages contractuels. « La vente d'une fille nourrit de nombreuses familles. »

 

L'ancien agent Haji Khan connaît bien les deux parties.

« J'ai gagné 50 000 roupies en un mois l'an dernier. L'argent est bon. Mais c'est très triste pour les filles », dit-il.

Il est au courant. Sa propre femme a été forcée de contracter un mariage contractuel et a été sauvée il y a trois ans par Khan, qui a payé 100 000 roupies pour sa libération. Mais il continua à s'approvisionner en mariées pour d'autres hommes arabes jusqu' à ce qu'il devienne récemment l'informateur de la police.

 

« C'est les jeux que nous jouons pour de l'argent », dit-il…

 



10/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Monde - Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion