Œil pour œil, dent pour dent !




https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/a_6653899.gifu vu des derniers événements, j’ai été pas mal choquée. Pas vraiment par les événements eux-mêmes qui sont malheureusement monnaie courante. Enfin, on peut s’en rendre compte dès lors que l’on daigne sortir son nez et son intérêt un peu plus loin que le pays ou l’on habite… Non, j’ai été interpellée par la virulence des « spectateurs télévisuels ».

Certes la violence et la cruauté des assassins/serial-killer/terroristes etc est absolument révoltante et nous pétrifie de peur, mais pourquoi engendre t’elle en nous autant de haine ? Nous voyons ces gens comme des monstres sanguinaires. Nous les imaginons complètement déséquilibrés. Nous les traitons de malades mentaux. Et du coup, nous crions vengeance et hurlons pour obtenir une condamnation exemplaire pour ce détritus qui a brisé le monde qui l’entourait. Mais, qui pense au fait, que cet homme/femme a été un enfant un jour… Qui se penche sur la cause qui a transformé cet être qui au demeurant était aussi inoffensif que nous, les gens biens pensants ? Qui se demande qui l’a détruit lui, qui ou quoi a détruit l’être bienveillant qu’il aurait dû être ? Comprendre qui était la personne que l’on renomme « monstre » ne changera rien, mais au moins nous aurons prouvé notre humanité et surtout notre faculté à réfléchir. Le comprendre ne pardonnera pas ce qu’il a fait, cela nous permettra simplement d’appréhender notre propre douleur différemment. De plus tomber dans la soif de sang sous prétexte de vouloir rendre justice n’est pas logique. Tout d’abord parce que cela nous conduit au même comportement que le monstre que l’on accuse. Mais aussi parce que la « vraie » justice est une réelle institution et que les peines sont de son ressort. Sinon, cette soif de justice sanguinolente n’est que la preuve que notre humanité est bien légère. Avant les gens se délectaient des mises à mort publiques justes pour le plaisir du massacre. Maintenant nous faisons semblant d’être choqué par cette barbarie qui voulait que l’on décapite les gens et que l’on plante leur tête au bout d’un pic. Où est la différence dans nos demandes ? Si ce n’est le fait que l’on cache ce besoin primitif derrière le mot « justice »…


Il est si aisé de ne pas agir lorsque l’on est témoin (comme cela s’est souvent vu dans de multiples faits divers) mais, par contre de vouloir faire régner sa terreur derrière un écran ou devant en ayant des propos injurieux déplacés.


 Tout cela me fait penser à mon chat qui lorsqu’il se fait attaquer par d’autres chats, revient en courant à la maison pour pleurer. Et quand nous sortons pour chasser les intrus du jardin, mon chat court avec nous pour les chasser aussi. Cet effet de meute est comique en ce qui concerne mon animal, mais quand il s’agit d’humain, ce sentiment de pouvoir infini par le nombre peut s’avérer extrêmement dangereux…

 

Lo de la Bulle

 



02/04/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Invités -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres