Gilets jaunes: Bilan d'étape.


https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/j.gif
e dis bilan d’étape, car, malgré le grand soin et la force aveugle que met ce gouvernement pour décrédibiliser et étouffer ce mouvement, force est de constater qu’il ne disparait pas dans les oubliettes de l’histoire, pas plus qu’il ne devient impopulaire au point de devenir socialement insupportable par la population.

 

Et c’est bien là le premier constat que le gouvernement ne voudrait sans doute pas que nous fassions. Onze semaines ! Onze semaines d’action pour les gilets jaunes, onze semaines d’exactions pour le pouvoir. Tout a été fait pour causer la perte des gilets jaunes. La violence, la désinformation, les fausses annonces d’un président qui a sans doute pensé que les gueux se satisferaient de quelques miettes présentées comme un effort de la nation dans leur sens, et cerise sur la galère, un pseudo-débat avec questions préparées et annonce que de toute manière, le pouvoir ne changerait rien à sa ligne directrice. Le tout pour finir avec une ministre lamentable sur un plateau tété en compagnie d’Hanouna. Ce pouvoir n’a donc trouvé rien de mieux pour établir le contact avec le peuple ? Vous dire où ils en sont et comment ils considèrent les français.

 

Cette période a de multiples intérêts pour tout observateur.

 

Elle a été révélatrice de phénomènes et de personnes qui nous questionnent.

 

La gestion de la crise par un adolescent mégalomane président qui se croit investi de je ne sais quelle mission fondamentale, j’ai failli dire divine, et a choisi le chaos plutôt que le dialogue et l’inflexion de sa politique.

 

Un gouvernement qui ne s’exprime guère, qui fait profil bas, un premier ministre très silencieux qui justifie les décisions prises du bout des lèvres, qui ne semble plus rien diriger.

 

Un ministre de l’intérieur qui réussit à nous faire regretter Collomb, qui aligne les provocations et les mensonges, assure son soutien sans faille aux forces de l’ordre malgré des brutalités avérées, que la France serait la première à dénoncer s’il exerçait dans n’importe quel autre pays, surtout en Amérique du Sud.

 

Des médias que l’on sait soumis et complices mais qui là, franchement dépassent les bornes et viennent ensuite se plaindre des critiques parfois brutales je le concède des gens sur le terrain. Une autre forme de dictature insidieuse, celle des éditocrates, détenteurs auto-proclamés de la vérité absolue, supports indéfectibles du pouvoir auquel ils doivent beaucoup.

 

Evoquons en quelques mots le grand débat présenté sans rire comme la réponse aux problèmes soulevés par les gilets jaunes. Mais quelle foutaise ! Mais qui va se laisser prendre à cette mascarade ? Juste un hochet agité devant le nez des médis pour qu’ils répètent à l’envi, le gouvernement écoute, le président va à la rencontre des français. Mais chacun a bien vu l’étendue de la supercherie, des auditoires triés sur le volet, des questions sélectionnées par des préfets et validées par l’Elysée, des villes bloquées par des centaines de CRS, quatre fois plus nombreux que la population locale pour ce qui a concerné Souillac par exemple !

 

Et puis, dernière manipulation en date, la visite impromptue et improvisée à une réunion. Mais qui pourrait les croire ?

 

Ce pouvoir méprise les français, il méprise leurs difficultés, il leur répond de la pire des manières et s’étonne ensuite de générer de la colère.

 

Et les gilets jaunes dans tout ça ?

 

Et bien, ils continuent, sans relâche, avec une détermination toujours aussi impressionnante. Oh il y a bien ici ou là quelques défections, quoi de plus normal ? Il y a bien quelques frictions, quoi de plus naturel dans un mouvement constitué dans une très grande majorité par ce que je nommerai des primo-manifestants. Mais le mouvement se structure, petit à petit, et c’est une certitude, va perdurer. Il deviendra peut-être multi-formes, mais ce qui a provoqué la révolte demeurant, la réponse demeurera également, et le peuple pourrait démontrer au pouvoir qu’il a suffisamment d’imagination et d’entêtement pour s’opposer longtemps encore.

 

Car e que Macron sans le savoir a créé, ce sont les conditions d’une révolution. Il a fait que des gens se sont rencontrés, ont échangé, ont relevé la tête et découvert souvent la fraternité et la bienveillance, quand ils découvraient les turpitudes et les tentatives odieuses pour museler les manifestants. Je crois sincèrement qu’est née une nouvelle conscience de classe avec des français qui découvrent qu’unis on est plus forts et qui sentent bien que ce pouvoir comme d’autres est d’une extrême fragilité et ne survit que grâce à la brutalité savamment entretenue et dirige de ses forces de l’ordre par ailleurs favorables aux thèses de l’extrême droite.

 

En jouant sur le tout répressif, Macron n’a pas conscience qu’il avoue une dépendance à des thèses fascisantes et à des gens capables de toutes les exactions.

 

Deux points encore pour conclure :

 

La pitoyable création d’une liste gilets jaunes aux européennes. Avec une égérie auto-proclamée, qui ne représente absolument pas les gilets jaunes, qui a eu plusieurs entrevues avec des ministres, qui veut donc, en s’asseyant sur tout ce qui a été le principe fondateur du mouvement, je veux dire la non participation aux turpitudes politiciennes, se présenter à des élections qui concernent une assemblée que tous les gilets jaunes s’accordent à rendre responsable de leurs maux ! Les soutiens de tous bords qu’elle a reçu ne peuvent que susciter bien des interrogations sur cette candidature qui aura sans doute comme intérêt premier de placer la lite LAREM en tête du scrutin !

 

L’étrange manifestation téléguidée des foulards rouge. Oh, ils le jurent la main sur le portefeuille, ce n’est pas pour s’opposer aux gilets jaunes… mais un peu quand même non ? Sinon, à quoi servirait-elle vraiment ? Je plaisante, mais e jeu est dangereux en ce qu’il risque de dresser le français les uns contre les autres. Et là, la société française volerait en éclats. Je crois malheureusement ce président capable d’une telle extrémité pour se maintenir au pouvoir au service de l’oligarchie.

 

L’avenir n’est donc pas rose, mais il ne se fera pas sans les gilets jaunes !

 



27/01/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets janvier 2019 - Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion