GROUPE CARLYLE & Olivier Sarkozy


Un nom, deux noms, des dizaines de noms. Tous ces noms qui aujourd'hui font le monde, ce monde dans lequel nous n'avons plus envie de vivre. Il faut les connaître, comprendre comment s'articulent tous leurs intérêts communs. Alors, lisez!

 

 


Société d'investissements américaine fondée en 1987.

Basé à Washington D.C., il est présent dans de nombreux domaines d'activités, comme l'aéronautique, la défense, l'industrie automobile et des transports, l'énergie, les télécommunications et les médias. Ses investissements sont essentiellement situés en Amérique du Nord, en Europe et en Asie du Sud-Est. Le groupe possède 89,3 milliards de dollars de capitaux propres et il emploie plus de 515 professionnels de l'investissement dans 21 pays.

Les différentes entreprises de son portefeuille emploient, quant à elles, plus de 286 000 personnes dans le monde et Carlyle a environ 1 100 investisseurs répartis dans 31 pays à travers le monde.
Le groupe détiendrait 52 milliards d'euros d'actifs répartis dans 60 fonds, soit 774 transactions réalisées depuis 1987.

Son portefeuille immobilier est estimé à 20,3 milliards d'euros, dont 8,6 milliards investis en Europe (France, Italie, Allemagne, Espagne, Grande-Bretagne, Danemark et Finlande).

Le groupe Carlyle est dirigé depuis janvier 2003 par Louis Gerstner, ancien patron d'IBMOlivier Sarkozy (demi-frère de Nicolas Sarkozy), copilote depuis avril 2008, l’activité mondiale des services financiers de Carlyle Group.


Historique :
Carlyle a été créé en 1987, avec 5 millions de dollars, dans les salons du palace new-yorkais du même nom à la faveur d’une affaire d’esquimaux. Au terme d’un accord avec l’État fédéral, des sociétés d’Alaska ont reçu, en 1971,d’importantes subventions du gouvernement fédéral pour créer des entreprises sur place. Quinze ans plus tard, la plupart de ces sociétés avaient accumulé des dettes considérables et menaçaient de déposer le bilan. Le sénateur de l’Alaska, Ted Stevens, parvint alors à faire adopter une clause dans la loi fiscale de 1984 autorisant ces sociétés à vendre leurs dettes à des compagnies états-uniennes florissantes. Ses fondateurs, quatre juristes, dont David Rubenstein (ancien conseiller du président américain Jimmy Carter à la Maison Blanche), ont alors pour ambition - limitée - de profiter de cette faille de la législation fiscale. Elle autorise les sociétés détenues en Alaska par des Eskimos à céder leurs pertes à des entreprises rentables qui payent ainsi moins d'impôts. Le groupe végète jusqu'en janvier 1989 et l'arrivée à sa tête de l'homme qui inventera le système Carlyle, Frank Carlucci. Ancien directeur adjoint de la CIA,conseiller à la sécurité nationale puis secrétaire à la défense de Ronald Reagan. Également second secrétaire de l'ambassade des États-Unis à Léopoldville dans ce qui était encore le Congo belge, il est soupçonné d'avoir facilité l'accession au pouvoir du général Mobutu et d'être impliqué dans l'assassinat de son rival Patrice Lumumba. Ils ont partagé une chambre quand ils étaient étudiants à Princeton. Ils se sont ensuite croisés dans de nombreuses administrations et ont même travaillé, un temps, pour la même entreprise.


En 1997, le groupe a acquis la société américaine United Defense, gros fournisseurs de l'armée américaine en véhicules de combat et en artillerie.
En juin 1999, il investit 1 milliard d’euros dans le quotidien français Le Figaro(devançant le Groupe Dassault) détenant ainsi 40% de l'actionnariat du quotidien (les 60% restant étant détenu par la Socpresse) . En 1999, le groupe gérait plus de 4 milliards de dollars d'investissements dans le monde.


Dassault a progressivement repris en 2006 l'intégralité du capital de la Socpresse, maison-mère du journal Le Figaro, après être monté à 60% en mars 2004, après une première tranche de 30% en 2003.

En 2003, le groupe achète à l'État français les locaux de l' Imprimerie nationale, qui est démantelée, pour 85 millions d'euros. L'État lui rachète en 2007 ces mêmes bâtiments pour en faire le nouveau ministère des affaires étrangères, pour 376,5 millions d'euros, soit 4,5 fois le prix de départ après environ 120 millions d'euros de travaux.
Annonce de la faillite de la filiale de fonds d'investissement Carlyle Capital Corporation (CCC) suite à la crise des subprimes le 13 mars 2008, ce qui n'aurait "pas d'impact mesurable" sur la situation financière du Groupe Carlyle. En effet grâce à un ingénieux système de cloisonnement des filiales, le groupe permet de préserver l'intérêt des actionnaires en diluant le risque financier sur la collectivité.

Plusieurs membres prestigieux :
James Baker , ancien Secrétaire d'Etat au Trésor de Ronald Reagan (déjà sité plus haut) entre 1985 et 1988 et ancien Secrétaire d'État de George H. W. Bush de 1989 à 1993, il préside aujourd'hui le Groupe d'études sur l'Iraq.
Laurent Beaudoin , ex-président du groupe Bombardier jusqu'en juin 2008, date à laquelle il laisse sa place à son fils Pierre. Il est toujours le président du conseil d'administration. Quelques faits marquants.
George H.W. Bush , (déjà sité plus haut) ancien Président des États-Unis et vice président de Ronald Reagan.
Frank Carlucci , ancien directeur-adjoint de la CIA, ancien Secrétaire à la Défense américain. A occupé la présidence du groupe.

Richard Darman, ancien directeur de l' U.S. Office of Management and Budget.
Paul Desmarais , président de Power Corporation of Canada (médias de masse et services financiers), entreprise qui fut critiquée pour ses liens avec la politique canadienne, et spécifiquement pour son engagement envers la défense dufédéralisme au Québec. Il fait actuellement partie de nombreuses associations dénoncées par la gauche, tels l'inquiètant groupe Bilderberg, le North American Competitiveness Council qui définit le Partenariat pour la sécurité et la prospérité, ainsi que le Council on Foreign Relations ou CFR de la puissante familleRockefeller (voir plus bas). Son fils est membre du conseil d'administration de Total SA, de Suez et du groupe LafargeNicolas Sarkozy (déjà sité plus haut) a privatisé les compagnies dans lesquelles Power Corporation a investi. Par l'entremise du groupe Carlyle, plusieurs projets de port méthaniers sont en développement dont les controversés projet Rabaska au Québec et celui de Nord Médoc en France.
La famille Desmarais entretient également des relations avec les dynasties industrielles françaises Dassault, Peugeot et Rothschild, entre autres. Nicolas Sarkozy ayant séjourné dans son domaine dira « Quand tu entres dans la propriété, on t'ouvre un premier portail. Ensuite, tu dois faire des kilomètres et des kilomètres avant d'arriver au château ».
Le 16 février 2008 au Québec, Paul Desmarais a été fait Grand-Croix de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy. Plusieurs articles dans la presse se sont fait l'écho à cette occasion des liens anciens qui unissent Messieurs Sarkozy et Desmarais, mettant en lumière l'éventuel soutien financier que le premier aurait reçu du deuxième dans sa remise en selle après 1995.


Depuis, les positions de M. Sarkozy qui n'a vraisemblablement pas d'opinion personnelle sur le statut de la Belle Province suivraient à la lettre les consignes de son ami Desmarais dont les intérêts à Ottawa sont bien connus.

Liu Hong Ru, ancien président de l'organisme de surveillance des opérations boursières de Chine.
Arthur Levitt, ex-président de la Securities and Exchange Commission (organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, c'est en quelque sorte le « gendarme de la Bourse » américain).


John Major, ancien Premier Ministre conservateur de Grande-Bretagne.
Henri Martre , ancien de Matra Aérospatiale (aujourd'hui EADS) de 1977 à 1983, président-directeur général de la société Aérospatiale de 1983 à 1992, puis président de l'Afnor (association française de normalisation) de 1993 à 2002 et délégué général pour l'armement (DGA) auprès du ministre de la défense qui a pour mission de concevoir, d'acheter et d'évaluer tous les systèmes d’armes destinés à l'Armée française.

En poste au Commissariat général au Plan, il est l'auteur d'un premier rapport sur l'intelligence économique en 1994

Anand Panyarachun , ancien Premier Ministre de Thaïlande et l'un des rédacteurs de la constitution de son pays.
Karl Otto Pöhl, ex-président de la Bundesbank.
Fidel Ramos , ex-président des Philippines, cousin et ministre de la défense du dictateur F. Marcos, il fut une des figures les plus importantes des manifestations qui poussèrent Marcos hors du pouvoir.

Le financier et milliardaire George Soros, L'homme qui fit sauter la banque d'Angleterre est à l'origine des hedge funds apparus dans les années 1970. Il est actuellement président de Soros Fund Management qui subit de nombreuses critiques et de l'Open Society Institute.
Thaksin Shinawatra, ancien Premier Ministre de Thaïlande. Suite à la contestation qui a agité le pays en mars 2006 et des élections anticipées boycottées par l'opposition, il démissionne le 5 avril.
Merrill Lynch, banque d'investissement américaine qui gère 1 800 milliards$ d'actifs pour ses clients. Opérant dans plus de 40 pays, elle affiche un chiffre d'affaires mondial annuel de 48 milliards$ en 2005. Le 1er novembre 2007, le PDG, Stanley O'Neal, a démissionné à la suite des nombreuses critiques concernant sa gestion de la crise des subprimes. Malgré ça le groupe a reçu près de 13 milliards de dollars, en automne 2008, que lui devait American International Group (AIG), qui a pu payer parce que ce dernier groupe avait été lui-même renfloué par la Réserve fédérale américaine (Fed).

le fonds de pension de General Motors (Buick, Cadillac, Chevrolet, Daewoo, GMC, Holden, Hummer, Opel, Pontiac, Saturn et Saab).

Olivier Sarkozy (demi-frère de Nicolas Sarkozy), copilote depuis avril 2008, l’activité mondiale de services financiers de Carlyle Group.
Mikhaïl Khodorkovski , ancien oligarque russe des années Eltsine, ancien PDG de Ioukos. Après avoir été la première fortune russe, il est en prison depuis 2004 pour vol par escroquerie à grande échelle et évasion fiscale.


Carlyle n’est pas coté en bourse, et n’est donc non tenu de divulguer à la Securities and Exchange Commission (la commission américaine chargée de veiller à la régularité des opérations boursières) le nom des associés, des actionnaires, pas plus que leurs parts respectives.
 
Controverse :

Le 11 septembre 2001, lors de l'attaque terroriste contre le World Trade Center à New York et le Pentagone à Washington, Carlyle réunit dans cette même ville plusieurs centaines d'investisseurs liés au groupe. Parmi les invités figurent entre autres George H.W. Bush, 41e Président des États-Unis et père du Président en exercice George W. Bush, et Shafiq Ben Laden, un demi-frère d'Oussama Ben Laden qui sera accusé de diriger Al-Qaida, la structure accusée de l'agression. La proximité des noms Bush et Ben Laden en ce jour précis frappe les consciences, et révèle Carlyle au grand public.

La proximité de Carlyle avec la Maison Blanche, conjuguée au fait que le groupe possède des intérêts dans l'industrie de l'armement, provoque bon nombre de controverses. Le cinéaste
 Michael Moore l'a notamment dénoncé dans son film Fahrenheit 9/11. Il considère que le Groupe Carlyle profite de manière directe des guerres en Irak et en Afghanistan et indique qu'une partie de ses capitaux était détenue par des Saoudiens, appartenant notamment à la famille d'Oussama Ben Laden, et qui se sont débarrassé de leur participation suite à la révélation de cette situation. Le Groupe Carlyle est suspecté aussi par certains journalistes indépendants comme François Missen.

 

 

La source est ici

 



17/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres