Pourquoi les questions cruciales sur l'ouragan Harvey ne sont-elles pas posées?


Aux USA, il se trouve des chroniqueurs pour ne pas accepter la pensée unique comme une évidence.

J'ai traduit cet article du Guardian

 


 


https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/c_6657436.gife n'est pas seulement le gouvernement de Donald Trump qui censure la discussion sur les changements climatiques, c'est l'ensemble des opinions publiques. C'est pourquoi, bien que les liens soient clairs et évidents, la plupart des rapports sur l'ouragan Harvey n'ont fait aucune mention de la contribution humaine à cet ouragan.

En 2016, les États-Unis ont élu un président qui croit que le réchauffement climatique provoqué par l'homme est un canular. L'année a été la plus chaude de l'histoire, au cours de laquelle les États-Unis ont été frappés par une série de catastrophes liées au climat. Pourtant, la couverture totale de l'ensemble de l'année sur les émissions d'information du soir et du dimanche diffusées sur ABC, CBS, NBC et Fox News a totalisé 50 minutes. Notre plus grande difficulté, la question qui définira nos vies, a été effacée de l'esprit du public.
C'est un fait: les changements climatiques ont rendu l'ouragan Harvey plus meurtrier

Ce n'est pas un accident. Mais il n'est pas non plus probable qu' à l'exception de Fox News, il s'agisse d'une question de politique. Elle reflète une autocensure profondément enracinée et peu consciente. Les journalistes et les rédacteurs ignorent le sujet parce qu'ils ont l'instinct d'éviter les ennuis. Parler de l'effondrement du climat (qui, à mon avis, est un meilleur terme que les qualificatifs curieusement fades que nous attribuons à cette crise) c'est remettre en question non seulement Trump, non seulement la politique environnementale actuelle, non seulement la politique économique actuelle - mais l'ensemble du système politique et économique.

C'est exposer un programme qui s'appuie sur le vol du futur pour alimenter le présent, qui exige une croissance perpétuelle sur une planète finie. C'est remettre en question les fondements mêmes du capitalisme; nous informer que nos vies sont dominées par un système qui ne peut être maintenu - un système destiné, s'il n'est pas remplacé, à tout détruire.

Prétendre qu'il n' y a pas de lien entre la dégradation du climat et la gravité de l'ouragan Harvey revient à prétendre qu'il n' y a pas de lien entre l'été chaud que nous avons connu et la fin de la dernière période glaciaire. Tous les aspects de notre climat sont influencés par le fait que les températures mondiales ont augmenté d'environ 4C entre l'ère glaciaire et le 19e siècle. Et tous les aspects de notre climat sont affectés par le réchauffement climatique causé par les activités humaines. Bien qu'aucun événement météorologique ne puisse être imputé uniquement au réchauffement causé par l'activité humaine, aucun n'est épargné par ce phénomène.

Nous savons que la gravité et l'impact des ouragans sur les villes côtières sont exacerbés par au moins deux facteurs: l'élévation du niveau de la mer, causée principalement par la dilatation thermique de l'eau de mer, et l'intensité accrue des tempêtes, causée par les températures plus élevées de la mer et la capacité de l'air chaud à retenir plus d'eau que l'air froid.guardian.jpg


Avant d'atteindre le golfe du Mexique, Harvey avait été rétrogradé d'une tempête tropicale à une onde tropicale. Mais en arrivant dans le Golfe, où les températures ont été ce mois-ci bien au-dessus de la moyenne, il a d'abord été transformé en dépression tropicale, puis en ouragan de catégorie 1. On aurait pu s'attendre à ce qu'il s'affaiblisse en approchant de la côte, car les ouragans font baratiner la mer, amenant des eaux plus froides à la surface. Mais l'eau qu'il a soulevée de 100 mètres et plus était aussi anormalement chaude. Au moment où il a atteint la terre ferme, Harvey s'était intensifié pour devenir un ouragan de catégorie 4.

On nous a prévenus. En juin, par exemple, Robert Kopp, professeur de sciences de la Terre, a prédit: "En l'absence d'efforts importants pour réduire les émissions et renforcer la résilience, la côte du golfe du Mexique subira un choc massif. Son exposition à l'élévation du niveau de la mer - aggravée par des ouragans potentiellement plus forts - pose un risque majeur pour ses communautés."

Pour soulever cette question, on m' a dit sur les médias sociaux, c'est de politiser l'ouragan Harvey. C'est une insulte aux victimes et une distraction par rapport à leur besoin urgent. Le moment approprié pour en discuter est lorsque les gens ont reconstruit leurs maisons et que les scientifiques ont pu analyser l'importance de la contribution de la dégradation du climat. En d'autres termes, n'en parler que lorsqu'il n' y a plus de nouvelles. Neuf ans plus tard, lorsque les chercheurs ont déterminé que l'activité humaine avait contribué de façon significative à l'ouragan Katrina, l'information n' a guère été enregistrée.

Je crois que c'est le silence qui est politique. Signaler la tempête comme un phénomène tout à fait naturel, comme l'éclipse du soleil de la semaine dernière, c'est prendre position. En ne faisant pas le lien évident et en ne parlant pas de la dégradation du climat, les médias font en sorte que notre plus grand défi reste sans réponse. Ils aident à pousser le monde vers la catastrophe.

L'ouragan Harvey offre un aperçu d'un avenir probable pour la planète; un avenir dont les températures moyennes sont aussi différentes des nôtres que celles de la dernière période glaciaire. C'est un avenir où l'urgence devient la norme, et aucun État n' a la capacité de réagir. C'est un avenir dans lequel, comme le souligne un article de la revue Environmental Research Letters, des désastres comme celui de Houston se produisent dans certaines villes plusieurs fois par an. C'est un avenir qui, pour des pays comme le Bangladesh, est déjà arrivé, presque sans que je ne m'en souvienne.

Au Texas, le lien n'est guère plus évident. La tempête a déferlé sur les champs pétrolifères, forçant les plateformes et les raffineries à fermer leurs portes, y compris celles appartenant à certaines des 25 sociétés qui ont produit plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre que les humains ont libérées depuis le début de la révolution industrielle. L'ouragan Harvey a dévasté un endroit où la dégradation du climat est générée et où sont définies les politiques qui empêchent d' y remédier.

Comme Trump, qui nie le réchauffement climatique induit par l'homme mais qui veut construire un mur autour de son centre de villégiature de golf en Irlande pour le protéger des mers montantes, ces entreprises, dont certaines ont dépensé des millions de dollars pour parrainer des climato-sceptiques, ont progressivement augmenté la hauteur de leurs plateformes dans le golfe du Mexique, en réponse aux avertissements sur les hautes mers et les tempêtes plus violentes. Ils sont passés de 40 pieds au-dessus du niveau de la mer en 1940, à 70 pieds dans les années 1990, à 91 pieds aujourd'hui.

Ce n'est cependant pas une histoire de justice. A Houston, comme partout ailleurs, ce sont généralement les communautés les plus pauvres, les moins responsables du problème, qui sont les premières et les plus touchées. Mais le lien entre la cause et l'effet devrait toucher même les esprits les plus lents.

Le problème ne se limite pas aux États-Unis. Partout dans le monde, la question qui pèse sur tous les aspects de notre vie est marginalisée, sauf dans les rares occasions où les dirigeants du monde entier se réunissent pour en discuter dans d'un air sérieux (alors qu'ils acceptent de ne presque rien faire), alors que l'instinct de suivre les machinations du pouvoir l'emporte sur l'instinct pour éviter un sujet troublant. Lorsqu'ils abordent la question, ils ont tendance à l'annihiler.

Au Royaume-Uni, la BBC a de nouveau invité ce mois-ci Nigel Lawson, climato-sceptique, dans son programme Today, avec l'idée erronée que l'impartialité exige un équilibre entre les faits réels et les faux. Le média fait rarement un tel choix sur d'autres sujets, parce qu'il les prend plus au sérieux.

Lorsque les responsables de l'application de la loi de Trump demandent aux fonctionnaires et aux scientifiques de supprimer toute mention du changement climatique de leurs publications, nous sommes scandalisés. Mais lorsque les médias le font, sans qu'il soit nécessaire d'avoir une note de service, nous la laissons faire. Cette censure est invisible même pour ses auteurs, portée par des organisations constitutionnellement vouées à laisser les grandes questions de notre temps sans réponse. Reconnaître ce problème, c'est tout remettre en question. Défier tout, c'est devenir un paria.

George Monbiot est un chroniqueur du Guardian


 



29/08/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Divers écologie - Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion