Réunion d'information sur le gaz de schiste: Gourdon. 250 personnes présentes.


Gourdon. 250 personnes contre le gaz de schiste

De plus en plus de monde dans les réunions d'information sur le gaz de schiste.
De plus en plus de monde dans les réunions d'information sur le gaz de schiste.

Vendredi, 250 personnes ont répondu à l'appel du Collectif lotois «non au gaz de schiste ». Au programme, la diffusion de larges extraits d'un film montrant les effets de l'exploitation du gaz de schiste aux États-Unis. Dès puits sont creusés à 2 600 m de profondeurs, de grosses quantités d'eau et 596 produits chimiques y sont injectés de façon à fracturer la roche qui libère le gaz remonté à la surface par l'eau. Résultat : une pollution durable de l'eau qui la fait s'enflammer à la sortie des robinets des habitations voisines.

La population et les élus se mobilisent

En France, 5 710 km² sont concernés par l'autorisation d'exploration dont une grande partie du Lot. depuis quelques semaines, Des délibérations sont prises par les collectivités contre ce projet décidé sans concertation de la population et des élus locaux. C'est le cas du conseil municipal de Gourdon, du conseil général du Lot, du conseil régional de Midi-Pyrénées. Etienne Bonnefond, président du syndicat mixte de l'eau de la Bouriane, du causse et de Payrac a insisté sur la dangerosité d'un projet qui mettrait en péril durablement la ressource en eau de nombreuses communes. Celle-ci est déjà très fragile et exposée à la pollution.

Il faut faire des contre-propositions

Face à ce projet d'exploitation du gaz de schiste qui pourrait être rentable, hausse du prix et raréfaction du pétrole aidant, le collectif «non au gaz de schiste » veut avancer des solutions alternatives en matière d'énergies renouvelables. « Pourquoi remplacer une énergie fossile par une autre, polluante et forcément limitée elle aussi ? Pour l'association publique » Quercy énergie », il faut aussi repenser notre consommation d'énergie : isolation des logements, développement des transports en commun… Un moratoire a été décidé pour quelques mois par la ministre de l'écologie, Mme Kosciusko-Morizet mais on sait que déjà les premières foreuses sont arrivées sur le port de Sète. La mobilisation est plus que jamais nécessaire.

 

La source --> ici

 



05/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres