Naïade



De toutes ses nudités mon cœur s’était épris,
Par ses sourires blasphèmes , ses regards alanguis,
Par ses bras farandoles tissant de fils de soies
De doux liens sur mon corps prisonnier de ses lois.

Nul besoin de son corps quand son âme érotise
Les passions dévorantes que la mienne prophétise,
Au sacré de l’union nous tanguons sur les flots
D’une promesse qui nous lie dans ce monde échafaud

De ses charmes silencieux tout autant qu’invisibles,
Je suis épris bien plus que des plus prévisibles.
Il n’est rien de  plus beau me semble-t-il sur Terre
Que mon rêve bien réel de son imaginaire…

Charles Robert

 



14/01/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres