Pour le Conseil d’État, #BigBrotherBercy est un cavalier budgétaire.


Un intéressant article: Un tantinet technique, mais je l'ai retenu car il met en évidence ce dont ce pouvoir est capable pour instaurer un climat lourd de menace. Le diable se cache dans les moindres détails.

 

Cet article a été écrit par Marc Rees qui m'a gentiment autorisé à le citer.

 

"À l’aide du projet de loi de finances, Bercy et les Douanes souhaitent pouvoir chaluter les réseaux sociaux et les sites de ventes en ligne tel le Bon Coin pour dénicher des indices de fraudes ou commerce illicite. Le Conseil d’État a dénoncé toutefois un cavalier législatif, dans son avis révélé par Next INpact.

 

L’enjeu ? Aspirer un maximum de données qui viendront nourrir ensuite des algorithmes auto-apprenants pour détecter des traces de fraudes puis d’ouvrir au besoin une enquête ciblée sur les personnes en cause. La CNIL a déjà tiré la sonnette d’alarme. Elle dénonce un dispositif disproportionné puisqu’en pratique, les photos, textes, vidéos de dizaines de millions de personnes vont pouvoir être aspirés par le fisc et les Douanes avant passage au ' data mining '."

 

La suite est à lire ... ICI

 



06/11/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets novembre 2019 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 310 autres membres