SDF


sdf.jpg

 

Ils disparaissent silencieux et solitaires dans le froid de la nuit
Ils ont vécu assis au bord de notre monde
oubliés de tous, méprisés, rejetés
vivant d'ombre et de silence
morts de la rue, morts dans la rue
pauvres vies de solitude, la misère en écharpe
naufragés involontaires accrochés au temps qui passe
heures trop longues
nuits trop froides
loin des regards
sans espoir
même d'une main qui se tendrait
juste des ombres titubantes, chancelantes, hésitantes
désespérées
vies de galère à l'envers de notre quotidien
vies en pointillés dans les intervalles des nôtres
tous ces jours lourds de menace
juste quelques pièces dans une sébile
pont fragile vers des lendemains incertains
juste tenir
ne jamais abandonner
mais ne rien attendre, ne rien espérer
juste guetter un regard
attendre un mot qui apaise
une lueur d'humanité
lutter pour repousser l'échéance

et sombrer dans l'oubli

sans nom, sans épitaphe

sans personne qui vous regrette

absents dans la mort comme ils l'ont été dans la vie

oubliés!

 



02/03/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets mars 2018 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 298 autres membres