Gaz de schiste: Traduction: Fracking au Colorado, bénéfices illusoires, coûts cachés.


Traduction personnelle d'un document de food&waterwatch

Encore des arguments intéressants à opposer aux lobbys qui en France veulent nous imposer cette aberration.

 

L'information est faite pour circuler le plus largement possible. Vous pouvez donc reprendre cet article, je vous demande juste de n'en reprendre qu'une partie et de mettre un lien vers mon blog pour la totalité. Merci.

 

 


 


Au Colorado, les habitants sont de plus en plus conscients des problèmes qui accompagnent le forage et l’exploitation du pétrole et du gaz. Des collectifs travaillent à interdire cette pratique, et évidemment, l’industrie fait de la résistance. Toutefois, le principal argument de l’industrie – l’exploitation du gaz apporte croissance et prospérité dans l’état-ne convainc plus grand monde.

“Fracking” est un raccourci pour fracturation hydraulique. Elle demande un forage sur une profondeur d’un mile ou plus jusqu’à la couche visée, et ensuite, un forage horizontal aussi long sinon plus dans la couche à exploitée avant de mélanger des millions de gallons d’eau avec des produits chimiques et de les injecter dans le forage à très haute pression.

Tout ceci est destiné à fracturer la formation rocheuse de manière à ce que le gaz ou le pétrole contenus dans la formation rocheuse puissent remonter à la surface et y être majoritairement brûlé.

Les coûts pour l’économie locale qui résultent du forage et du fracking concernent les dommages causés aux routes, la baisse de la valeur des propriétés, et une augmentation des demandes d’aides d’urgence et autres services sociaux. De même, les problèmes de santé liés à la pollution locale de l’air, le stress découlant de la lumière constante des puits comme du bruit généré par le forage sont à considérer.

Cette industrie génère de grandes quantités de déchets toxiques sans que l’on sache quelles dispositions prendre.

Il a été démontré que les fuites sont inévitables et contaminent le sol et l’eau du Colorado. Les forages et le fracking représentent des risques à long terme pour les réserves en eau potable. Finalement, de grandes quantités de dioxyde de carbone émis lors de la combustion du gaz, du pétrole, plus le méthane libéré à chaque stade de la production contribuent à modifier le climat dont nous dépendons tous.

Les sécheresses durent plus longtemps, les périodes de croissance de la végétation sont moins prévisibles et les orages sont plus sévères. Compte tenu de tels impacts, l’exploitation du gas à grande échelle n’est pas dans l’intérêt des habitants du Colorado.

Cette constatation est une menace pour l’industrie. C’est sans surprise que pour protéger ses intérêts dans le Colorado, l’industrie clame dans ses publicités que le fracking est sans danger.

.2 L’industrie trouve et promeut régulièrement des études qui exagèrent sa contribution à l’économie locale. Si les habitants du Colorado regardent plus attentivement les risques et les coûts négligés, ils se rendront compte que les bénéfices pour eux sont une illusion.

 

Les bénéfices illusoires du fracking au Colorado.

Pour donner l’illusion des bénéfices du fracking, L’industrie et ses avocats glissent de nombreux faits concernant le pétrole et le gaz sous le tapis.

Plus précisément, les habitants du Colorado seraient surpris d’apprendre que :

-          En  2010, l’industrie du pétrole et du gaz n’a fourni que 2,3% du produit intérieur brut du Colorado, et moins de 1%  des emplois de

-          Il faut environ un an pour préparer, forer et fracturer un puits, et à peu près 98% de la main d’œuvre de chaque puits n’est utilisée que pendant cette phase de pré-production. Cela signifie que   de nouveaux puits doivent être forés chaque année pour maintenir  le niveau d’emploi. C’est un cercle vicieux.

 

-          Les premiers puits forés sont les plus productifs, et leur production decline rapidement.  Avec le debit qui baisse partout de 50 à 70% après la première année, de plus en plus de puits doivent être forés uniquement dans le but de maintenir la production. Cela signifie que l’industrie doit accélérer les forages pour satisfaire les investisseurs, ce qui explique qu’il y ait actuellement 50 000 puits actifs dans l’état du Colorado.

 

-          Les métiers lies aux forages ainsi que ceux induits localement dans les services et les biens de consommation se déplacent de ville en ville  au fur et à mesure que les sites sont épuisés. Il en résulte une alternance de « booms » et de faillites qui sont douloureux pour les communautés locales à long terme.

 

-          Les estimations de la quantité de pétrole ou de gaz enfermé dans les « schistes » comme de celle de la productivité individuelle de chaque puits sont hautement incertaines.  La faillite inévitable suivant le boom du fracking dans le Colorado pourrait survenir plus tôt que prévu.    

 

-          L’incertitude de la production, rend les revenus de l’état provenant des taxes et des redevances imprévisibles et empêche des prévisions budgétaires à long terme. Par exemple, bien que la récente récession ai vu les revenus de l’état baisser de 10% entre 2009 et 2010, les redevances provenant du gaz ont été divisées par plus de 75% avant de doubler en 2012. Pire, les redevances pourraient faire oublier aux gouvernements les impacts négatif de l’industrie uniquement pour satisfaire aux exigences de leurs budgets.

 

-           Une étude, dans des comtés à forte exploitation, voient les inégalités de revenus s’accroitre considérablement. Les économies de ces comtés croissent plus lentement que celles de ceux qui sont moins dépendants de l’extraction des matières fossiles.

 

-           Les projections sur l’emploi dans cette industrie sont basées sur des données de l’industrie ou de modèles non vérifiables  et non pas sur des données véritable de l’emploi. Elles ne tiennent pas compte des emplois détruits dans l’agriculture et le tourisme pendant et après l’exploitation.

 

-          Les études auto-publiées de l’industrie du pétrole et du gaz projettent les impacts de l’industrie sur l’économie, en estimant les dépenses directes de l’industrie et leur effet sur l’économie. Quand l’industrie du gaz et du pétrole prétend qu’elle génère 107 000 empois dans le Colorado, elle inclut les emplois dans les fast-foods, la santé, l’immobilier, etc…

Passer à des énergies propres créerait tout autant d’emplois !

 

-          Quand les compagnies s’en vont pour forer dans une nouvelle région, la plus grande partie des dépenses qui leur sont associées se déplacent également vers l’état dans lequel elles ont leur siège. La plupart des emplois les mieux payés sur les puits suivent, et rien pour les résidents des régions exploitées. En même temps, le coût de la vie augmente pour les locaux  en raison de l’afflux de travailleurs passagers, en poussant beaucoup dans les banlieues.

 

-          La frénésie à forer en tout temps et en tous lieux n’a rien à voir avec la sécurité des approvisionnements en énergie des USA, mais tout à voir avec les bénéfices de l’industrie. Le prix du pétrole est fixé sur un marché global, ce qui fait que le fracking ne fera pas baisser les prix à la pompe. Les prix doivent être maintenu élevés si les compagnies veulent tirer profit de l’exploitation du pétrole de schiste. Comme pour le gaz naturel, l’industrie du gaz et du pétrole de schiste a pour but d’exporter autant que possible vers la Chine, le Japon, L’Inde et l’Europe contrairement à son affirmation de forer pour la sécurité énergétique des USA.

 

-          Cacher les coûts du fracking est essential pour maintenir  l’illusion que cette exploitation tous azimuts bénéficie à l’conomie du Colorado. Les habitants du Colorado seraient surpris d’apprendre le montant réel de ces coûts cachés.

 

-          Immobilier :

Actuellement, de nombreuses banques refusent les hypothèques sur les propriétés près des forages les rendant difficiles à vendre sauf si l’acquéreur peut payer la totalité du prix comptant. En 2012 « Nationwide Mutual » signifia qu’elle refuserait d’assurer les dommages causés par les activités de fracking. Une famille du Texas a vu sa propriété perdre 75% de sa valeur après qu’elle ait accepté un forage. L’industrie du gaz et du pétrole se targue d’être le principal occupant d’immeubles de bureaux à Denver, mais bien sûr néglige tous les autres impacts négatifs.

Services sociaux et infrastructure publique.

Un rapport demandé par des gouvernements locaux au nord-ouest du Colorado estime que les dépenses concernant les routes, l’eau, l’assainissement, atteindront 2,1 milliards$ si les activités gazières restent incontrôlées. Selon le rapport, les communautés au nord-ouest du Colorado devraient faire face à des dépenses stupéfiantes pour l’entretien de la voirie, les coûts élevés du logement, les hôpitaux, les écoles. Le département des affaires locales du Colorado a averti qu’un cycle rapide d’expansion et de faillite pourrait grandement aggraver ces impacts négatifs.

Santé publique

De nombreux résidents du Colorado se plaignent de problèmes de santé associés à la pollution née de l’exploitation du gaz et du pétrole. Une étude dans l’ouest du Colorado a testé la qualité de l’air près des sites de fracking et détecté des niveaux de solvants toxiques alarmants, dont certains on des effets sur le système endocrinien. Une autre a mis en évidence des risques de cancer en nette augmentation pour les résidents vivant près des sites d’exploitation dus à une exposition au benzène. Les fluides de fracturation contiennent des produits chimiques qui sont connus comme causant le cancer, des dommages au système nerveux, aux organes sensoriels, au système immunitaire et respiratoire.

L’industrie garde ces composants secrets, merci en cela à l’exemption au « safe drinking water act » ce qui fait que  la mesure complète des effets du fracking sur la santé publique reste inconnue.

Main d’œuvre

Les maladies causées par l’exposition à la pollution de l’air et de l’eau - due aux produits chimiques ou autres produits toxiques ramenés à la surface durant le forage et la fracturation – diminuent la productivité des ouvriers, nuisant aux affaires locales.

Pétrole et gaz

Les ouvriers de l’industrie font face aux risques les plus élevés. Inhaler de la poussière de silice provenant du sable utilisé pour la fracturation peut provoquer la silicose et même le cancer du poumon. Le « National Institute for Occupational Safety and Health » a découvert des niveaux  de silice supérieurs à 10 fois les niveaux recommandés dans 9% des sites étudiés.

Accidents, fuites et contamination de l’eau.

La pollution de l’eau cause de même des risques pour la santé publique et des risques professionnels pour les ouvriers. Dans un cas tristement célèbre, une infirmière d’un service d’urgence de Durango est tombée malade après avoir traité un ouvrier qui avait absorbé du liquide de fracturation. La compagnie a refusé de divulguer au docteur la nature du liquide incriminé.

Une fuite dans une usine de gaz dans le « Parachute Creek », affluent du Colorado, a déversé plus de 65 000 gallons d’huile et d’hydrocarbures et a fait monter le niveau de benzène au-dessus de la norme pour l’eau potable et a entraîné une dépollution très coûteuse. Cependant, des mois après, la compagnie n’a toujours payé aucune amende.

Selon le « Denver Post », 2 078 fuites ont été rapportées à la «Colorado Oil and Gas Conservation Commission » pour les 5 dernières années, et dans 17% des cas, il y a eu contamination de l’eau souterraine.

Compétition pour l’eau.

Les fermiers du Colorado peuvent s’attendre à une compétition plus forte avec l’industrie du gaz. Des 64 comtés du Colorado qui ont de potentielles ressources en gaz, 40 représentent 85% des terres agricoles du Colorado. Si l’exploitation continue à s’étendre, comme le pense le Gouverneur Hickenlooper, la compétition entre paysans et industrie augmentera elle aussi. La plupart de ces 40 comtés ont fait face à une sévère sécheresse en août 2012. Lors d’une vente aux enchères de droits sur l’eau, les compagnies furent les meilleurs enchérisseurs, tirant les prix vers le haut pour les fermiers de l’état confrontés à la sécheresse.  Dans l’état voisin du Nouveau Mexique, les paysans n’ont pas cédé face à la sécheresse, ils vendent leur eau à l’industrie et ne cultivent rien.

Les fermes, la nourriture, la bière.

Construire de nouvelles routes d’accès, plates formes de forage, pipelines, stations de compression pour satisfaire à l’extension de l’exploitation peut détruire la production agricole comme le peuvent  des accidents tels que fuites et déversements de produits toxiques.

A travers le pays, La pollution de l’air et de l’eau a impacté négativement le bétail et les animaux domestiques près des sites d’exploitation. Un récent accident a provoqué le mélange de pétrole brut et de gaz d’hydrocarbures qui ont été pulvérisés sur 800 pieds sur le terrain d’un paysan dans le comté de Weld. Si le fracking augmente encore, c’est l’héritage agricole et culturel du nord-ouest du Colorado qui souffrira. L’industrie de la bière est de celles qui sont concernées par la manière dont la pollution de l’eau nuira à leur entreprise.

Tourisme

Finalement, le Colorado a cultivé une image touristique lucrative. L’état est très connu pour ses pics couverts de neige, ses rivières à l’eau limpide, ses sites d’activités de plein air. Les activités de tourisme génèrent 16,6 milliards de $ et 144 600 emplois. Le fracking menace cette image de marque. La construction des tours de forage, l’éclairage des puits, le bruit 24 heures sur 24 nuisent à la vie sauvage et aux paysages qui attirent les touristes. Ces impacts, combinés à la pollution de l’air et de l’eau persistent longtemps après l’arrêt de l’exploitation, et très longtemps après qu’il n’y ait plus de bénéfices liés à l’exploitation.

Le gouverneur Hickenlooper a autorisé l’utilisation d’argent public pour soutenir deux plaintes contre la ville de Longmont poursuivie en justice pour avoir voulu protéger ses citoyens contre le fracking. Sa position pro-fracking menace la santé, la sécurité et la propriété des citoyens du Colorado partout dans l’état.

Plutôt que de permettre à l'industrie de continuer à transformer notre état en une pelote d’épingles avec des puits percés, les habitants du Colorado devraient réaliser qu’il faut assurer la sécurité énergétique à long terme en choisissant un chemin différent.

Nous devons agir agressivement pour développer l’efficacité énergétique existante et proposer des solutions d'énergies renouvelables, investir dans les innovations technologiques futures qui s'amélioreront et prendront appui sur des solutions déjà existantes.

Ce chemin stopperait les coûts cachés des carburants fossiles, débouchant sur un énorme bénéfice pour l’environnement et la santé publique.  Agir fermement maintenant nous assurerait de devenir leaders dans les énergies renouvelables dans le monde entier. C’est une opportunité d’être leaders, nous devons la saisir, mais l’industrie du gaz et du pétrole est sur notre chemin.

Son plan de relations publiques consiste à exagérer les avantages  économiques. La dissimulation des coûts aux communautés du Colorado retarde le remaniement nécessaire de notre système énergétique, juste pour l’appât du gain.

L'industrie a un allié précieux en la personne du Gouverneur Hickenlooper. Il a aussi menacé d'engager une procédure judiciaire contre n'importe quelle administration locale qui inclurait une interdiction de la fracturation dans sa juridiction.

Ces actions sont à courte vue. Face au changement du climat et à la lumière des nombreux coûts cachés qui accompagnent la fracturation, les habitants du Colorado doivent se battre pour protéger leur Santé, sécurité et propriété.

 

 


 

 cliquez sur l'image pour télécharger l'article original.

Colorado_fracking_costs.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif



24/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres