Réunion avec le Préfet: 24 / 02 / 2011 à Cahors


 

 

Rencontre avec le Préfet à Cahors...

 

La délégation du collectif citoyen Lotois qui dit NON aux Gaz de schiste sur nos territoires, a été reçue ce matin jeudi 24 Février à 11H par le Directeur de cabinet du Préfet du Lot. 

Bien qu'ayant été préparée dans la précipitation, la mobilisation pour accompagner la délégation a quand même rassemblé 150 personnes devant le parvis de la Cathédrale de Cahors, sous les fenêtres du Préfet.

 

 

 

 


COMPTE RENDU Rencontre avec le Préfet du Lot  le 24 février 2011

Ce matin, Stéphanie Muzard, Aymeric De Valon, Laurent Cougnoux, Maithé Vialle et Jean Aznar ont été reçus par M. Guillaume Quenet, directeur de cabinet, car M. le Préfet n'a pas pu se caler sur l'horaire proposé par notre collectif, en raison de ses obligations.  

Après que les enfants d'Aymeric aient remis leurs dessins et ceux des enfants de Stéphanie, qui expriment à leur façon leur révolte face à ce scandale, nous avons fait part à M. Quenet de la prise de conscience de plus en plus grande du public face à la menace de l'exploration des gaz de schiste. Nous avons fait ressortir l'aberration de cette technique d'extraction et surtout dans son aspect utilisant des milliers de mètres cubes d'eau, notre département étant souvent en manque deau en été. Souligné aussi la pollution désastreuse causée par les 596 produits chimiques servant à la fracturation. (préservation des nappes phréatiques et des paysages). Nous avons évoqué la réalité, dans cette affaire de l'aspect "fric" ( actionnaires, lobbies industriels, multinationales pétrolières, etc)  Il a également été demandé si le préfet du Lot apposerait éventuellement sa signature à une future autorisation de forer, étant donné que c'est le préfet de l'Aveyron qui coordonne tout ce qui concerne le "permis de Cahors" !! Réponse affirmative. Il sera amené à signer.  Nous avons dit à M. Quenet que ce serait une lourde responsabilité face aux générations futures.  Nous avons aussi précisé que si autorisation d'explorer était donnée, il y aurait obligatoirement fracturation dans cette phase afin de déterminer le potentiel en gaz du forage, donc, on ne veut pas de çà, ni ici ni ailleurs !!! puisque la phase exploration pollue déjà !  

M. Le directeur de cabinet nous fait remarquer (je cite !!!) tout ce que l'état fait pour l'environnement ( protection des rivières, destruction de certains barrages hydrau électriques, etc....)  nous lui posons la question: "que reste-t'il du Grenelle de l'environnement ????  L'état recule en matière d'environnement, et ce, dans tous les domaines !!!  notre argument a fait mouche Nous faisons remarquer le déni de démocratie de l'état dans cette affaire. On souligne les nuisances agricoles, les pesticides, etc... Nous affirmons que les rouages étatiques sont parasités par la pression financière des grands groupes industriels et que les français en ont marre d'être dupés à tout bout de champ. Nous demandons aussi si le préfet est capable, dans le cas où les permis seraient accordés, de refuser de signer pour le Lot, en quelque sorte de faire acte de désobéissance, ce qui a fait dire à M. Quenet que les fonctionnaires ne sont pas responsables des décisions prises en haut lieu, même s'ils sont censés appliquer ces directives !!! dans le cas des forages effectués récemment en Ariège, élus et riverains ont été mis devant le fait accompli !!  Nous abordons le cas du code minier, qui, en France, prime sur tous les autres et devient inconstitutionnel. Nous faisons remarquer que notre action est pacifique pour l'heure, mais que dans le futur, le peuple français s'interposera physiquement si besoin est pour empêcher cette ignominie !! La colère monte vite dans le pays, les citoyens qui ont vu le film de Josh FOX  GASLAND sont horrifiés de ce qui se passe aux USA et au Canada, et qui risque de se produire chez nous. Pas d'études d'impact initiales, aucune concertation, mise devant le fait accompli, et au final, des régions entières polluées à vie, en surface et en sous-solNous faisons remarquer à M. Quenet qu'en haut lieu, il est des parlementaires et des ministres ( Besson par exemple) qui annoncent que l'on a de" l'or" (....) sous les pieds et que ce gaz doit être exploité pour éviter trop de dépendance énergétique à la France.      

  On nous explique que M. le Préfet est très attaché à l'environnement et qu'il ne laissera pas faire n'importe quoi. Nous prenons acte, remettons le dvd gasland et le montage de 46 mn à M. le directeur de cabinet. Nous apprenons alors avec étonnement à la fin de l'entretien que Mr. Guillaume Quenet ne pourra pas informer lui même le Préfet de la teneur de notre visite, puisqu'il quitte son poste et part dans le Lot et Garonne. A midi, nous sortons de la Préfecture et faisons un petit compte rendu aux militants venus nous soutenir. La balle est dans leur camp, la lettre explicite que nous avons remise à l'attention du Préfet demande des réponses claires. Nous viendrons nous informer régulièrement de l'avancé du dossier à la Préfecture. Peut-être faudra-t-il demander un rendez-vous avec le Préfet d'ici quinze jours, pour savoir si une fois les informations remontées jusqu'aux deux ministères il y a un retour vers les Préfectures ?

A l'issue de la journée de coordination des collectifs qui se tient à Valence et à laquelle se rendent Stéphanie Muzrad, Pascal Piveron, le web master du collectif, Jean Aznar et Aymeric de Valon (également mandaté par le collectif IDF), nous ne manquerons pas de vous informer de ce qui s'est décidé là bas pour une meilleure coordination de nos actions  futures.

 Signé: Jean Aznar.  

 


 

 

Dans la presse

 

Cahors. Gaz de schiste : manif contre « le permis de polluer »

mobilisation

Le collectif « Non au gaz de schiste » a manifesté sa colère devant les grilles de la préfecture./ Photo DDM, Marc Salvet.
Le collectif « Non au gaz de schiste » a manifesté sa colère devant les grilles de la préfecture./ Photo DDM, Marc Salvet.
Le collectif « Non au gaz de schiste » a manifesté sa colère devant les grilles de la préfecture./ Photo DDM, Marc Salvet.

Le collectif lotois «Non au gaz de schiste» est passé à la vitesse supérieure, hier, en se mobilisant massivement devant la préfecture du Lot contre le projet d'exploitation du sol.

Schiste : ce mot, source de vives inquiétudes n'a pas fini d'être prononcé et mis au banc des accusés par le collectif citoyen lotois baptisé « Non au gaz de schiste » qui s'est mobilisé hier devant la préfecture du Lot.

150 personnes, environ, se sont massées sous les banderoles, tandis qu'une délégation du collectif a fait entendre ses revendications au préfet du Lot.

Certains portaient la coiffe révolutionnaire en signe de lutte. « Depuis que l'alerte rouge a été lancée, il y a quelques semaines, le collectif ne cesse de s'étoffer et les réunions de sensibilisation s'enchaînent », souligne Jean-Luc Vialard, coordinateur du collectif citoyen. En conflit perpétuel contre les injustices environnementales, il fustige la demande du permis d'exploitation du sol lotois déposée par la société pétrolière «3 leggs and oils», basée sur l'île de Man.

Elle porte sur 5 710 km2 dans le Lot et s'étend jusqu'aux limites de la Dordogne, de l'Aveyron et du Tarn-et-Garonne.

 

lire la fin de l'article de la Dépêche   --> ICI --

 



01/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres