Traduction: Study shows Fracking contaminates 82% of nearby Drinking Water


Pour les non anglophones, ma modeste traduction de cet intéressant article.

L'original est ici

 

 


 


5 août 2013

Une étude montre que le « Fracking » contamine 82% de l'eau potable à proximité des puits.

 Les défenseurs de la fracturation insistent sur le fait que les produits chimiques toxiques et les gaz inflammables sont soigneusement contrôlés et que donc, l'eau potable n'est pas en danger. 

Cependant, une nouvelle étude de l'Université Duke et d’un groupe de biogéochimistes allemand prouve que 82% des maisons à proximité des sites de fracturation ont leur eau potable contaminée, avec des niveaux élevés de méthane et d'autres produits toxiques liés à la procédure de forage.

Le rapport qui a été publié dans les Actes de l'Académie Nationale des Sciences n’a bénéficié que d’une très faible couverture médiatique et a été soumis pour publication et examen par des pairs en Décembre 2012. Dans leur recherche, des chercheurs de l'Université Duke et du prestigieux Institut Max Planck de biogéochimie en Allemagne ont voyagé à travers ce qu'ils appellent,  ‘the Appalachian Plateaus physiographic province of northeastern Pennsylvania’.

 

Les résultats choquants.

Contrairement aux assurances données par les responsables gouvernementaux et le porte-parole de la société d'énergie qui prétendent que l'eau potable de l'Amérique n'est jamais contaminée à la suite de forage de gaz naturel en utilisant la méthode controversée appelée fracking, les scientifiques de cette étude ont prouvé que c’est exactement le contraire qui est vrai.

Selon leur rapport publié dans la revue PNAS, les chercheurs américains et allemands ont testé l'eau potable à partir de 141 puits disséminés dans différents points de Pennsylvanie. Sur la base de la première phrase de l’article publié, les auteurs de l'étude sont conscients que les résultats qu'ils ont trouvés seraient probablement contestés par les entités ayant des intérêts financiers  dans la production de  gaz naturel. Ils déclarent: «Le forage horizontal et la fracturation hydraulique sont en train de transformer la production d'énergie, mais leurs effets potentiels sur l'environnement restent controversées.

 

Eau de boisson contaminée, les chiffres :

Pour préparer le terrain à l'annonce de leur « bombe », les scientifiques ont d'abord expliqué comment ils ont testé 141 puits d'eau, «l'examen des concentrations de gaz naturel et les signatures isotopiques avec la proximité des puits de gaz de schiste. 

Les résultats sont époustouflants : «Le méthane a été détecté dans 82% des échantillons d'eau potable, avec des concentrations moyenne six fois plus élevées pour les maisons à moins de 1 km des puits de gaz naturel. L’éthane était 23 fois plus élevé dans les maisons à moins de 1 km des puits de gaz. Le propane a été détecté dans 10 puits d'eau, tous à environ 1 km de distance.

En d'autres termes, les scientifiques ont testé 141 sources différentes d'eau potable, situées à 1 kilomètre ou moins d'un site de fracking. Ils ont prouvé que même les sources d'eau à plus de 1 km du forage ont été touchées, mais plus une maison est proche d’un puits, plus la concentration de gaz mortels est élevée dans l'eau potable. Leurs résultats ont montré qu’à moins de 1 km de n'importe quel site fracking, l'eau montre un niveau de méthane six fois plus élevé que l'eau potable de puits situés à plus de 1 km du même site. Encore plus effrayant, le gaz méthane inflammable a été retrouvé dans 82% de ces sources d'eau potable.

 

Des conclusions contradictoires.

Pour garantir qu'il n'y ait pas de confusion et s'assurer que leurs conclusions ne seront pas pervertie par l'industrie et les organes d'information des entreprises publiques, les États-Unis et les scientifiques allemands ont terminé leur rapport par une conclusion sans équivoque: «Dans l'ensemble, nos données suggèrent que certains des propriétaires vivant à moins de 1 km des puits de gaz ont leur eau contaminée par les gaz « errants ».

Cela n'a pas empêché, seulement quelques semaines plus tard, le Département américain de l'énergie de faire état de ses propres recherches et constatations. La conclusion du gouvernement américain était exactement le contraire. Leurs résultats largement rapportés étaient: «la fracturation se fait en toute sécurité, pas un cas confirmé où l'eau potable ait été contaminée. Mais un examen plus attentif montre que les responsables gouvernementaux  ont testé un seul site aux Etats-Unis, et n’ont testé que les produits chimiques toxiques injectés dans des formations rocheuses et permettant de fracturer les roches. Ils n'ont pas testé la présence dans l'eau potable de gaz naturels mortels et inflammables.

 

Peu d'organes de presse ont interpelé les autorités fédérales sur leurs conclusions évidemment contradictoires. Mais une petite poignée d'entreprises de presse indépendantes l’ont  fait. Tel que le rapporte  l'Amérique RT , «Pour cette étude, une entreprise de forage a permis pour la première fois aux chercheurs du gouvernement fédéral d'injecter des traceurs dans le fluide de fracturation pour voir si elle se propage. Les défenseurs des forages sont susceptibles de saluer l'étude comme preuve de la sécurité de la procédure, mais elle contredit de nombreuses autres études qui ont démontré le contraire.

RT est même allé un peu plus loin, citant l'étude américano-allemande que vient de publier « Actes de l'Académie nationale des sciences » mentionnée au début de cet article. 

Les médias indépendants n'ont pas été les seuls à annoncer l'étude est son apparente censure. L’association locale de défense des consommateurs  Food & Water Watch a leur a emboîté le pas dans l’opposition au gaz de schiste

«L'industrie bénéficie d'exemptions à la législation fédérale qui touche à la protection de l’air et de l'eau, grâce à un lobbying agressif et des relations étroites avec nos décideurs fédéraux (l'exemption à la Loi sur l'eau potable est souvent désigné comme l’échappatoire  Cheney ou Halliburton, car elle a été négociée par l'ex-vice-président Dick Cheney avec le Congrès en 2005), «les militants de la sécurité alimentaire mettent en garde: « L'industrie est agressive pour annihiler les efforts locaux et nationaux visant à réglementer la fracturation hydraulique en usant de son influence pour en empêcher la mise en œuvre ».

Lire le rapport final de l'Université Duke à PNAS.org .

Pour plus d'informations sur le fracking, visitez FoodAndWaterWatch.org .

 


 

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



09/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Gaz de schiste 2013 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres