Le gaz naturel ne fait pas partie de la solution climatique, il fait partie du problème.


Traduction personnelle d'un article de ThinkProgress...

 

Voici un article que je vous ai traduit, Et qui apporte de l'eau de ceux qui s'opposent à l'extraction des gaz de schiste. Un argument de plus qui s'ajoute à la liste déjà longue des raisons de ne pas accepter. Faites savoir autour de vous, il reste des gens à convaincre!

 


 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/l_6648879.gifa NASA vient de faire une découverte époustouflante sur le réchauffement climatique.

Une nouvelle étude de la NASA est un dernier clou dans le cercueil du mythe selon lequel le gaz naturel est une solution climatique, ou un "pont" entre les combustibles fossiles les plus sales et les carburants à faible teneur en carbone comme le solaire et l'éolien.

La NASA a constaté que la majeure partie de l'énorme augmentation des émissions mondiales de méthane au cours de la dernière décennie est en fait attribuable à l'industrie des combustibles fossiles - et que cette augmentation est " beaucoup plus importante " qu'on ne le pensait auparavant. Et cela signifie que le gaz naturel n'est pas une solution climatique, comme de nombreuses études antérieures l'ont montré.

Le gaz naturel est principalement du méthane, un gaz à effet de serre puissant. Et les émissions de méthane sont responsables d'environ un quart du réchauffement climatique d'origine humaine que nous subissons aujourd'hui.

Les scientifiques se sont donc démenés pour comprendre pourquoi les émissions de méthane ont grimpé en flèche ces dernières années après avoir plafonné autour de l'an 2000. Le méthane total dans l'air a augmenté de 25 téragrammes (27,5 millions de tonnes US) par an, ce que la NASA compare au poids de quelque 5 millions d'éléphants.

De nombreuses études ont estimé que les fuites provenant de la production pétrolière et gazière, en particulier la fracturation, sont un facteur important de l'augmentation des émissions de méthane. Un examen de plus de 200 études antérieures confirme que les émissions américaines de méthane sont considérablement plus élevées que les estimations officielles ", comme l' a expliqué une analyse de l'Université Stanford en 2014. "Les fuites du réseau de gaz naturel du pays sont une partie importante du problème."

Mais, note la NASA, d'autres groupes de recherche ont estimé que la hausse des émissions de méthane était due à une augmentation de la " production microbienne dans les milieux tropicaux humides comme les marais et les rizières ". Le problème résidait dans le fait que cette estimation était presque " assez importante pour expliquer toute seule l'augmentation ", tout comme l'estimation de l'augmentation des émissions de méthane provenant de la production de pétrole et de gaz.

Les deux explications semblaient correctes, mais elles ne pouvaient pas l'être toutes les deux. Ou le pourraient-elles?

Après avoir plongé en profondeur dans de multiples ensembles de données terrestres et satellitaires, la NASA a déterminé qu'une troisième source d'émissions de méthane - les incendies mondiaux - avait diminué beaucoup plus rapidement qu'elle ne l'avait fait précédemment.

Avec des émissions d'incendies de forêt en baisse, il était désormais possible d'augmenter les émissions de combustibles fossiles et les émissions des zones humides. En effet, les chercheurs ont constaté qu'environ 17 téragrammes de l'augmentation annuelle de 25 téragrammes proviennent de la production de combustibles fossiles, 12 des zones humides ou de la riziculture, tandis que les incendies réduisent les émissions de 4 téragrammes (17 + 12 - 4 = 25).

Fait significatif, les auteurs soulignent que l'augmentation considérable des émissions de méthane provenant des combustibles fossiles "que l'on trouve ici est beaucoup plus importante que dans la littérature précédente". Bref, le récent bond en avant des émissions de méthane provenant de la production de pétrole et de gaz semble être beaucoup plus important qu'on ne le pensait.

Et c'est une découverte explosive.

Après tout, le méthane (CH4) emprisonne 86 fois plus de chaleur que le CO2 en 20 ans. C'est pourquoi d'innombrables études montrent que même un très faible taux de fuite de méthane de la chaîne d'approvisionnement en gaz naturel (production jusqu' à la livraison et à la combustion) peut avoir un impact important sur le climat - suffisamment pour annuler l'avantage de passer du charbon au gaz pendant une longue période de temps. Lorsque le gaz naturel aura un avantage climatique net, vous serez probablement mort et le climat sera détruit.

En novembre dernier, nous avons fait état d'une autre étude choquante selon laquelle les émissions de méthane qui s'échappent de l'industrie du gaz et du pétrole du Nouveau-Mexique sont "équivalentes à l'impact climatique d'environ 12 centrales électriques alimentées au charbon".

Fait tout aussi important, de nombreuses études révèlent que les centrales au gaz naturel ne remplacent pas seulement les centrales au charbon à haute teneur en carbone. Elles remplacent souvent des sources d'énergie à très faible teneur en carbone comme le solaire, le vent, le nucléaire et même l'efficacité énergétique. Et cela signifie que même un taux de fuite très faible élimine l'avantage climatique du fracking.

Mais la nouvelle étude suggère que les taux de fuite ne sont pas "très faibles", ce qui signifierait que le fracking fait vraiment partie du problème climatique, et qu'il risque de devenir un problème plus important avec le temps, car le gaz naturel est de plus en plus en concurrence avec les sources d'énergie renouvelables.


 



25/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 170 autres membres








Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion